Sondage

Quel est l'avenir du peer-to-peer ?

Ensoleillé
6 (35.3%)
Mitigé
8 (47.1%)
Sombre
3 (17.6%)

Total des votants: 11

Le Peer-to-peer Demain ...

  • 117 Réponses
  • 36241 Vues

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

*

Hors ligne Alban

  • *****
  • 6 344
    • Cafeduweb.com
Le Peer-to-peer Demain ...
« le: mai 19, 2004, 14:07:53 »
:huh: Tout est dans la question  

*

Hors ligne ptitourski

  • petit ours attitré
  • *****
  • 22 383
Le Peer-to-peer Demain ...
« Réponse #1 le: mai 19, 2004, 14:13:32 »
il est ombragé pour l'instant , car la mane commerciale ne le régit pas encore  :wub:

c'est une question de temps  <_<  
La vie c'est comme un petit orteil ; on ignore son existence jusqu'au jour où ça cogne quelque chose. [Benoît Gagnon]

*

tiTi

Le Peer-to-peer Demain ...
« Réponse #2 le: mai 23, 2004, 17:33:22 »
Le p2p ets presque mort ( je parle legalement ) ... Meme si les dirigents trouvait d'autres solutions pour faire payer les consomateurs je pense que le p2p est une solution trop a risque et pas tres bien securisée ...
   
 

*

Hors ligne ptitourski

  • petit ours attitré
  • *****
  • 22 383
Le Peer-to-peer Demain ...
« Réponse #3 le: juin 22, 2004, 00:43:18 »
Citer
Un nouveau dans le monde du P2P: Le Bookcrossing

Pour partager une nouvelle tendance à l'échange de données culturelles fait parler d'elle depuis quelques années. Son nom : le BookCrossing.

Pour partager plus que des divx, des mp3 et autres iso. Si aujourd'hui eMule, Overnet et le plus médiatique Kazaa sont connus pour être les solutions d'échange de données les plus utilisées, une nouvelle tendance à l'échange de données culturelles fait parler d'elle depuis quelques années. Respectueuse du droit, la démarche de l'échange culturel se décline donc librement sans contraintes juridiques, ou financières. Son nom : le BookCrossing.

Qu’est-ce que le « BookCrossing »?
Le BookCrossing, est une initiative (pouvant être artistique, voir engagée) prise par et pour des lecteurs dans le monde entier. Des livres sont abandonnés « dans la nature » de sorte que d’autres personnes puissent en profiter. « BookCrossing.com », de Ron Hornbaker est entre autre le site web qui a rendu tout cela possible et cohérent. Il existe une version francophone de ce site : http://bookcrossingfrance.apinc.org/

Depuis quand ce phénomène existe-t-il ?
L’idée est née en mars 2001. L’inauguration du site a eu lieu le 17.04.2001. Dans les 11 premiers mois, environ 100 nouveaux membres par mois ont adhéré au « club ». En mars 2002, un article sur le BookCrossing est paru dans le « Book-Magazine » ce qui a attiré l’attention des média. Résultat : plus ou moins 300 nouveaux membres par jour à l’heure actuelle.

Qui sont les adhérents?
Il s’agit de plus de 200 000 BookCrossers qui ont fait enregistrer plus de 1 200 000. Les membres ont tous les âges possibles et proviennent de toutes les catégories sociales. L’inscription est gratuite et la stricte confidentialité des membres (et de leur adresse e-mail) est assurée.

Où le font-ils?
Le BookCrossing est un phénomène qui se répand dans le monde entier. Bien sûr, la plupart des membres sont américains, mais en France ils sont de plus en plus nombreux (environ 2 300 membres à la date d’aujourd’hui).

En France, il existe deux sites importants relatifs à ce phénomène :
la version française de BookCrossing.com (site miroir)
le site de passe-livre : www.passe-livre.com

Source et suite de l'article -> www.open-files.com
« Modifié: août 25, 2004, 03:18:21 par ptitourski »
La vie c'est comme un petit orteil ; on ignore son existence jusqu'au jour où ça cogne quelque chose. [Benoît Gagnon]

*

Hors ligne ptitourski

  • petit ours attitré
  • *****
  • 22 383
Le Peer-to-peer Demain ...
« Réponse #4 le: août 25, 2004, 03:21:14 »
Citer
Le P2P saura t-il rester attractif ?
posté par Guillaume Champeau

Avec l'augmentation de la bande passante descendante et le gel de l'upload chez les FAI, y a t-il encore un avenir pour le P2P ? La semaine prochaine sera rendu public en France un nouveau service de streaming destiné aux amateurs de DivX qui pourrait bien faire beaucoup de bruit et beaucoup de mal aux eMule et autres Shareaza. Plutôt que de passer deux jours à télécharger un film, l'internaute pourra visionner en temps réel les vidéos mises à disposition par d'autres sur le site.

