La Fin d'Umbrella

  • 230 Réponses
  • 37438 Vues

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

*

cletausen

La Fin d'Umbrella
« Réponse #30 le: avril 15, 2004, 16:53:50 »
E-mail de paco trouvé B)  je te l'envoi par mail

*

Ashura187

La Fin d'Umbrella
« Réponse #31 le: avril 15, 2004, 20:03:27 »
OK, merci!!!
ça va être bien s'il vient aussi ici.


- Ashura - guerrier de l'Ombre :massue:

*

Ashura187

La Fin d'Umbrella
« Réponse #32 le: avril 15, 2004, 20:07:15 »
Voici la suite de ma fic!!

Je pose tous mes chapitres en bloc, surtout, prenez votre temps pour la lire!

---------------

Chapitre 12: Une femme forte

Attaché par de solides chaînes en fer, fixées au mur et conçues pour résister à tout, ExoDeus était retenu prisonnier dans une petite pièce étroite aux vitres en Plexiglas. Devant lui se tenait plusieurs types de personnes: des militaires, des scientifiques. Le dirigeant de ces derniers devait être celui qui agitait les bras dans tous les sens vociférant des ordres et, à quelques distances de lui se trouvait... Kevin. Celui-ci ne semblait pas s'occuper de ce qui l'entourait, il se contentait de rester bien droit comme il savait si bien le faire... enfin plutôt, comme on lui avait APPRIT à le faire.
ExoDeus risqua quelques pas jusqu'à ce que les chaînes tendues le retiennent et observa un peu mieux autour de lui: de toute évidence, ils étaient situés dans un labo de dimension moyenne où des écrans de surveillance avaient été installés.
Le tout, gardé par une demi-douzaine de soldats, 3 scientifiques et Kevin. Exo capta une partie de la conversation animée par le leader des scientifiques et un militaire:
- Comment?! Vous n'avez plus de nouvelles de T-313?!
- C'est que nous l'avons cherché partout mais il demeure introuvable. Et nous avons même perdu quatre hommes au cours de l'investigation.
- Je m'en fous! Je ne veux pas l'savoir! Répliqua violemment le chercheur en chef, j'ai déboursé énormément d'argent pour remettre sur pied l'agent Gades Pulse et je ne tolère pas qu'un canard de prisonnier et qu'un vulgaire policier en viennent à bout et je...
Il ne termina pas sa phrase, ayant remarqué qu'ExoDeus les écoutait; il fit un signe de tête à son interlocuteur et les deux hommes se mirent à l'écart.
ExoDeus retourna au fond de sa cellule et repensa à la discussion:
" Au moins, il y'a d'autres gens dans ce complexe qui ne sont pas avec Umbrella.. et j'espère seulement qu'ils sont de mon côté! Il faut absolument que je rentre au contact avec ses deux hommes...et a-t-il vraiment Gades Pulse?? Je le croyais mort! C'est à n'y rien comprendre!!"
Soudain, il se sentit observé et tourna la tête et vu juste: Kevin l'examinait; un large sourire commençait à se former sur son visage...

Les portes de l'ascenseur s'ouvrirent laissant apparaître une jeune et belle femme qui, en dépit du sang maculant sa peau et de la poussière, ne cachaient en rien toute sa beauté.
Elle vit virevolter sa sublime chevelure dans les airs afin d'enlever toutes les saletés et laissant entrevoir ses magnifiques yeux verts aux milles pétillements.
Licia quitta l'ascenseur et se retrouva face à.... des dizaines de fusils braqués sur elle.
Surprise, elle poussa un cri et sa première pensée fut de fuir mais une rafale de balles passant juste à ses côtés l'en dissuada. Plusieurs hommes s'écartèrent pour laisser le passage libre à leur capitaine, un homme de forte corpulence au bouc finement taillé, ses longs cheveux noirs se balançait de droite à gauche. Devant Licia, il lui fit une révérence et, n'étant pas insensible au charme de la jeune femme, lui déclara poliment:
- Bienvenue à vous, chère demoiselle, dans notre humble laboratoire d'Umbrella. Je suis le Capitaine Hofmann. Quel bon vent vous amène en ces lieux?
Licia n'avait peur de rien et surtout pas de ces pitoyables soldats. Elle répondit violemment:
- Je suis ici pour mettre un terme à vos agissements et pour vous détruire!!
- Et vous pensez que vous y arriverai seule? Laissez-moi rire!!
Sur ce, il se mit à rire à gorge déployée et Licia, touchée par cette réaction gifla l'individu: une grosse claque bien sonore!
- Mufle..
Hofmann porta sa main à sa joue en feu et poussa une grimace; il entendit certains de ses hommes ricaner.
Ce fut la goutte qui déborda le vase...
Il fixa Licia toute souriante, fière de ce qu'elle venait de faire et Hofmann ne patienta pas deux secondes pour lui envoyer un coup de boule écrasant le nez de la rebelle! Licia resta debout malgré la douleur mais vacilla sur ses pieds, pourtant, elle tînt bon.
Elle saignait abondamment et trouva tout de même le courage de regarder à nouveau l'homme droit dans les yeux et lui expédia un cracha plein de sang sur son oeil droit, le capitaine fut à peine touché qu'il frappa du poing le ventre de la jeune femme qui, cette fois, plia sous le coup.
Mais elle ne s'avouait pas vaincu, elle rétorqua en respirant difficilement:
- Quel déshonneur pour un soldat de frapper une jeune femme sans défense..
- Sans défense? Rigola Hofmann, et le pistolet que tu tiens à la main, c'est quoi, une fleure?
D'un coup de pied, il désarma Licia et prit sa tête l'obligeant à le regarder.
- Ne joue pas à la plus maligne avec moi, je pourrai te tueur sur-le-champ mais il en est rien. Je dois te ramener vivante, mais ne me poussa pas à bout! Sinon...
L'homme n'eut pas besoin d'achever sa phrase voyant que la jeune femme avait comprit et cette fois, Licia capitula.
- Vous avez gagné....salauds!
- Bien! Emmenez cette sale peste!
 

