Battle From Bioject

  • 115 Réponses
  • 24500 Vues

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

*

Shadowman

Battle From Bioject
« le: mai 28, 2004, 18:55:15 »
Je crois que c'est le moment propice pour sortir BFB,n'est-ce pas Ashu?
Note:Cette fic est un mixe entre Resident Evil et Battle Royale,tout le texte n'a été altéré d'aucune façon.
Autre note:si vous savez pas qui est "mercenaire" sur la signature d'ashu envoyez moi un MP

ATTENTION:
Cette histoire contient des scènes gores et violentes et pouvant heurter la sensibilité de certaines personnes.
Les textes de cette fanfics peuvent contenir un langage sexuel et ordurier.

Déconseillé au moins de 12 ans

==================================================


BATTLE FROM BIOJECT


-RAPPEL DES FAITS-


1998: (  Date exacte inconnue)

Un détachement de militaire, les "  C.D.F.S." (  Commandos Des Forces Spéciales) se rendent à Raccoon City et parviennent à détruire l´arme biologique qualifiée ultime d´Umbrella: Tyrant.
Tout le commando y passe, excepté deux personnes: Kevin Dravis, ancien Marine, et le Caporal ExoDeus que tous croyaient mort. Une femme aussi survécue, une femme prénommée Licia. Kevin meurt en même temps que Tyrant. Des scientifiques emportent son corps sans vie et embarquent la fille pour la relâcher quelques temps après.
C´est le début de la bataille entre les rebelles et Umbrella.


2001: (  vers début mars)

3 ans ont passé après l´accident de Raccoon City. Cette fois-ci, la bataille a lieu au QG d´Umbrella en plein cœur de l´Europe. Licia, aidée d´ExoDeus, de Kevin, d´Aurel et de Tiago, triomphent à nouveau et pour de bon. Tout le labo explose emportant toutefois deux rebelles.
Licia se fait enlever par Wesker, membre haut placé de la société rivale d´Umbrella, BioJect. Tiago et ExoDeus partent la secourir.


2001: (  fin avril)

ExoDeus et Tiago, à l´aide de l´unité des S.T.A.R.S. de Californie, arrivent sur l´île où se trouve un des complexes de BioJect; là où Licia est retenue prisonnière. A la suite de nombreux et éprouvants combats, les Rebelles, au prix de beaucoup de pertes humaines de leurs côté, détruisent BioJect et son dirigeant Albert Wesker.


2004:

ExoDeus, Licia et les autres membres survivants tentent une fois de plus de mettre un terme aux agissements de BioJect mais, cette fois-ci, la société est plus maline qu´eux et tout le reste des résistants périrent.
Ainsi s´achève la lutte opposant les rebelles face aux sociétés.
Ces dernières peuvent continuer leurs recherches mais en étant plus discret.


-PROLOGUE-

14 ans passèrent depuis la mort de sa mère. Ryan avait été placé dans un orphelinat à l´âge de 6 ans. L´âge où sa mère disparut sans laisser de trace. Pour des raisons de sécurité, Ryan avait dû changer de nom de famille....
Tout ce qu´il savait de sa mère c´était qu´elle combattait pour le bien être de la population.
Rien que ça, pas même une simple photo.
Par contre, il ignorait tout de son ère, nom de famille, prénom, profession, description, etc. Tout ça demeurait inconnu pour lui.
Malgré cela, Ryan était allé à l´école obligatoire jusqu´à ses 16 ans où il quitta l´orphelinat. A cet âge là, il commença à travailler dans une entreprise d´informatique et, en dépit de ses nombreuses démêlées avec les forces de l´ordre de sa ville, il devînt ingénieur adjoint et gagna bien sa vie.
Il avait à peine 20 ans.
Il emménagea avec sa fiancée enceinte de 7 mois et coula des jours heureux avec elle et ses amis d´enfance.
Ayant déménagé dans un nouveau quartier où se trouvaient de nombreuses personnes de son âge, Ryan ne fit vraiment jamais connaissance avec eux. Pour lui, ce n´était qu´une perte de temps, il avait déjà tout pour bien vivre.
Il avait raison d´agir ainsi...