Utilisant la technologie de pointe mise au point par une société parisienne, le service qui tient pour l'instant à rester confidentiel proposera ainsi aux internautes à partir du début du mois de septembre un service qui n'est pas sans rappeler celui qu'avait tenté MP3.com avant d'être condamné (de façon judiriquement contestable) par les tribunaux américains. Les utilisateurs du service pourront en effet uploader leurs vidéos sur les serveurs du site, et bénéficier d'un code d'accès pour les lire de n'importe où, lequel code peut bien sûr être communiqué à d'autres.

Un service de stockage de données privées

Problème de droit d'auteur ? Le créateur s'en défend. "Nous offrons uniquement un service de stockage de données privées", nous explique Cédric, qui précise que "c'est l'utilisateur qui prend la responsabilité de ce qu'il upload". L'association montée spécialement pour ce service n'exercera pas de contrôle sur les vidéos uploadées, mais en cas de problème signalé par un tiers (au hasard les ayants droits d'un film), elle se réserve le droit de suspendre l'accès à la vidéo.

Avec un serveur bénéficiant d'une bande passante de 40Mbps et de deux disques durs de 250Go, les créateurs voient grand. Probablement gratuit dans un premier temps, le visionnage des vidéo sera ensuite accessible moyennant un micro-paiement, une "participation aux frais" que beaucoup d'internautes seront sans doute près à payer pour éviter de devoir attendre plusieurs jours les derniers octets du fichier .avi qu'ils téléchargent sur les réseaux P2P.

Techniquement, il faudra convertir tous les DivX uploadés en OGM, l'équivalent vidéo de l'Ogg Vorbis, ce qui est réalisable facilement avec par exemple le logiciel RiverPast. Les vidéos pourront alors être visionnées pendant 69 jours.

La fin annoncée du P2P ?

Pour le P2P, ce type de service de streaming en temps réel pourrait progressivement marquer une baisse d'intérêts pour les réseaux P2P dont la lenteur tend à s'accentuer avec la baisse malheureuse des quotas entrant/sortant des vitesses de connexions à haut débit. Tous les fournisseurs d'accès sont en effet entrain de multiplier leurs vitesses de transferts en téléchargement, mais très rares sont ceux qui en profitent pour augmenter également l'upload, essentiel à la survie du P2P.

C'est un véritable mouvement pro-upload qu'il faut mettre en route pour sauvegarder une technologie qui contribue, bien plus qu'au piratage, à la diffusion des savoirs et des contenus libres de droits à travers le monde. Nous ouvrirons bientôt avec plusieurs partenaires un site spécialement dédié à ce problème.

La source -> www.ratiatum.com
La vie c'est comme un petit orteil ; on ignore son existence jusqu'au jour où ça cogne quelque chose. [Benoît Gagnon]

*

Hors ligne ptitourski

  • petit ours attitré
  • *****
  • 22 383
Le Peer-to-peer Demain ...
« Réponse #5 le: août 26, 2004, 16:23:38 »
Citer
La MPAA dérape...
Rédigé par Gaetan A

L'association Motion Picture Association of America (MPAA), très médiatisée pour ses actions à l'encontre des pirates vient encore de faire parler d'elle. En effet, elle vient tout juste d'assigner en justice deux des principaux constructeurs de puces CSS Content Scramble System) : Sigma Design et Media Tek.

Le système CSS est un système de protection contre la copie qui est présent sur l'ensemble des lecteurs de DVD. Et pour pouvoir lire un quelconque DVD, chacun des lecteurs doit être équipé de cette puce afin de décoder les informations sous peine de ne pas pouvoir lire le DVD.

Et bien aussi invraisemblable que cela puisse paraître, ceci n'est pas la logique de la MPAA. En effet, cette dernière met en avant le fait que pour pirater un DVD, il faut pouvoir le lire. Donc la principale raison du piratage des DVD, selon eux, est la possibilité de lire ces derniers. Les lecteurs DVD représentent donc une menace pour l'industrie du film.

Mais est-ce que ce ne sont pas ces derniers qui permettent de visionner les films achetés par les consommateurs ?

La MPAA, par ce procès, cherche à prendre possession du marché des lecteurs DVD et ainsi décider quel constructeur sera autorisé à installer la puce CSS dans ses lecteurs.