*

Ashura187

La Fin d'Umbrella
« Réponse #33 le: avril 15, 2004, 20:08:08 »
Chapitre 13: Confidences d'un homme blessé

Tiago ouvrit les paupières; des points blancs devant les yeux lui brouillèrent la vue.
- Où...où suis-je?
Il n'entendit personne lui répondre et le militaire s'assit sur le lit où il reposait et une fulgurante douleur dans l'épaule lui arracha  un petit cri de douleur.
- Aïe..merde...je me suis déboîté l'épaule.
Pourtant, cette dernière était pansée, étonné, Tiago fouilla la salle des yeux et aperçut enfin Aurel, posté devant la porte hache et poing américain brandit prêt à frapper.
L'endroit où s'était réfugié les deux hommes était une petite salle aux murs blancs – et propres cette fois – composée d'un lit, d'une armoire et d'un bureau. Et pour une fois, la lumière ne vacillait pas! Curieusement, la chambre ne possédait pas de fenêtres mais la salle disposait d'un système de ventilation pour arranger cet handicap. Tiago interpella le prisonnier:
- Aurel?
Le fugitif se retourna et fit un signe de tête.
- Ah Tiago, content de te revoir parmis nous, j'ai cru que tu n'allais jamais te réveiller!
- Combien de temps étais-je dans les pommes?
- Quelques heures...mais comme je n'ai pas de montre je ne sais pas exactement combien.
- Et le cyborg, il est mort?
- Gades? (en prononçant ce nom, Tiago fronça les sourcils; apparemment, Aurel venait de lui apprendre le nom de la créature) après qu'il ait été éjecté par la grenade je ne suis pas allé vérifier de son état. Mais je peux te rassurer en disant que s'il était encore vivant, il serait venu ici depuis belles lurettes. Ce machin en a vraiment après moi...va-t-on savoir pourquoi!
Tiago soupira et s'allongea sur le lit et tourna la tête, D'ans hésita un instant puis quitta son poste tout en prenant au passage la chaise du bureau et s'installa à côté du blessé.
- Ecoute, Lieutenant, vu qu'on va sûrement crever ici, si tu me disais ce qu'il y a?
Le soldat soupira à nouveau et commença à parler tout en regardant le mur.
- Je repense sans cesse aux massacres de mes hommes dans les cellules... je n'ai pas su les ramener à l'ordre et à faire le nécessaire pour le diriger... j'ai paniqué! Je ne pensais pas qu'un jour il m'arriverait ce genre d'attaque..
Aurel D'ans, bien que contraire à son habitude, écoutait l'homme blessé intérieurement et physiquement avec intérêt. Cet homme, dont les membres de son équipe – des amis – s'étaient tous fait tuer, en était sérieusement touché.
- ...et même ceux, reprit-il, avec qui j'ai fuis et que je pensais sauver, se sont sacrifiés exprès, sans combattre, pour que je m'en sorte vivant...
Il tourna la tête vers Aurel et dit cette dernière phrase:
- Et pour un Lieutenant tout fraîchement promu, voir sa section entière se faire décimée par des "zombies" est quelque chose de dur à oublier..
L'ancien dealer posa une main réconfortante sur l'épaule de son ami.
- Je comprends ce que tu ressens, Tiago, jadis j'ai vécu sensiblement la même chose que toi. Remplace simplement les zombies par des truands assoiffés de sang et de drogues. J'étais à la tête d'un groupe de 5 hommes, tous des amis de longues dates – mes seuls amis – et nous transportions un important arrivage de drogues durs pour le remettre à notre supérieur mais une bande rivale nous avait tendu une embuscade; ils éliminèrent tous mes amis mais me maintinrent en vie pour assister au massacre...puis il me laissèrent pour mort...
Aurel se tut un instant puis termina:
- Donc si une personne peut comprendre et compatir, c'est bien moi... mais dis moi, c'est à cause de ça que tu veux à tout prix me ramener aux autorités? Pour honorer tes amis morts?
Un rire s'échappa presque naturellement de la bouche de Dos'Santos et arbora un large sourire.
- Oui, c'est exactement ça...t'es moins bête qu'on l'imagine, tu sais? Plaisanta-t-il.
- C'est pas parce qu'on est un dealer professionnel et un prisonnier en cavale qu'on est spécialement con, répondit Aurel plaisantant à son tour.
Ils rirent de bon coeur pendant un moment puis ils redevinrent sérieux.
- Aurel?
- Oui?
- Je peux te poser une question?
- Comme on est en pleines confidences, y'a pas de problèmes.
- Merci. Qu'est-ce que tu fous ici bon sang!?
Le regard du prisonnier s'assombrit et parut subitement triste, il répondit néanmoins:
- Y'a quelques temps en arrière, on a enlevé ma femme et mon fils...et après plusieurs recherches parmis mes contacts, on m'a apprit qu'Umbrella, la White, était peut-être impliqué dans le kidnapping pour y réaliser diverses expériences. Et je suis venu sur place pour m'en rendre compte.
- Et tu penses qu'ils se trouvent ici? En vie?
- Je n'en sais rien...mais vu que les S.T.A.R.S. ont détruit l'autre labo à Paris, je le pense.
- Ecoute, je veux bien t'aider à les retrouver une fois qu'on sortira d'ici.
Sur cette phrase, les yeux d'Aurel brillèrent.
- C'est vrai? Tu ferais ça pour moi?
- Tu m'as sauvé la vie, à moi de te rendre l'appareil.
- Merci mec, je t'avais mal jugé... pour un flic, t'es quelqu'un de bien.
- Je sais, je ne fais jamais une bonne impression lors de la première rencontre...et venant de la part d'un redoutable dealer, je prends ça comme un compliment.
Secouant la tête, sourire aux lèvres, D'ans lui suggéra de se reposer encore un peu. Tiago exécuta la demande et après l'avoir remercié pour le bandage, il ferma les yeux tandis qu'Aurel se posta à nouveau vers la porte à faire le guet.
 

*

Ashura187

La Fin d'Umbrella
« Réponse #34 le: avril 15, 2004, 20:08:49 »
Chapitre 14: Mémoires du policier déchu

Sous les décombres, reposait le corps du Cyborg Gades "T-313" Pulse.
Dans son coma, les mémoires lui revenaient sans cesse en tête...
Sa jeunesse...
Sa famille...
Ses années passées en tant que policier...
Raccoon City et ses monstres...
Ses collègues, sa famille, ses amis, tous morts...
La DEATH SQUAD...
Licia...
Sa propre mort...

Il se souvînt:

Né à Raccoon Ctiy même, dans une famille aux parents haut placés mais divorcés... sa jeunesse et son adolescence dorée dans les rues de sa ville...en compagnie de son demi-frère...
Ses brillantes études dans l'école la plus renommée de Raccoon City... puis son adhésion dans les forces spéciales de la police, les R.P.D. (Raccoon Police Department). Ses agréables moments passés au sein de l'académie de Police. Sa réputation de super flic...
Quand survînt le mois de septembre...
Des meurtres violents, des disparitions...la première apparition des zombies...l'attaque du commissariat où tous ses collègues y perdirent la vie...
Sa fuite dans les rues de Raccoon City devenues le lieux de massacre, infestées de zombies et autres créatures plus dangereuses les unes des autres.
Puis sa rencontre prématurée avec les membres de la DEATH SQUAD: Cinétic, Squal, Gringo, Rab'za, Lem, les Caporaux Freeman et ExoDeus, le Sergent Dragon et le Lieutenant Bigi Xhems et Licia....
... Licia...il ne l'avait jamais dis aux autres mais ce n'était pas la première fois qu'il l'a voyait...son frère, David Ford, l'avait une fois emmené au commissariat et c'était là que Gades l'avait rencontré pour la première fois; ce fut immédiatement le coup de foudre. Mais portant une cagoule, Licia ne l'avait pas reconnu lors de leur seconde rencontre avec les DEATH SQUAD. Et Gades, ayant vu que Freeman et elle était proche ne voulait pas s'en mêler...
Seul comptait la survie de sa bien-aimée...il aurait donné sa vie pour sauver la sienne...et ce fut le cas.
L'attaque des Lickers...puis plus rien...sa vie s'arrêta là.
Le corps sous les décombres commença à bouger, d'abord faiblement puis ses membres se raidirent et d'un seul coup il émergea des débris, ses derniers volant dans toute la salle, dans un rugissement guttural faisant trembler les murs de tout l'enceinte d'Umbrella avec une telle puissance que certains pans de mur s'effritèrent.
Il frappa avec mains et pieds tous ce qui lui passaient sous la main; déchaînant sa fureur et sa frustration de n'avoir jamais dévoilé ses sentiments pour Licia.
Puis il se calma, sa vision se troubla et perdit toutes notions humaines... une dernière larme s'écoula lentement de son oeil droit puis devînt de nouveau le cyborg chasseur T-313.