Mais, toute belle chose à une fin et Ryan le découvrira bien assez tôt à ses dépends. Il ne pensait pas qu´un jour il devrait tuer des autres humains pour sauver sa propre vie..

Ainsi Débuta la dure loi de "   BATTLE FROM BIOJET "  


-CHAPITRE PREMIER: La nouvelle BioJect-

L´homme tapotait nerveusement ses doigts contre les rebords de la table basse.
C´était le dirigeant de BioJect.
Steven Wykinson était réputé comme étant le plus compétent des Grands Directeurs de BioJect et Umbrella confondus.
Ce fut lui qui élimina la menace que représentait les Rebelles emmenés par Licia.
Il avait sauvé BioJect d´une fin prématurée.
Wykinson sourit en se remémorant avec délice cet instant magique. Sa réputation et son influence devenaient de plus en plus importes.
Une porte s´ouvrit et en se retournant, il se retrouva nez à nez avec son assistant. Ce dernier s´inclina légèrement par respect et informa:
- M. Wykinson, les savants Dama & Skinos m´envoient vous dire que le virus-c est achevé. Nous pouvons bientôt commencer les préparatifs.
Steven arbora un large sourire et frappa ses mains l´une contre l´autre, satisfait.
- Parfait M. Esteban! J´ai bien fait d´épargner la vie à ces deux anciens scientifiques d´Umbrella. Ce cher Dr. Halten n´aurait pas dû les virer. Mais de toute façon, cela ne change rien puisqu´il est mort. Paix à son âme..
Un rire démentiel se percuta entre les quatre murs qui glaça le sang d´Esteban qui reste figé sur place, le Directeur se dirigea vers une carte du monde. Estevan le questionna sur ses intentions:
- ceci étant fait, que voulez-vous faire exactement, M. le Directeur?
Le Chef soupira tout en hochant la tête, irrité.
- Combien de fois devrais-je vous le répéter? Ce que je veux faire à présent c´est de faire en sorte que des gens soient contaminés pour les tester ensuite via un jeu. Ce jeu se déroulera sur une île.
- Et sur quelle île souhaitez-vous déverser votre virus?
- Sur l´île du Prince Edward, au sud de l´Afrique. J´ai choisis tout par hasard cette île car elle à la taille qu´il faut et il se trouve que le nombre d´habitants correspond à ce que je recherche, En plus de ça, il y a déjà une sorte de base construite il y a quelques années de ça où l´on pourra y établir notre QG.
Esteban se surprit à admirer son supérieur pour son ingéniosité et son flair pour trouver exactement ce qu´il faut au bon moment. Il continua néanmoins ses questions:
- Et maintenant, combien mais surtout quel genre de personne aimeriez-vous envoyez au massacre?
- J´y ai longuement réfléchis mais pour le premier essai, je pense essayer avec de jeunes gens. Entre 15 et 21 ans pour les plus vieux. Et pour le nombre, j´avoue que ce ne s´est pas fait avec aisance. Cependant, grâce à nos espions placés un peu partout sur les continents, j´ai trouvé 18 filles et 18 garçons de l´âge communiqué précédemment habitant dans le même quartier, qui est plutôt immense. Mais il m´a fallut quelques mois pour dénicher cela.
- C´est bien, conclue Esteban. Mais pourquoi faire ça?
Steven faut outré par la question et explosa:
- Tout simplement parce que je n´ai pas envie que des gens se rebellent à nouveau contre moi! C´est déjà survenu une fois et ils ont failli gagner, je ne veux pas que ce se reproduise! C´est pour les décourager à recommencer. Et si j´ai décidé de faire ce jeu sur une île, c´est que personne ne saura quoique se soit et nous pourrons enfin tester nos nouvelles créatures. Et si notre virus s´avère être une réussite, nous serons les maîtres de ce monde. BioJect dominera bientôt le marché des armes biologiques et rien ne nous stoppera!
- Mais les parents de ces jeunes gens vont s´apercevoir de quelque chose s´ils ne revoient pas leurs enfants.
- Tssssss, la belle affaire, répondit Wykinson en haussant les épaules. Si Umbrella est parvenue à étouffer l´affaire de la ville de Raccoon City, on arrivera à faire de même. Ne vous inquiétez pas à ce sujet, Esteban.
- Mais je ne m´inquiète pas, murmura-t-il.
- Bien, reprit le Directeur, le quartier se trouve ici, dans ce pays. Voici la liste des noms et les photos de ces personnes. Allez me les chercher. Et pas de bavure! Je veux que cette affaire soit close convenablement.
- Bien, M. Wykinson.
Sur ces mots, l´assistant tourna les talons et quitta la salle alors que Steven s´assit sur une chaise traînant dans ses appartements privés au sein de l´entreprise, en pensant à ce qu´il allait survenir un peu plus tard.