La source -> www.presence-pc.com
La vie c'est comme un petit orteil ; on ignore son existence jusqu'au jour où ça cogne quelque chose. [Benoît Gagnon]

*

Hors ligne ptitourski

  • petit ours attitré
  • *****
  • 22 383
Le Peer-to-peer Demain ...
« Réponse #6 le: août 27, 2004, 13:15:44 »
Citer
La communauté P2P se rebelle contre les arnaques
posté par Guillaume Champeau

Comme tout ce qui a du succès, le Peer-to-Peer a attiré dans son sillage de nombreuses âmes mal intentionnées. Les scammers ("arnaqueurs") pullulent depuis des mois en proposant à l'internaute mal renseigné de payer, souvent cher, pour télécharger un logiciel de P2P qu'ils n'ont pas créé. Mais le temps de la vengeance semble avoir sonné.

On recense actuellement près de 160 de ces sites qui font payer un "droit d'entrée" à des réseaux Peer-to-Peer par nature ouverts gratuitement à tout le monde. Allez sur eDonkey-MP3.com, et l'on vous fera par exemple payer un abonnement de $1.5 par mois pendant un an pour avoir le droit d'utiliser le logiciel de MetaMachine que chacun peut pourtant télécharger gratuitement sur le site officiel. Sur Suprnova.com, on se permet même de cloner le célèbre site en .org et de faire payer $29.95 l'accès.

Kazaa, eMule, eDonkey, WinMX, Piolet, Shareaza,... l'ensemble des logiciels les plus populaires sont ainsi détournés au bénéfice de ces sociétés sans scrupules qui jouent tous sur l'ambiguité "payant=légal" pour tromper le consommateur naïf. Certains n'hésitent d'ailleurs pas à afficher fièrement un sigle "100% Legal"...

Mais le site TakebackP2P.tk a décidé de lancer la guerre contre ces sites en utilisant la force de la communauté et les moyens du bord : l'attaque de déni de service. Le visiteur est ainsi invité à se rendre sur une page qui rechargera automatiquement des centaines d'images par minutes stockées sur les serveurs des scammers. TakebackP2P espère ainsi faire gonfler les frais d'hébergements de ces sites d'arnarques pour les contraindre à arrêter. MethLabs, l'éditeur de PeerGuardian et de XS, a même créé un logiciel dédié, Webstorm, qui n'est pour l'instant pas distribué publiquement pour des raisons évitentes (son utilisation pourrait entraîner une résiliation immédiate de l'abonnement Internet).

la source -> www.ratiatum.com
La vie c'est comme un petit orteil ; on ignore son existence jusqu'au jour où ça cogne quelque chose. [Benoît Gagnon]

*

Hors ligne ptitourski

  • petit ours attitré
  • *****
  • 22 383
Le Peer-to-peer Demain ...
« Réponse #7 le: septembre 17, 2004, 09:35:05 »
L'Open Music sur la voie de l'Open Source

Les réseaux P2P suscitent la colère des grandes maisons de disques. Ces dernières leur attribuent un manque à gagner. Elles mettent en oeuvre des moyens juridiques et techniques pour contrer les modes de diffusion contemporains liés à l'Internet. En dernier recours, elles tentent de tirer profit de ces nouveaux modes de diffusion en les intégrant dans un logique commerciale : iTunes, OD2, etc. Face à elles, des petits labels voient le jour et tentent de pratiquer de nouveaux modèles de diffusion

La suite -> www.logiciellibre.net

Citer
Un FAI américain lance un client P2P libre
posté par Guillaume Champeau

Le fournisseur d'accès américain EarthLink s'intéresse de très près au peer-to-peer. Son service de recherche et développement vient de mettre à disposition SIPshare, un client P2P basé sur le protocole libre SIP.

"Nous pensons que si le peer-to-peer se développe, l'Internet se développera", explique Earthlink. Le FAI est également un grand défenseur de l'open-source et du monde libre : "Un Internet ouvert est un bon Internet. Un Internet ouvert signifie que les utilisateurs ont une connectivité entière de bout en bout pour se dire tout ce qu'ils ont à se dire, que ce soit de la voix, de la vidéo, ou d'autres données échangées, autant que possible sans l'aide de serveurs qui fassent l'intermédiaire au milieu".

Earthlink s'est donc reposé sur le protocole de communication SIP (Session Initiation Protocol) et sur la plateforme Java pour développer SIPshare. L'application est encore en phase d'alpha-test, et compte sur la création d'une communauté pour évoluer. Le code source a en effet été distribué sous licence libre type BSD.