- Avance-toi! On ne va pas y passer la journée!
Un soldat appuya le canon de son fusil contre le dos de la jeune femme pour l'obliger à marcher plus vite.
Licia s'en voulait; à cause de son incompétence elle avait pitoyablement faillit sa mission et le dirigeant du centre la questionnera sûrement sur ses intentions...mais quoiqu'il arrive, elle devra mentionner Trent en aucun cas sinon son fils Ryan aurait des problèmes...
Ryan, son fils chéri..il lui manquait tant!
Licia surprit à sangloter et le Capitaine Hofmann le remarqua et sourit méchamment.
Quand enfin ils atteignirent le sas du labo une poignée de minutes plus tard. Un des militaires de l'escorte appuya sur un bouton et la porte du sas disparut dans le plafond, ce même soldat exécuta un mouvement de tête aux autres pour leur dire de passer.
Une fois entrés, la prote se referma derrière la troupe et Licia fut bouleversée par ce qu'elle vit: en face d'elle se tenant le Caporal ExoDeus, enchaîné et retenu prisonnier dans une cellule fait de verre en Plexiglas, essayant d'attirer son regards. Une voix attira l'intention de la femme:
- Ah, voici enfin notre admirable visiteuse non désirée! S'exclama Halten. Mais laissez-moi me présenter à mon tour: Mark Halten, Directeur et Chercheur en Chef de ce centre. Et vous, qui êtes-vous?
Licia voulut répondre mais une silhouette lui coupa net la parole. Cet homme qu'elle avait jadis aimé, cet homme qui lui avait changé sa vie...cet homme qui l'avait sauvé..
D'abondantes larmes s'échappèrent de ses yeux, elle voulut tout oublier et plonger dans ses bras.
- Kevin!!!??
ExoDeus suivait la rencontre avec anxiété et distinguait la jeune femme se débattre de l'entreinte de son geôlier.
Son amant n'avait pas changé, cette allure fière, ce beau visage sans imperfection...il portait encore ses bottes de combats et le treillis de la DEATH SQUAD, une liquette* noire recouvrant son corps dévoilant ses bras scintillants de muscles.
Seul ses yeux, autrefois pétillants et pleins de mystères qu'elle aimait tant, avaient changé en devenant sans vie...sans émotions.
- Kevin...c'est moi, Licia!
L'interlocuteur ne répondit rien, il se contentait de l'observer silencieusement. Licia se retourna en rage vers Halten.
- canard! Que lui avez-vous fait!!??
Entre deux ricanements, il répondit:
- Disons que moi et mes hommes l'avons quelque peu...rafistoler à notre façon faisant de lui un cyborg des plus compétents...
- Non...
- ... et son ami le flic, Gades Pulse a subit la même chose que lui.
- Gades Pulse?!
" Gades Pulse...ce nom me dit quelque chose...bien avant de l'avoir rencontré avec la DEATH SQUAD.."
Elle se rappela en une fraction de seconde:
" – Licia, je te présente Gades Pulse, un de mes meilleurs amis. Gades, voici ma petite soeur Licia, annonça David Ford. "
" – Enchanté, déclara Gades avec douceur tout en souriant sous sa cagoule."
" – C'est un plaisir de rencontrer un grand ami de mon frère, répondit Licia avec sincérité."
Mais la réalité était tout autre chose à présent et cette fois, pour Licia, c'en était trop. Elle gesticula dans tous les sens et se débattit.
- Maîtrisez-la que Diable! Ordonna Halten!
Les soldats s'exécutèrent et réussirent finalement à l'immobiliser, dans la mêlée, une photo s'échappa d'une des poches de la jeune fille atterrissant devant les pieds de Kevin. Le cyborg se baissa et la ramassa: sur celle-ci représentait une image de Licia et d'un petit bébé. Kevin contempla la photo pendant un court instant puis la retourna, au dos une phrase était inscrite: " Licia et Ryan, en souvenir de son père défunt, Kevin "
- Ryan...Licia...défunt...Kevin...père...articula T-187.
Un éclaire lui traversa l'esprit et pendant un instant resta immobile, plongé dans ses lointaines pensées...
 

*

Ashura187

La Fin d'Umbrella
« Réponse #35 le: avril 15, 2004, 20:09:37 »
Chapitre 15: Les monstres contre-attaquent

- On en fait quoi de ces deux là, Docteur Halten? Demanda Hofmann.
- Tuez-les rapidement et quittons cet endroit avant que les zombies et les monstres du labo nous découvrent.
- Bien Monsieur. (Le Capitaine fit face à ses hommes) Vous avez entendu soldats, éliminez-les!
ExoDeus tirait sur ses chaînes, impuissant tandis que Licia appela:
- Kevin! Au secours!
- En joue...commença Hofmann
- Kevin!!!!!!
Soudain, le sas s'ouvrit à la volée et une foule de zombies et Hunters firent leur apparition.
- Bon sang, on a rien entendu venir!! Hofmann, tirez! S'écria Mark Halten.
Mais déjà une grande partie des soldats moururent mais en grand combattant, le Capitaine Hofmann ramena ses hommes à l'ordre et tirèrent dans le tas. En à peine quelques secondes, la petite salle était devenue un vrai champ de bataille: les balles fusèrent, les hommes hurlèrent; les monstres succombèrent. Kevin assista au combat un instant le temps d'occire plusieurs créatures puis s'en alla rejoindre son ancienne amante et ExoDeus. Le T-187 défit les chaînes d'Exo puis les deux "hommes" se dévisagèrent avant que Kevin ne porte son regard sur Licia.
- Partons, dit-il tout simplement alors que tout le monde autour de lui mourait.
Profitant de la débandade, le trio s'échappa par la porte défoncé du sas et quittèrent les lieux fissa. Halten s'en aperçu et avec 3 autres soldats dont le Capitaine Hofmann, prirent à leur tour la poudre d'escampette laissant les restes des militaires le soin de les couvrir...et de mourir.