==================================================

CHAPITRE 2: Présentation de quelques participants

Mickael Hudson était un garçon de 18 ans apprécié et respecté. Sélectionné par 5 fois dans la première équipe de foot de son bahut. Belle gueule, costaud, intelligent.
Il était l´idole des filles et avait tout pour plaire. De plus, son père était un haut placé de sa ville.
En bref, Mickael vivant bien. Et pour combler le tout, il sortait avec l´une des filles les plus belles de sa région, prénommé Sylvie Jorys.
Beaucoup les enviaient car il formait le plus beau couple de la ville.
Mais ce jour-là, tout bascula pour eux..

- Bon sang, mais qu´est-ce qu´elle fait?!
Mickael regardait sans cesse sa montre, à la fois énervé et inquiet.
- Vingt minutes de retard... cela ne lui ressemble pas!
Un bruit au coin d´une rue attira son intention, pensant que c´était sa petite amie, Hud-son quitta le lieu de rendez-vous et s´y rendit. Au détour de la ruelle, il aperçut une sil-houette: c´était bien Sylvie.. derrière laquelle se tenait un homme armé vêtu d´une com-binaison noire. Une de ses mains était posée sur la bouche de sa copine l´empêchant de parler. Quelques secondes s´écoulèrent à peine avant qu´une armada de soldats émer-gèrent de l´obscurité, pointant leurs armes en direction de Mickael.
Ce dernier, étonné, ne savait pas quoi faire: encerclé et seul contre tous, il n´avait au-cune chance, toutefois, il brandit un poing vers l´agresseur de Sylvie et lui lança:
- Si tu lui touche ne serait-ce qu´un seul cheveu, t´es un homme mort!
Le militaire se contenta de rire et de son pistolet, tira une fois au pied d´Hudson qui re-cula vivement.
- Salaud! S´écria le jeune homme qui vit son amie sangloter.
Une voix résonna derrière lui.
- Allons allons, Sergent Zymm, ne faîtes pas de mal à notre hôte!
- Qui êtes-vous? Osa demander Mickael énervé, et que voulez-vous?
- Je m´appelle Esteban et... il est encore trop tôt pour vous le dire. Embarquez-les, dit-il en s´adressant à ses hommes.
Une fois bâillonnés, Mickael et Sylvie furent emmenés dans une camionnette qui démarra au quart de tours alors que les deux adolescents sombrèrent dans l´inconscience...