Il s'agit à notre connaissance du premier FAI à participer ainsi activement au développement d'un réseau P2P libre sur Internet.

la source -> www.ratiatum.com

 :wub:
La vie c'est comme un petit orteil ; on ignore son existence jusqu'au jour où ça cogne quelque chose. [Benoît Gagnon]

*

Hors ligne ptitourski

  • petit ours attitré
  • *****
  • 22 383
Le Peer-to-peer Demain ...
« Réponse #8 le: novembre 25, 2004, 15:55:29 »
Citer
Peer Impact : trois majors en P2P
posté par Guillaume Champeau
source : CNet

Une prise de conscience voire une révolution pour les majors ? Mis à part EMI, encore en phase de négociation, toutes les majors de l'industrie du disque auraient accepté de voir leur catalogue distribué via un nouveau service par P2P, baptisé Peer Impact. En compétition avec le futur Mashboxx de Wayne Rosso, Peer Impact ne semble toutefois pas marquer de profonds changements d'esprit chez les membres de la RIAA.

source et suite -> www.ratiatum.com

 :wub:
La vie c'est comme un petit orteil ; on ignore son existence jusqu'au jour où ça cogne quelque chose. [Benoît Gagnon]

*

Hors ligne ptitourski

  • petit ours attitré
  • *****
  • 22 383
Le Peer-to-peer Demain ...
« Réponse #9 le: novembre 25, 2004, 15:59:20 »
Citer
La radio inspire de nouveaux modèles pour l'échange de musique entre particuliers
Par Philippe Astor ZDNet France

Enquête «La relève du peer-to-peer» (1/3) - La croissance de l’internet à haut débit permet à une nouvelle génération de logiciels P2P d'émerger. Basé sur la diffusion en direct et non pas sur le téléchargement, leur procédé s'apparente à du "webcasting". De quoi satisfaire les ayants droit?

La progression exponentielle du haut débit et la numérisation sauvage du patrimoine des maisons de disques par les internautes, à des fins d'échange (réseaux "peer-to-peer" ou P2P), favorisent aujourd'hui l'émergence d'un nouveau mode de consommation de la musique sur internet. Un mode qui privilégie la diffusion directe ("streaming") plutôt que le téléchargement, et promet de bouleverser celui de la radio.

Deux logiciels, Mercora et Grouper, surfent sur cette nouvelle tendance: le premier sur un mode légaliste, le second sur un mode communautaire privé. Tous les deux permettent d'écouter la musique stockée sur l'ordinateur d'autres internautes.

source et suite -> rss.zdnet.fr
« Modifié: novembre 25, 2004, 15:59:58 par ptitourski »
La vie c'est comme un petit orteil ; on ignore son existence jusqu'au jour où ça cogne quelque chose. [Benoît Gagnon]

*

Hors ligne ptitourski

  • petit ours attitré
  • *****
  • 22 383
Le Peer-to-peer Demain ...
« Réponse #10 le: décembre 30, 2004, 07:42:44 »
Citer
eXeem : la relève BitTorrent 
posté par Le Doc

Les utilisateurs du réseau Peer to Peer BitTorrent (qui représenterait environ 35% des échanges sur le net d'après certains) a connu ces dernières semaines une vie assez "mouvementée", la chasse aux pirates étant lancée à l'échelon mondiale.

C'est LE site le plus connu dans cet univers, j'ai nommé SuprNova.org, qui en a fait récemment les frais avec sa fermeture le 19 decembre dernier (de sa propre iniative il faut le souligner).

Aujourd'ui son équipe annonce une nouveauté pour le 30 décembre, soit demain, qui sera effectuée sur la radio NovaStream.org vers 20 heures, heure française.

Rien n'est encore certain, mais il se pourrait bien que SuprNova annonce à la communauté BitTorrent le successeur de ce système de P2P, à savoir le fameux eXeem.

Ce programme, toujours en version béta, est en fait constitué d'un classique client BitTorrent mais couplé à un nouveau protocole de diffusion des liens torrents.

Ce nouveau programme permettra de décentraliser le réseau BitTorrent, chaque client (internaute) sera en effet transformé en un serveur (tracker) potentiel, de manière équivallente à ce qui existe déjà avec des réseaux comme Overnet ou Kademlia.

Vous voyez immédiatement son intérêt, dans ces conditions, il sera en effet quasi impossible de supprimer ces trackers car ces derniers étant présents sur la totalité des pc des internautes et non plus centralisés sur quelques serveurs.