- Où ont est là?
- Je n'en sais strictement rien, avoua D'ans.
Tiago Dos'Santos et Aurel D'ans étaient partis de leur abris pour sortir une bonne fois pour tout de ce complexe. Malheureusement ils s'étaient vite rendus compte que le centre demeurait vaste et que dans le cas présent, ils ne faisaient que de tourner en rond.
La seul chose dont ils étaient sûrs était qu'ils se trouvaient dans les sous-sol humides du labo aux murs gris et délavés. Et comme pour changer, la lumière vacillait leur faisait voir que la moindre de ce qui les entouraient.
- Si t'étais une porte de secours, où tu te cacherai?
Tiago fit un rire nerveux.
- Très drôle Aurel, t'es hilarant. J'sais pas comment tu fais pour rire dans de moments pareils!
- Et tu veux quoi? Que je chiale comme une gonzesse?!
- Non, mais que tu sois un peu sérieux...
Taptaptaptap..
- ... et que tu réfléchisses à...heu...c'était quoi ça?
- Chut!
Aurel tendit l'oreille et écouta attentivement puis répondit:
- Je ne sais pas...on aurait dit un bruit comme si des pattes d'une quelconque créature touchaient le sol...mais y'a plus rien à présent.
Sceptique, le policier-militaire frappa violemment le mur gris avec son pied en vociférant:
- Et merde!
Le bruit ainsi provoqué se percuta dans les ténébreux couloirs et le son tout récemment entendu se répéta.
Les deux hommes réalisèrent aussitôt une position défensive, prêts à faire feu.
- C'est tout proche, déclara doucement l'ex détenu.
Et comme par hasard, plus aucun son fut perceptible, seul le battement de leur cœur était audible.
Un bruissement vers la bouche d'aération du haut et d'un accord commun silencieux, les deux hommes pointèrent leurs armes dans cette direction – enfin seul Tiago était armé d'une arme à feu - ... quand soudain, la grille d'aération vola dans les airs frappant brutalement Aurel de plein fouet! L'humain s'écroula alors que Tiago arrosa derechef la nouvelle créature.
Une araignée géante!
Tandis que Tiago s'occupait de son ennemi, une seconde araignée émergea de l'ombre: de couleurs plutôt sombres, aussi grandes qu'un Saint-Bernard, elle ressemblait à s'y méprendre à une veuve noire...l'une des araignées les plus mortels.
Fouettant l'air de ses mandibules, elle atterrit sur la grille sous laquelle était couché Aurel. Surmontant son dégoût, il  déglutit et frappa l'araignée à l'aide de sa hache lui infligeant de profondes blessures mais elle ne s'avoua pas vaincu et bien au contraire, redoubla d'ardeur et essaya de toucher le fugitif avec ses mandibules.
- Tiago, à l'aide!
L'ancien dealer canalisa toutes ses forces dans ses jambes et dans un grognement, poussa la grille soutenant le monstre avec ses dernières et l'araignée s'écrasa contre le mur, non sans avoir blessé méchamment la jambe droite d'Aurel.
Tiago, enfin parvenu à vaincre son adversaire, couru vers l'agresseur de son ami de fortune. Il s'élança sur le bitume bosselé du corridor et se laissa glisser jusqu'à l'araignée et lui porta un violent coup de pied fauchant toutes les pattes gauches du monstre pour l'achever sans peine d'une rafale de mitraillette. Ceci étant fait, il reprit son souffle puis se dirigea vers D'ans, haletant, et l'aida à se relever.
- ça va aller?
Encore tremblant, il lui répondit:
- T'inquiète, j'ai connu pire..
Il était incroyable! Même dans ces moments il ne cessait de plaisanter!
Le militaire suggéra:
- En route, avant qu'il y en ait d'autre..
- Ok...surtout que c'est pas facile à tuer ces machins...vachement résistant. Mais, où allons nous?
- Je ne sais pas, répondit Tiago, mais une chose est sûre: quittons ce sous-sol. Pendant la bagarre, j'ai aperçu des escaliers.
- Alors allons-y, ne perdons pas de temps.
 

*

Ashura187

La Fin d'Umbrella
« Réponse #36 le: avril 15, 2004, 20:10:22 »
Chapitre 16: Triste nouvelle

Licia et ExoDeus n'arrêtaient pas de parler à l'encontre de Kevin. Les questions du pourquoi du comment fusèrent à tout va. Finalement, Exo haussa la voix et ce fut lui qui posa les questions en premier:
- Licia, que fais-tu dans ce merdier? Je te croyais à l'abris au Canada!!
- Et moi je peux en dire pareil, répondit-elle sans quitter Kevin des yeux. Je te croyais mort par cet immense monstre....et comment tu sais que j'étais au Canada?!
- Tyrant? S'étonna ExoDeus, pfff, il me faut plus que ce machin pour me vaincre! J'ai même survécu aux bombardements!! Et concernant le Canada, je sais plein de choses, et ça, tu devrais le savoir (clin d'œil)
- Incroyable...
Pendant qu'ils discutaient, Kevin resta silencieux tout en les écoutant...soudain, il se rendit compte qu'il tenait toujours la photo, devenue froissée, dans sa main.
Licia reprit:
- Qui t'as envoyé? Et dans quel but? Vas-y, dis moi tout!
- Désolé, je ne peux mentionner le nom de mon "employeur", mais si je suis ici, tu dois savoir quel est mon but.
L'ancien tireur d'élite de la DEATH SQUAD avait insisté sur les guillemets ce qui mit la puce à l'oreille de la jeune femme.
- ça ne serait pas Trent par hasard?
Exo leva un sourcil, intrigué, puis déclara:
- Oui, c'est bien lui...et si tu le connais c'est que t'as déjà eu affaire à lui, donc je peux te faire confiance.
- T'as vu tout juste Caporal. Moi il m'a envoyé ici pour mettre fin une bonne fois pour tout aux agissements d'Umbrella.
- Idem pour moi..je t'avais dis que mon but ici était simple à deviner.
- Et, continua Licia, il m'a aussi informé que je ferai....
- ...une stupéfiante rencontre, termina ExoDeus lui coupant la parole.
- En tout cas, dit-elle, je suis vraiment contente de te revoir...avec toi à mes côtés, rien ne peux m'arriver.
- Pareil. Bien que je suis un cyborg travaillant généralement seul, je suis content d'avoir quelqu'un pour m'épauler. Surtout une fille comme toi (il passa sa main dans les cheveux de la jeune femme).
Ils se regardèrent une fraction de seconde avant de se tourner en même temps en direction de Kevin.
- Alors Trent savait pour Kevin... constata ExoDeus.
Licia confirma d'un hochement de tête, une larme roulant sur sa joue quand Kevin tendit la photo devant ses yeux et dit d'une voix rongée par la tristesse:
- Ryan...est notre fils?
Son amante lui rendit un sourire qu'elle n'avait plus fait depuis des mois et tout en l'enlaçant, et d'une voix remplies de larmes, elle lui répondit:
- Oui, c'est bien lui..
Et elle s'abandonna dans ses bras et n'attendit pas une seconde pour l'embrasser...
ExoDeus s'écarta pour des amants les laissant tranquille et entreprit de surveiller le secteur, il informa néanmoins:
- Ne faîtes pas trop long...pour le moment c'est calme mais l'attaque de tout à l'heure montre bien que les monstres rôdent tout près d'ici, et peu armé comme on est, et même avec Kevin, je ne sais pas si nous tiendront longtemps. (on ne lui répondit pas)
... mais Kevin tourna la tête, triste.
- Mais, pourquoi fais-tu ça?
- Licia..
Kevin avait de la peine à trouver les mots mais parvînt à lui dire:
- Faut que tu saches une chose...
- Quoi?! (Licia avait la gorge nouée et sa voix tremblait)
- Je ne suis plus humain et malgré les quelques pensées humaines qui restent dans ma tête, ils ont fait de moi un cyborg incapable de ressentir la moindre des sentiments, et donc, de ne plus aimer...
- Non...
La jeune Ford commença vraiment à pleurer et entre deux sanglots, rétorqua:
- ça fait maintenant des mois que j'espérais te revoir vivant et à présent que je t'ai en face de moi tu m'apprends que ces monstres t'ont enlevé tes sentiments...c'en est trop!
Ecoeurée, elle partit se calmer dans un coin et n'entendit pas Kevin prononcer ces mots:
- Je suis désolé, mon amour...
ExoDeus choisit ce moment pour intervenir à son tour et rappliqua:
- Grâce à mon sens de l'ouïe développé, j'ai pu entendre tout ce que vous vous êtes dit, notamment ta dernière phrase et sache une chose: je n'en ai jamais douté.
Le Caporal posa la main sur son ancien frère d'armes et reprit:
- Quoiqu'il en soit, je suis heureux de te retrouver comme autrefois, enfin.., en parti. Mais à présent, le but est de détruire ce complexe et de buter ce canard d'Halten qui t'a fait ça, OK!?
Kevin haussa les épaules...
- Ce n'est pas ça qui pourra faire que je puisse aimer à nouveau.
A ces mots, Exo ne sut pas quoi dire, il se contenta juste de répondre:
- Allons rejoindre Licia, il est temps de partir, je sens les zombies qui approchent.
En effet, des plaintes inhumaines retentirent à travers les couloirs.
Une fois le trio réunit, et une fois que Licia se soit calmée, ils reprirent leur chemin...
 