Garçon N° 10 Fille N°9
Mikael Hudson Sylvie Jorys
18 ans 17 ans

--------------------------------------------------


- Eh mec, r´garde qui est là!
L´inconnu tourna la tête en direction d´une jeune et jolie fille et déclara:
- Mais oui, tu as raison, c´est notre très chère Anna. Allez, viens nous voir ma jolie!
Anna Keller, tout juste âgée de 15 ans, était souvent persécutée par des garçons plus vieux qu´elle, en l´occurrence ici par Hekuran Ricôn et Julien Stutter.
La cause était qu´Anna était encore vierge et qui plus est, était vraiment magnifique: Longue et belle chevelure, peau douce et de sublimes yeux verts l´a rendaient encore plus splendide. En plus, pour son jeune âge, elle avait un corps parfait.
Voilà pourquoi elle était souvent convoitisée.
- Laissez-moi tranquille vous deux! Sinon je vais le dire à mon grand frère et il vous cassera la tête!
- Ahahahahah! Rirent les deux individus, on a pas peur de lui
Julien parvînt à saisir le bras de la jeune fille et le coinça derrière son dos; elle se retrou-va bientôt immobile.
- On ne va pas te faire du mal, on veut juste profiter de ton.. corps! Ricana Hekuran.
Au moment où il commença à lui faire de attouchements, une détonation retentit et Hekuran fut foudroyé à la jambe!
On lui avait tiré dessus.
- Heku!
Julien lâcha Anna pour secourir son ami mais sa course se finit contre un homme puis-samment musclé. Un coup de poing bien placé fit voltiger Julien dans les airs. La jeune Anna le remercia immédiatement. Elle prit la main de l´homme et, encore sous le choc dû à son agression parvînt à sangloter:
- Merci Monsieur, merci du fond du cœur!
Esteban resta impassible et lui répondit tout simplement:
- Ne me remercie pas...
- Mais.... pourquoi?
Un signe de tête d´Esteban à un soldat et celui-ci abattit sa crosse de pistolet sur la tempe de Keller et s´écroula, inerte.
- Pour ça...
Il sourit.

Garçon N° 1 Fille N° 12 Garçon N° 17
Julien Stutter Anna Keller Hekuran Ricõn
16 ans 15 ans 19 ans

--------------------------------------------------


Une puissante baffe percuta violemment le visage du garçon, aussitôt celui-ci porta sa main à sa joue meurtrie et foudroya son agresseur du regard.
C´était une fille... mais pas n´importe qui: Loïka Sebastiennelli, la plus cruelle et la plus terrifiante des filles du quartier.
Tous ceux qui la connaissaient savaient en quoi en tenir et la respectaient. Les autres, comme ce petit nouveau prétentieux, ne tarderait pas à la respecter.
Valait mieux être son ami que son ennemi. A 16 ans, elle avait tout d´une grande!
Elle avait même envoyé son ex petit ami à l´hôpital parce qu´il l´avait trompé!
Vince Lorenzo avait le souffle court mais même à contrecœur, il savait qu´il ne faisait pas le poids contre elle.
- On se reverra, promit-il.
- Quand tu veux! Répondit-elle en haussant les épaules.
A ces mots, venant de nul part, un filet tomba sur Vince l´emprisonnant totalement.
- Mais...que.... au secours!
Loïka rit copieusement.
- Mon pauvre ami! Faut croire qu´il n´y a pas que moi que t´as emmerdé aujourd´hui! Et que tu...
Elle s´arrêta de parler car elle perçut un "  clic" puis sentit quelque chose lui frôla le crâne: On l´a tenait en joue!
Esteban apparut à ce moment là et s´exclama:
- Tiens tiens, la terrifiante Loïka Sebastiennelli n´est pas à la hauteur de sa réputation!
- canard! Cracha-t-elle!
- Arrête Loïka! Le supplia Vince, toujours empêtré dans les filets, ne dit rien qui pour-rait l´énerver!
- J´m´ens fous!
- Tu devrais l´écouter, conseilla Esteban. Je meurs d´envie de te faire sauter la cervelle mais je ne suis pas encore en mesure de le faire; mon supérieur à besoin de toi! J´admire ton caractère, il sera très utile et prometteur!
Une fois de plus, l´adjoint fut pris d´un fou rire tandis que les deux ados furent embar-qués.