Bref, dans le monde du P2P, la guerre aussi est ouverte !

la source -> www.generation-nt.com
La vie c'est comme un petit orteil ; on ignore son existence jusqu'au jour où ça cogne quelque chose. [Benoît Gagnon]

*

Hors ligne ptitourski

  • petit ours attitré
  • *****
  • 22 383
Le Peer-to-peer Demain ...
« Réponse #11 le: janvier 04, 2005, 07:09:09 »
en savoir + sur eXeem

La fermeture successive de la plupart des sites de liens BitTorrent a provoqué un engouement sans précédent pour un logiciel qui n'est pas encore sorti publiquement : eXeem. En attendant sa sortie officielle annoncée pour la deuxième moitié du mois, nous publions aujourd'hui un grand dossier Preview exclusif dévoilant toutes les facettes du logiciel.

suite et source -> www.ratiatum.com
La vie c'est comme un petit orteil ; on ignore son existence jusqu'au jour où ça cogne quelque chose. [Benoît Gagnon]

*

Hors ligne ptitourski

  • petit ours attitré
  • *****
  • 22 383
Re: Le Peer-to-peer Demain ...
« Réponse #12 le: février 10, 2005, 16:31:44 »
Citer
Une nouvelle version d'Exeem sans Cydoor
Le logiciel d'échanges P2P tente de redorer son blason grâce à une nouvelle version n'imposant plus l'installation de Cydoor, un adware particulièrement intrusif.
Jean-Michel Manat
 
A l'occasion de la sortie de la première version d' Exeem, le nouveau logiciel d'échanges de fichiers en peer-to-peer (P2P) basé sur le protocole BitTorrent (voir édition du 24 janvier 2005), la réaction des utilisateurs avait été unanime : l'installation par défaut du logiciel publicitaire Cydoor constituait un sérieux handicap au succès de l'application. Bien que plus d'un million de téléchargements d'Exeem aient déjà été recensés, l'éditeur Swarm Networks s'est résigné à corriger le tir en présentant la version 0.21 du logiciel qui, outre la correction de quelques bogues fonctionnels, se démarque de la précédente par l'absence de cet indésirable adware.

suite et source -> http://www.vnunet.fr/actualite/logiciels/utilitaires/20050209004

il y a un notre logiciel fonctionnant sous le protocole bitTorrent  :wub:

c'est torrent P2P -> http://fileforum.betanews.com/detail/Torrent_P2P/1104999663/1
et je viens de découvrir Torrent Searcher -> http://torrentp2p.tk/

pour retrouver les sources des systèmes d'exploitation linux qui sont diffusés sur ce protocole  :powa:
« Modifié: février 10, 2005, 16:33:33 par ptitourski »
La vie c'est comme un petit orteil ; on ignore son existence jusqu'au jour où ça cogne quelque chose. [Benoît Gagnon]

*

Hors ligne ptitourski

  • petit ours attitré
  • *****
  • 22 383
Re: Le Peer-to-peer Demain ...
« Réponse #13 le: février 11, 2005, 09:51:23 »
rectificatif pour le lien de "Torrent Searcher"

la dernière version -> logiciel anglophone

 :bye:
La vie c'est comme un petit orteil ; on ignore son existence jusqu'au jour où ça cogne quelque chose. [Benoît Gagnon]

*

Hors ligne fabus

  • *****
  • 3 532
Re: Le Peer-to-peer Demain ...
« Réponse #14 le: février 11, 2005, 11:53:56 »
le P2P,

tout depend ce que l'on entend par la, par definition le P2P n'est rien d'autre qu'un systeme decentralise et peut servir a d'autres choses que l'echange de fichier : messagerie instantanee (je ne parle bien entendu pas des icq, msn ou autres dont la base utilisateur est centralisee), clustering (calcul partage), et sans doute d'autre domaine que j'oublie ou qui ne sont pas encore exploite.

pour ce qui est du telechargement, si ce n'est pas le P2P, il y aura une autre methode qui prevaudra.
Mais si le P2P, ou plutot la facilite d'utilisation des outils de telechargements P2P, a augmente le nombre de "pirates", il n'en est pas la cause. Si le P2P finissait par mourir certains se pencheraient sur le developpement de logiciel plus user-friendly pour l'echange de fichiers sur d'autres protocoles encore sous exploites par rapport au P2P tels que les newsgroups, irc ou autres.
A noter au niveau technique l'avantage du P2P, qui permet de soulager le distributeur d'un fichier a partir du moment ou ce dernier commence a etre bien distribuer (cf. jeuxvideo.com qui utilise le reseau bittorent)

donc pour moi, le P2P n'est pas pret a mourir
fab.
Dogs believe they are human. Cats believe they are God.