*

Ashura187

La Fin d'Umbrella
« Réponse #37 le: avril 15, 2004, 20:11:08 »
Chapitre 17: Le but des recherches d'Umbrella

- Ouf, sauvés..
Hofmann et ses deux hommes se posèrent contre le mur pour reprendre leur souffle, le Capitaine se tourna vers Halten qui, à bout de souffle, respirait difficilement, ses mains appuyés contre ses genoux.
- ça va Docteur? Risqua de demander Hofmann.
Halten se redressa vivement et fusilla le Capitaine du regard, rouge de colère.
- C'est malin! Ces satanés rebelles se sont enfuis et tous ça à cause de vous! Incapables que vous êtes!
- Mais je...
- Tais-toi Stefan! Je ne veux rien entendre!
Hofmann écarquilla les yeux: encore jamais Halten ne l'avait appelé par son prénom depuis qu'il était en fonction ici.
L'un des soldats s'approcha du Capitaine et l'informa de la situation:
- Capitaine, le périmètre est sûr et il faudra un moment avant que les zombies et les Hunters viennent jusqu'ici.
- Bien, c'est compris. (Il fit face à Halten) Vous avez entendu? Profitons de cette aubaine. Que faisons-nous alors?
Mark Halten se calma petit à petit puis sortir une télécommande de sa poche et la brandit vers les 3 hommes.
- Ce qu'on fait, c'est qu'une fois hors du complexe, on va faire sauter le bâtiment avec les charmes explosives que j'ai minutieusement placé.
- Et réduire en fumée tout le fruit de votre travail? S'enquit l'un des militaires.
- Ne dîtes pas de sottises...
De son autre main, il tendit une disquette.
- ... toutes les données sont stockées ici.
Stefan hocha la tête, satisfait.
- Bien, poursuivit Mark, on va utiliser un des nombreux passages secrets qui pullulent ces murs et quitter cet endroit.
- Compris...mais au fait, où sont les Docteurs Dama et Skinos? Cela fait un moment qu'on ne les a plus vu.
- Ils sont partis sitôt après que je les ai viré...pour avoir perdu le contrôle du T-313...deux incompétents. Voilà ce qu'ils étaient. Bon, trêve de bavardages, en route!
- Au moins, ils ont compris ce qu'il fallait faire, murmura l'un des deux soldats.
Ce dernier prit la tête du groupe, Halten et Hofmann lui emboîtaient le pas tandis que le second soldat se chargea de l'arrière-garde.

Ils passèrent devant de nombreuses portes sans se soucier de ce qu'elles contenaient et insistèrent de longer le couloir principal.
Licia se tenait toujours un peu à l'écart des deux autres, sûrement à cause des révélations que Kevin lui avait dites.
ExoDeus, quant à lui, s'interrogeait:
- Je me demande bien qu'elles étaient leurs principales recherches ici...car je ne vois rien de nouveau, question monstre, par rapport à Raccoon City...
Licia s'immobilisa net, comme surprise par le commentaire de l'Ancien Caporal attitré de la DEATH SQUAD.
- C'est vrai ça, avec tout ce qu'il s'est passé dernièrement, j'ai complètement oublié de demander à Trent les recherches qu'ils faisaient ici.
- C'est vrai... peut-être un nouveau virus, proposa ExoDeus.
- Vous n'y êtes pas...
Comme un seul homme, Exo et Licia se retournèrent vers Kevin qui, jusqu'à là, était resté silencieux, ExoDeus fronça les sourcils.
- Que veux-tu dire?
- Que tout simplement ici il n'y a rien à découvrir.
- Pardon?
- Si Trent vous a envoyé ici, c'était uniquement dans le but de me retrouver, ainsi que Gades, et qu'on s'allie à vous pour détruire le dernier Centre d'Umbrella, celui où on se trouve actuellement.
- Tu veux dire que Trent savait exactement à l'avance comment cela allait se passer?
- C'est tout à fait ça.  Mais dans quel but, je l'ignore.
- Mais comment sais-tu tout cela? Demanda son amante.
- Je connais Trent comme pas poche. Il a une idée précise derrière la tête.
- Et c'est quoi?
- Ça, nous le serons que quand nous aurons détruit cet endroit, car, curieusement, je suis sûr qu'on le croisera très bientôt. Mais je pense, et je suis même certain que c'est pour son intérêt personnel.
- Ce Trent n'a pas fini de nous surprendre, rétorqua Licia.
Tous furent plongés dans leurs pensées et le silence s'installa, mais pas pour longtemps, car un cri humain, provoqué par une forte douleur, résonna non loin d'eux.

De l'autre côté du complexe, quatre Hunters – morts – gisant à ses pieds, un corps de zombie encore dans la main, Gades "T-313" Pulse reniflait l'air, non pas pour retrouver et exterminer les monstres, mais pour retrouver son "créateur".
Gades avait renoncé de poursuivre continuellement sa proie, Aurel D'ans qu'on lui avait désigné. Lors de leur dernier affrontement, il avait failli y laisser sa vie et n'était pas prêt de courir à nouveau ce risque. Mais en fait, la vraie raison pour laquelle il avait abandonné à cette poursuite, c'était parce qu'il avait des choses plus promptes à faire: retrouver son créateur et lui tirer les vers du nez sur son passé.
Gades voulait savoir la vérité sur son précédent vécu.
Il tendit l'oreille.
Des voix!
Oubliant Aurel, il se glissa dans un petit tunnel, tenant toujours dans sa main le corps décharné et sans vie du zombie.  
 