Garçon N° 8 Fille N°15
Vince Lorenzo Loïka Sebastiennelli
20 ans 16 ans

--------------------------------------------------


- Par là! Il a filé dans cette ruelle!
Un soldat désigna du doigt une avenue se situant à quelques mètres d´eux sur la gauche. Esteban s´arrêta de courir et posa ses mains sur ses genoux pour reprendre son souffle, il réussit toutefois à hoqueter:
- Suivez-le! Il ne faut surtout pas le perdre de vue!
Aussitôt, ses hommes continuèrent la poursuite et l´adjoint-directeur murmura:
- Foutu gosse, quelle rapidité!
Et oui, Kyle Rain était réputé comme étant le meilleur coureur de la ville. IL avait gagné les championnats de course de sa région et ajoutant à cela, il était l´attaquant d´une équipe de foot de haut niveau. Il savait comment éviter ses adversaires.
Il avait déjà mis l´un de ses poursuivants au tapis mais un autre se trouva face à lui, Kyle fit semblant de passer à gauche, puis au dernier moment, et d´un geste fulgurant, feinta sur la droite donnant dans le même élan un coup de coude dans les reins de son oppo-sant. Ce dernier, dérouté par la manœuvre, ne comprit rien et grimaça sous le coup portée. Une fois remis de ses émotions, c´était pour constater que Kyle était déjà parti....
Rain esquiva encore bon nombre de ses agresseurs mais trébucha soudainement sur un fil jusqu´à là invisible; il s´étala de tout son long, sa tête heurtant violemment le sol.
Il perdit connaissance.
Un Sergent s´adressa à son supérieur:
- On l´a enfin eu! Ce fut le plus difficile à attraper jusqu´à maintenant!
Esteban n´émit qu´un simple grognement et tourna les talons.

Garçon N° 7
Kyle Rain
16 ans

--------------------------------------------------


Yasmine Carter et Kristel Wilson, 18 et 15 ans, les inséparables...
Elles étaient les meilleures amies du monde, malgré leur 3 ans de différence.
En plus de ça, elles étaient aussi magnifique l´une que l´autre. Toujours bien branchées.
Habillées à la dernière mode du moment.
Les jeunes filles du quartier les idolâtraient, elles étaient pour elles une sorte de modèle à suivre.
De plus, Yasmine et Kristel étaient de nature très gentilles et agréables.
L´ancien petit ami de Kristel se trouvait être Kyle, avec qui elle sortait depuis plus d´une année mais cela avait cessé car le jeune homme se consacrait plus au sport et à la mé-canique qu´à elle.
Après une journée bien remplie à faire du shopping, les deux filles marchaient en rigolant faisant tournoyer leur nouveau sac et se remémoraient ce qu´elles avaient vu dans les précédents magasins.
- Prenons par là, suggéra Kristel, on sera plus vite chez nous.
- Je préfère pas trop, rétorqua Yasmine, on ne sait pas sur qui ont peu tomber et je n´ai pas envie que l´on froisse mes nouveaux vêtements!
- Allez, insista Wilson, ne fait pas ta précieuse, viens!
Kristel tira son amie par la manche et empruntèrent la sombre ruelle et après avoir ar-penté divers directions, elles sortirent presque de la ruelle quand...
- Tu as entendu? Murmura Kristel à Yasmine.
- Oui... je t´avais dit de ne pas passer par ici!
Les bruits de pas résonnèrent à nouveaux.
- Pas de panique, c´est sûrement Kyle qui nous fait une blague..
Une grosse voix retentit derrière elles et déclara:
- ça m´étonnerai que cela soit M. Rain car il se trouve avec les autres prisonniers!
- Qui... qui êtes-vous? Osa demander Yasmine.
Esteban apparut et son visage fut éclairé par un rayon de lumière.
Un rictus se dessina sur ses lèvres et aussitôt un groupe de personne encercla les deux jeunes filles. Celles-ci ne purent crier au secours qu´elles furent assaillies de toute part, la dernière chose qu´elles virent c´est l´homme qui riait...

Fille N° 10 Fille N° 8
Kristel Wilson Yasmine Carter
15 ans 18 ans

--------------------------------------------------

CHAPITRE 3: Le dernier participant

DE RETOUR DANS LE CENTRE DE BIOJECT

Esteban entra une nouvelle fois dans le bureau du Directeur Wykinson, ce dernier avait le dos tourné à la porte.
- Alors? Vous les avez tous eu?
Esteban se racla la gorge et dit:
- Hum.. hem.. nous avons les 35... cependant, le 36ème demeure pour le moment in-trouvable.
- Et qui est ce jeune fou?
- Il se nomme Ryan Anakan. Dans sa jeunesse, il fréquentait l´orphelinat de l´Espoir.
- Bien, rendez-vous là-bas et tâchez de glaner le plus d´informations et surtout...
Il se retourna violemment fulminant de rage.
- .  .. trouvez le!!
Ryan, en compagnie de sa fiancée Alicia, rentraient chez eux après une belle et agréable journée passé en amoureux.
Ryan appréciait plus que tout poser sa main sur le ventre de sa conjointe pour sentir le bébé bouger. Mais il aimait par dessus tout la personne qui le portait en elle.
Le jeune homme glissa sa main dans celle de son amie et lui décocha un magnifique sourire. Après s´être échangé un fougueux baiser, ils reprirent joyeusement leur route quand une bande d´adultes armée leur barra le chemin. Une équipe émergea de l´ombre juste derrière les deux adolescents.
Derechef, Ryan protégea Alicia et passa une main protectrice sur le ventre rond de sa copine. Les militaires devant eux s´écartèrent pour laisser la place à un homme puis-samment musclé et ce dernier se campa juste devant lui et attendit que le jeune homme prenne la parole en premier.
- Qui êtes-vous et que voulez-vous?
- Je me nomme Esteban et je veux que tu viennes avec nous.
Le jeune Dravis fronça les sourcils et entendit à peine Alicia murmurer:
- Ryan... j´ai peur.
Son petit ami regarda Esteban et s´écria:
- Jamais de la vie!
- J´étais sûr que tu allais répondre ça, soupira-t-il.
Sur ces mots, un soldat arracha Alicia des bras de Ryan qui tenta dans un dernier réflexe de retenir sa fiancée.
En vain.
- Ne lui faîtes pas de mal! Je vous en supplie! Elle est enceinte!
- Je le vois bien, je ne suis pas aveugle.. Si tu nous suis elle n´aura rien. Tu as ma pa-role d´honneur.
Ryan ne su pas quoi dire mais pour sauver la vie de son aimée il ferait n´importe quoi. Il dû s´avouer vaincu et pendant que deux hommes l´agrippèrent, il demanda à Esteban:
- Et où allons-nous?
- Tu le découvriras bien assez tôt, ne t´en fais pas. Néanmoins...
Il tourna son regard vers Alicia, tétanisée par la peur.
- Néanmoins quoi! Gronda le jeune adulte.
- .  ... nous ne pouvons pas nous permettre de laisser partir ta fiancée puisqu´elle nous a vu. Nous sommes dans l´obligation de l´éliminer.
Alicia fut pris de panique alors que Ryan vociféra:
- Qu..quoi?! Non! Vous aviez promis!
- J´ai menti! Ricana-t-il.
Esteban sortit de sa botte un couteau extrêmement tranchant et porta la lame au niveau du ventre de la jeune femme puis s´adressa à l´un de ses hommes:
- Alors on paris Sergent? A votre avis, fille ou garçon? On mise un mois de salaire!
Le Sergent Zymm se tâta le menton et répondit:
- Va pour un garçon.
A ce moment là, la lame du couteau plongea dans la chair du haut du ventre et à la suite d´un violent mouvement vertical, ouvrit le ventre d´Alicia qui cessa de crier: du sang s´échappa abondamment de la blessure et le bébé encore inachevé, sortit de son abris pour finir sa course sur le sol dans une mare de sang, un liquide visqueux ainsi que des viscères suivirent le même chemin. Le corps sans vie d´Alicia retomba lourdement sur le bitume, des larmes étaient encore visibles aux coins de ses yeux.
- Nonnnnnn!!!! Salaud!!!
Ryan, étant resté impuissant toute la scène, tomba à genoux en pleurs tendis qu´Esteban se pencha sur le cadavre du bébé et sourit de toutes ses dents:
- C´est une fille! Vous avez perdu Sergent... vous me devez un mois de salaire!
Le Sergent fit semblant d´être triste mais parti aussitôt dans un éclat de rire.
Il avisa Anakan:
- Tu n´as même pas essayé de lui venir en aide... tsssss, tu fais pitié... tu n´as pas de coeur.. elle avait besoin de toi et toi, tu n´as même pas bougé un cil...
En entendant cela, Ryan craqua et fut pris de spasmes tant il pleurait alors qu´Esteban regarda l´un de ses soldats passer du chloroforme sur un bout de ouate pour l´appliquer ensuite la bouche de Ryan puis avisa le corps du fœtus et celui de sa mère.
- Brûlez les corps en vitesse, M. Wykinson à hâte de commencer son jeu.
Les militaires de BioJect emportèrent les corps et Ryan fut placé à l´arrière d´une camion-nette qui démarra....