*

Ashura187

La Fin d'Umbrella
« Réponse #38 le: avril 15, 2004, 20:11:57 »
Chapitre 18: " Un Soldat ne recule jamais, même devant l'impossible"

Les balles du MP5 perforèrent les corps des zombies, il en tombait des dizaines mais ils semblaient en revenir à l'infini.
Ne voulant pas gâcher ses précieuses munitions, Tiago adossa Aurel, qu'il soutenait, contre le mur – un fardeau quand il s'agit de faire feu en même temps – et prit le temps de viser convenablement, c'est-à-dire à la tête, les morts-vivants.
Un chargeur entier se déversa, telle une pluie mortelle, sur les créatures autrefois humaines. Alors que le chargeur tomba sur le sol dans un tintement sonore, et voyant que les balles avaient ralenti un peu la marche de la troupe de zombies – ceux-ci s'encoublèrent sur les cadavres de leurs congénères du premier rang – le Lieutenant Dos'Santos plaça à nouveau Aurel sous son bras et reprit rapidement la route, malgré le fait que prisonnier en cavale boitait et le ralentissait. Ce dernier supportant apparemment mal la blessure provoquée par l'araignée géante.
Il était pâle et parfois sa respiration se faisait vite, puis lente.
" Courage, pensa Tiago, nous arrivons en vue d'une porte, qui, espérons, sera un lieu de repos ".
Effectivement, les deux hommes en avaient plus qu'assez de progresser dans des lieux mal éclairés et maculés de sang, de cadavres traînant salement ça et là et de tous ses monstres.
Aurel perdit connaissance au moment où ils atteignirent la porte et tout en priant le Ciel pour qu'elle soit déverrouillée, Tiago abaissa la poignée...
... et la porte s'ouvrit!
- Super!!
Tiago avait prononcé cette exclamation sans le vouloir et s'engagea dans la pièce précipitamment et actionna le loquet de fermeture.
Puis il posa le fugitif sur une table et chercha quelque chose pour le soigner, il inspecta la salle: une étagère aux livres abondants, un bureau en désordre, une porte métallique – un autre accès à la salle, un robinet, des instruments de maintenance... ses yeux se portèrent sur le lavabo: quoi de plus efficace que de l'eau sur le visage de quelqu'un pour le réveiller?
Le militaire se saisit d'un verre qu'il remplit d'eau et déversa le contenu sur le faciès d'Aurel. D'ans se trémoussa et recracha une gorgée d'eau, puis il chuchota:
- Où suis-je?
- En sécurité, du moins pour le moment. Mais les zombies approchent et nous voilà pris au piège.
Aurel s'assit sur son postérieur et tout en émergeant gentiment de son "coma", il désigna du doigt l'extrémité de la pièce.
- Et ça, c'est quoi?
Le Lieutenant pivota la tête dans la direction indiquée; il se tapa le front avec sa paume de sa main droite.
- La porte métallisée, mais bien sûr!
Il s'en approcha et vit avec joie que celle-ci était ouverte. Heureux, il en fit part à Aurel:
- Aurel, nous pouvons sortir par là!
- Génial! Enfin une bonne nouvelle!
Il s'était remit péniblement debout et s'avança en chancelant vers Tiago et heurta la porte avec sa main.
- Et solide avec ça.
Cependant, les gémissements soudainement perceptibles des zombies effacèrent subitement leur sourire de leur visage; les zombies étaient parvenus jusqu'ici. Aurel grogna:
- Ils sont derrières la porte, ces saletés.
Des coups portés contre le battant confirmèrent ses dires et Tiago s'empressa de tourner la valve – en guise de poignée – et ouvrit la lourde porte.
- Vas-y Aurel, fonce!
Ce dernier fit quelques pas mais au moment où il allait franchir le pas de la porte, il empoigna le Lieutenant Dos'santos  et le poussa de l'autre côté de la porte.
- Je suis désolé...
- Mais...non...arrête!!
Tiago bondit mais la porte se referma devant lui, il entendit tourner la valve d'ouverture/fermeture.
Il s'époumona tout en frappant la porte à l'aide de ses poings:
- Aurel, arrête tes conneries, fais pas l'con! ça sert  à rien de faire ça, ouvre cette foutue porte!
Les premiers morceaux de bois composants la porte cédèrent sous l'impact des assauts des zombies, Aurel répondit tout simplement:
- Va-t-en, sauve ta peau pendant qu'il en est encore temps. Tiens, prends ça.
Il glissa sous la porte une carte de visite que Tiago ramassa, D'ans continua:
- Prends contact avec cette personne et dis lui que tu viens de ma part. Et avec lui, tu pourras me venger. Dis lui qu'Aurel D'ans a besoin de ses services une dernière fois. A présent, fiche le camps!
- D'accord..mais..je..
Aurel ne l'écoutait plus, désormais, il faisait face à son destin: une horde de zombies avide de chairs fraîches. Comme les morts-vivants terminaient de détruire la porte, Aurel, armé de sa hache et de son poing américain, se mit en position d'attaque. Les zombies pénétrèrent dans la salle et avant de s'élancer dans la mêlée, Aurel D'ans s'écria pour la dernière fois:
- Un soldat ne recule jamais, même devant l'impossible!!!
Sitôt la phrase achevée, il couru en direction de ses ennemis et entreprit de les taillader à grands coups de haches. Après, il tournoya son arme dans les airs dispersants le rang ennemi. Son poing américain fit des dégâts, et avec une précision extrême, mâchoires et têtes furent pulvérisées. Malgré sa blessure à la jambe, il enchaîna plusieurs coups de pieds rapides cassant côtés et défonçant des torses. Les bruits de coups se percutèrent dans toute la salle tant ils étaient violents.
Un zombie s'élança sur lui mais l'humain pivota juste à temps pour l'éviter et abattit sa hache sur la nuque de son agresseur, le décapitant net. Un flot de sang jaillit de la lésion aspergeant le visage d'Aurel. Sentir le sang de ses adversaires sur sa peau redoubla sa hargne et son plaisir de tuer...comme il le faisait à l'époque où il était dealer.
Un coup de genou déboîta l'épaule d'un second ennemi et un coude bien placé écrasa le nez d'un second.
La hache fit parler encore d'elle tranchant bras et jambes, têtes et torses dans des geysers de sang.
Mais il souffrait...sa blessure à la jambe.
Le manche de sa hache dégoulinante de sang lui échappa des mains ,son poing prit la relève. Toutefois, un zombie qu'il croyait avoir éliminé, se réveilla et le mordit cruellement à la jambe. C'est à ce moment là que tout bascula. Les zombies l'agrippèrent et commencèrent à le dévorer en dépit du fait qu'il se débattait. Il était mort, mais mort en soldat, mort en héros...
Bref, mort en homme libre...
 