Garçon N° 15
Ryan Anakan
20 ans


==================================================

CHAPITRE 4: Un mystérieux inconnu

Ryan se réveilla au milieu d´une pièce humide, dénudée de meubles et ayant des bar-reaux en guise de porte.
Il se trouvait allongé au centre d´une cellule.
Se lever ne fut pas une tâche facile pour lui car ses jambes demeuraient encore faibles puis il repensa à ce qu´il avait vécu auparavant: la mort atroce de sa fiancée et de leur bébé. Le jeune homme ne put contenir sa tristesse et pleura de tout son corps.
Dix minutes plus tard il cessa de verser des larmes mais son dégoût était toujours omni-présent et une envie folle de vomir se fit ressentir lorsqu´il se rappela de la scène de la mise à mort de sa petite ami...
.  ... et du nourrisson à l´aube de sa vie...
Il respira un grand coup essayant d´oublier cet incident un moment pour mieux observer le lieu où il se tenait.
Mais que faisait-il dans une prison?
Une question qui lui trotta dans la tête quand du coin de l´oeil, il distingua une haute silhouette se mouvoir dans l´obscurité.
Il n´était pas seul...
- Qui est-là? Cria doucement Ryan pour ne pas alerter les éventuels gardes.
Personne ne répondit.
L´ados recommença encore une fois et une lumière lui éblouit le visage.
Quelqu´un avait allumé une lampe de poche.
- Ryan Anakan je présume, n´est-ce pas?
Une ombre se découpa d´un des murs d´une cellule: un homme grand doté d´une voix grave et musicale. La cinquantaine bien entamée, brun, mince, les yeux profondément enfoncés dans les orbites. Il portait un costard gris de la meilleure qualité.
Ryan ne l´avait jamais vu..
L´étrange personne, braquant toujours sa lampe-torche contre le visage du garçon, s´ap-procha gentiment de lui, de toute évidence, il ne semblait pas dangereux et l´adolescent posa la question habituelle:
- Qui êtes-vous?
L´homme sourit discrètement et répondit:
- L´importance n´est pas de savoir qui je suis mais qui tu es vraiment.
- Que voulez-vous dire? Continua de demander Ryan intrigué.
- Que tu n´es pas qu´un simple adolescent, mais le protecteur de ce monde.
Le jeune Dravis ne dit rien, il se contenta d´écouter son interlocuteur.
- Tu ne t´appelles pas Ryan Anakan, reprit-il.
- Ah oui? Et comment le savez-vous?
- Je le sais très bien. J´ai connu tes parents.
Les yeux du jeune homme s´ouvrirent aussi grands que des soucoupes, incrédule.
- Ce n´est pas vrai..
- Et pourtant ce n´est que la vérité, Ryan.
- Alors, quel est mon vrai nom?
- Je pourrai te le dire maintenant mais une autre personne que moi souhaite le faire.
- Et qui ça?
L´homme ne répondit pas et fixa l´ados tout en cherchant quelque chose dans l´une de ses poches.
Il en tira un petit CD. Il expliqua:
- Trouve une console qui lit les Minis-dics. Là où tu iras, tu en découvriras une si tu fouilles bien. C´est tout ce que je peux faire pour toi.
Ryan saisit le petit CD et le rangea dans sa poche, l´homme tourna les talons et avant qu´il ne parte, Ryan lui posa une ultime question:
- Que va-t-il m´arriver maintenant, vais-je mourir ou ai-je des chances de rester en vie?
Il répondit tout simplement:
- Tu ne peux mourir, quand tu auras regardé la cassette, tu comprendras pourquoi.
Il sortit...
.  .. mais Ryan n´entendit aucunes portes claquer....