*

Ashura187

La Fin d'Umbrella
« Réponse #39 le: avril 15, 2004, 20:13:58 »
Chapitre 19: En mauvaise posture

Les quatre hommes aboutirent dans le chenil du laboratoire, toutes les cages paraissaient vides et plusieurs d'entre elles étaient tâchées de sang...
... de sang frais.
Les occupants des lieux, en l'occurrence des chiens, de gros dobermans.
- Ne traînons pas ici, souffla le Capitaine Hofmann, ils sont peut-être encore dans les parages.
- Et je ne souhaite pas savoir ce que le virus a bien pu provoquer comme symptômes sur les chiens, rappliqua un soldat.
Fusils d'assaut pointés droit devant eux, balayant les environs de leur arme et entourant Mark Halten, les militaires se hâtèrent de traverser les lieux tout en restant le plus discret possible.
Des pas sur la droite...
Des grognements sur la gauche.
On se déplaçait tout autour des hommes et aussitôt, ceux-ci prirent une position défensive, couvrant toute la zone.
- Que personne ne tire avant que j'en donne l'ordre, exigea Hofmann.
Les grognements devenaient de plus en plus proches et les humains savaient qu'ils auraient à faire à toute une horde de chiens-zombies.
Ils avaient vu juste: tout un troupeau les encerclait.
D'abord les chiens les observèrent, les reniflèrent puis aboyèrent à tue-tête dans un bel ensemble.
Plusieurs d'entre eux étaient dépecés à certains endroits, d'autres avait des lambeaux de peau qui tombaient dévoilant leurs muscles et pour certains même leurs côtes étaient visibles. Tous ne possédaient pas d'iris et leurs yeux, comme injectés de sang, les pupilles dilatées, fixèrent les quatre proies.
Le Capitaine Stefan Hofmann donna enfin l'ordre:
- Feu à volonté!
Les 3 armes expédièrent leurs pluies mortelles sur les chiens les transformant, pour la plupart, en charpie. Néanmoins, leurs ennemis à quatre pattes étaient déterminées et féroces et chargèrent tous en même temps mais furent freinés par la déferlante de balles.
Un hochement de tête de Hofmann confirma aux autres soldats ainsi qu'à Halten, de tenter une percée dans le flot d'ennemis, tout en continuant de tirer.
Un chien perché sur l'une des cages en hauteur saute sur un soldat, d'un réflexe fulgurant il leva son fusil et tira; le chien fut criblé de balles et mourut.
Les humains réussirent à s'échapper de l'étau mortel qu'avait crée les chiens et coururent hors de portée...mais les chiens, pas encore vaincu, les pourchassèrent. L'un des soldats vociféra:
- On arrivera pas à les semer, il faut faire quelque chose!
- Moi je sais! Intervînt Halten.
Et sans hésiter, il attrapa le Beretta attaché à la ceinture du Capitaine et tira sur la jambe du soldat qui avait parlé.
- Aïe!!
Hofmann voulut s'interposer face à son supérieur mais se retînt. Il avait comprit: le malheureux soldat servait d'appât aux chiens et eux profitèrent de l'aubaine pour prendre leurs distances...et il avait vu juste.
Les chiens bondirent sur le militaire blessé et le dévorèrent. Aucun des zombies-chiens poursuivirent les 3 humains.
Halten couru droit devant lui, fier comme tout de son acte.

- ça venait de là!
Ils déambulèrent dans couloir indiqué par Licia et arrivèrent devant une porte qu'ils traversèrent sans perdre une seconde. De l'autre côté se trouvait une salle aux dimensions moyennes ressemblant à une salle de teste pour créatures, à cause des nombreux bocaux brisés qui entouraient toute la salle. Au centre de celle-ci étaient éparpillés des dizaines de cadavres humains, des gardes de sécurité. A un certain nombre d'entre eux ils leur manquaient une partie de leur corps. D'autres étaient méconnaissables. Des bras et des jambes, des têtes, étaient dispersés un peu partout dans la pièce.
C'était ce qu'on pouvait appeler un vrai bain de sang.
- Bon Dieu, qui a bien pu faire ça, se lamenta Licia.
Exo répondit d'une voix calme:
- Les Hunters...
Figée d'horreur. Voilà comment était Licia en entendant ce nom.
- Le seul problème, dit Kevin, c'est que mis à part notre force physique à ExoDeus et à moi, nous n'avons pas d'armes.
- Alors prenons les armes des cadavres. Regardez-là, j'en vois plein!


Pas mal de mitraillettes, des AK-47, étaient répandues autour des cadavres. Kevin fut le premier à s'en emparer, quand soudain...
Des bruits sourds, suivirent des cris stridents au point que Licia dû se boucher les oreilles.
Et venu de nulle part, quelque chose tomba sur ExoDeuis qui l'esquiva en sautant rapidement en arrière.
Des jambes!
Pendant que Licia déglutissait, une silhouette émergea de la pénombre: un Hunter, mais beaucoup plus grand que ses congénères et avait la peau brune, et non verte. Un torse encore empalé sur sa griffe droite, dégoulinante de sang frais.
Kevin compris, ce pauvre gars devait être celui qui avait hurlé à la mort précédemment, et les jambes qui avaient failli percuter ExoDeus appartenaient sans aucun doute au même homme.
Le Hunter brun enleva le corps de ses griffes d'un coup sec et poussa un hurlement guttural et à ce moment précis, une petite dizaine de Hunters verts sortirent de leur cachette. Le chef des Hunters dévisagea les humains pris au piège et sembla esquisser un léger rictus...


-----------

Voilà, je m'arrête ici pour la soirée, je vous laisse quand même le temps pour lire tout ça...en tout cas, j'espère que ça va plaire.
Mais je pense que les filles de ce forum vont apprécier de voir que l'héroïne de cette histoire ne se laisse pas faire face à un homme armé ^^


- Ashura -, guerrier de l'Ombre :massue:

*

Ashura187

La Fin d'Umbrella
« Réponse #40 le: avril 15, 2004, 20:49:20 »
Je vais mettre encore ce chapitre car je pense qu'il risque d'intéresser Shadowman.

bonne soirée


- Ashura -, guerrier de l'Ombre :massue:

-------------

Chapitre 20: Existence du prototype "Shadowman"

- C'est bon, on les a semé.
- Tu es sûr, soldat?
- Oui, mon Capitaine. Je le crois bien.
Les deux regardèrent Halten qui leur avait sauvé la vie mais en sacrifiant lâchement l'un de ses plus loyaux militaires.
- Quoi? Qu'est-ce qu'il y a? Demanda le Docteur, une pointe d'événement dans sa voix.
- Vous n'étiez pas obligé de faire ça, Monsieur, lui rétorqua Hofmann alors que l'autre soldat approuva de la tête. Parce qu'on aurait eu encore besoin de son aide pour sortir d'ici.
- Allons bon, ce n'est qu'un homme. Et tout ce que nous avons fait ici mérite bien la mort d'un homme, je me trompe Capitaine?
Pas convaincu, Stefan lui répondit doucement:
- Vous avez certainement raison.
- Bien, poursuivons.
Ils reprirent leur route et arpentèrent un vaste corridor – cette fois-ci bien éclairé – pendant cinq bonnes minutes puis Halten s'arrêta.
- Que se passe-t-il, Monsieur? L'interrogea le soldat.
- Il se passe que je ne me souviens plus où est-ce qu'il faut passer pour rejoindre le passage secret de ce niveau, et que...
- Chut! L'interrompit le Capitaine, écoutez.
Ils tendirent l'oreille et distinguèrent des pas s'approcher d'eux, mais ces pas était trop lourd pour être ceux d'un homme de corpulence normale. Tout un coup, un corps surgit de nulle part heurta le soldat de plein fouet l'envoyant directement contre le mur le plus proche.
- Mais qu'est-ce que...
Halten ne put finir sa phrase car il vit que Gades Pulse fonçait droit sur lui grondant de toutes ses forces. Hofmann n'attendit pas plus longtemps pour mitrailler le T-313, ses balles déviées par l'armure protégeant le corps du cyborg. Il tira jusqu'à épuisement de munitions. Gades détourna la tête d'Halten pour faire face au Capitaine des militaires; celui-ci tenta tant bien que mal de reculer mais en à peine quelques enjambées, Pulse fut sur lui. Il tordit le bout du canon de l'arme puis souleva le militaire dans les airs et l'expédia de toutes ses forces contre le mur. La violence était telle que la silhouette de Stefan fut marquée contre le mur. Ses membres se disloquèrent et l'humain rendit l'âme.
Ceci étant fait, Pulse pivota vers Halten qui, terrifié, ne bougea pas d'un pouce...il tremblait, ainsi que sa voix.
- Du calme T-313, du calme, l'apaisa le Dr.Halten. Tu as ta liberté, on ne te retient plus. Pars!
- Gades voulut répondre quand plusieurs détonations retentirent derrière le monstre.
C'était le soldat.
Revenu à lui, il avait pris son pistolet et canarda Gades pour qu'Halten puisse s'enfuir. C'est ce qu'il fit et pendant que Gades acheva le rescapé, Mark avait déjà une longueur d'avance. Pas inquiété du tout, T-313 arracha un pan de mur et le lança en plein dans le dos de l'humain qui s'effondra comme une masse!
Mark arracha un cri de douleur et sentit la plupart de ses membres le lâcher. Il remarqua toutefois la présence de Gades Pulse à ses côtés. Ce dernier commença à parler:
- Halten...dîtes moi la vérité à propos de mon passé...
Ne pouvant rien faire d'autre, le Docteur Mark Halten s'exécuta et causa difficilement à cause du coup porté précédemment:
- Voilà, avant tu étais policier de choc à Raccoon. Quand le virus-T s'est propagé dans toute la ville, tu as été, grâce à tes talents, l'un des seuls survivants. Ensuite tu as rencontré la DEATH SQUAD dirigé par le Lieutenant Bigi Xhems et tu as été tué en voulant sauver Kevin et Licia. Kevin ayant été lui aussi rendu à l'était de cyborg à sa mort.
En entendant ces deux prénoms, Gades fulmina de rage en se rappelant que Licia avait choisis Kevin, ce prétentieux, plutôt que lui.
- Et...ma...famille?
- Ta famille, Halten gloussa, enfin ceux qui n'étaient pas à Raccoon, on tous été exécutés par les Forces Spéciales d'Umbrella. Sauf ton demi-frère Nicolas Major qui a été enlevé pour qu'ils puissent effectuer des expériences sur lui avec des virus dont j'ignore complètement la nature exacte. Je ne sais même pas où il est retenu prisonnier. A part que son nom de code est Shadowman, je ne sais rien d'autre!
A ce moment là, tout se bascula dans son esprit, Kevin, sa tendre Licia, son demi-frère kidnappé...s'en était trop!
A la suite d'un formidable grondement faisant vibrer les murs, Gades traversa un mur le pulvérisant laissant Halten pour mort.
- Au secours, cria autant que ses cordes vocales le pouvaient, aidez-moi!
 

*

Shadowman

La Fin d'Umbrella
« Réponse #41 le: avril 15, 2004, 22:54:56 »
Super bon comme toujours  :D  

*

ExoDeus

La Fin d'Umbrella
« Réponse #42 le: avril 16, 2004, 11:00:12 »
Ashura, la suite de fic est tout bonnement superbe, j'adore comme tu expliques les détails pendant les bagarres, toute l'intensité que dégage les combats et autres pugilats. On voit aussi clairement comment chaque personnage vit cette histoire. Aurel prend ça comme un jeu, ainsi que Kevin. ExoDeus veut survivre de ses propres moyens pour arriver à ces fins, tout comme Tiago qui veut en sortir vivant pour venger Aurel alors qu'on début il voulait juste survivre pour ramener Aurel aux autorités. Licia vit cela dans la tragédie et dans le drame et doit contrôler ses sentiments pour survivre, afin de devenir une femme forte comme tu nous l'a montré avec sa rencontre avec le Capitaine. Il y a le salaud de service qu'est Mark Halten et les Soldats qui, malgré qu'ils approuvent complètement leur supérieur (Hofmann et les deux soldats) lui obéissent sans dire quoique ce soit. Sans oublier Gades Pulse qui veut vire juste pour savoir comment était son passé pour pouvoir mourir en paix.
Et surtout, ce Mystérieux Trent que tu arrêtes pas de nous en parler.
Contrairement à ce que disaient ces abrutis sur jv.com, tu axes jusque ce qu'il faut sur la psychologie des personnages. Chaque protagoniste ont un passé bien défini, à nous de faire le reste avec notre imagination. Ce que dark, glad et alpha ne faisait pas.

Comme le dit Gades, tu écris avec ton coeur, et non avec ta tête. Tu laisses tes sentiments te guider dans tes actions. Tu ne réfléchis pas à tout bout de champ pour faire l'histoire la plus réaliste, ce qui est nul.
De plus, tu mets toujours une histoire d'amour dramatique qui va bien avec l'ambiance. Franchement, j'adore lorsque tu fais ça car tu y parviens si bien, qu'à la fin, nous restons perplexes, et même tristes.
Et pour l'action, tu mérites pas l'Oscar du meilleur écrivain des scènes de bastons, c'est certain.

Gades, cletausen> N'ai-je pas raison dans mes commentaires???

Ashura, continue, t'es le meilleur.

~ ExoDeus ~, Général des combattants Eréniens :furieux:

*

ExoDeus

La Fin d'Umbrella
« Réponse #43 le: avril 16, 2004, 11:01:15 »
Je voulais dire: "Qu'ils DEsapprouvent leur supérieur"

~ ExoDeus ~, Général des combattants Eréniens :furieux:

*

Shadowman

La Fin d'Umbrella
« Réponse #44 le: avril 16, 2004, 13:48:58 »
Tu peut modifier tes messages,contrairement a jv.com

et OUI t'as raison dans tes commentaires  ^_^