==================================================

On vînt le chercher 15 minutes après que l´étrange homme soit parti, une vive lueur inonda la prison et Esteban apparut au seuil de la porte.
- Tiens... notre hôte s´est réveillé à ce que je vois... dommage pour lui, on sera à nou-veau obligé de le rendormir.
Des gardes entrèrent à sa suite et ouvrirent la porte de la cellule, Ryan profita de ce moment pour foncer tête baissée vers la sortie mais une grosse et puissante main lui agrippa le col et l´immobilisa, Esteban s´approcha de lui.
- T.t.t.t.t.t.t.t, t´enfuir, c´est tout ce que tu sais faire, tu ne t´assumes pas... la preuve, tu n´as même pas essayé d´aider ta fiancée. Lamentable....
Ryan hurla de fureur mais un violent coup sur la tête le fit taire et une fois de plus, il sombra dans le noir.....

CHAPITRE 5: Présentation du jeu

Pour la seconde fois en moins de 2 heures, Ryan émergea de son "  coma", mais cette fois-ci il ne se retrouva plus tout seul dans une cellule mais dans une vaste salle avec d´autres jeunes.
Quelle heure était-il? Tôt le matin pensa Ryan d´après ses souvenirs.
Sitôt les yeux ouverts, il porta ses doigts sur sa blessure derrière la tête et sentit quelque chose de dur et de froid, comme du métal.
On lui avait accroché un bidule métallique à l´arrière du crâne!
Il tenta tant bien que mal de l´enlever mais à chaque fois il grimaça de douleur car la peau s´accrochait et partait avec. IL n´y avait aucun moyen de l´enlever!
Il laissa ça de côté et regarda attentivement autour de lui et fut surpris de voir que tout ceux qui se tenaient dans la même pièce faisaient partis du même quartier de lui.
Il reconnut tout de suite Kyle, Jéricho, Laurent, et John pour les garçons et Anna, Sophie et Kristel pour les filles.
Mais que se passait-il ici?!
- Bordel de merde, mais qu´est-ce qu´on fout ici?!?!
Ça c´était la voix de Kyle et Mickael lui répondit:
- J´en ai aucune idée, mais j´trouve bizarre qu´on soit tous ici!
- Surtout si c´est pour se réveiller et voir vos têtes de con, rétorqua un troisième.
Ryan déglutit: cette voix rauque et grave... c´était celle d´Arianith Amato, le plus violent et le plus grand fauteur de troubles de la ville et qui plus est, un Caporal de l´armée!! Cela ne présageait rien de bon... du coup, le jeune Dravis était rassuré que Mickael et Kyle soient ici.
Alors que tout le monde se posait des questions sur leur présence ici et sur leur émetteur accroché sur leur tête, une grosse voix se fit entendre parmis le brouhaha:
- Bonjour à toutes et à tous, soyez les bienvenues sur l´île du Prince Edward pour notre grand jeu, j´espère que vous avez fait bon voyage!
- On doit vraiment vous répondre!? Lança une voix à travers la salle.
- Pas du tout, M. Graham. Bien, avant de commencer, j´aimerai me présenter: Steven Wykinson, Directeur Général de la Société Pharmaceutique de BioJect. Et voici mon "  tendre" adjoint, M. Esteban, mais je pense que vous le connaissez déjà, c´est lui qui est venu vous chercher.
Des exclamations de haine retentirent dans la salle tandis qu´Esteban les salua vivement de la main, grand sourire aux lèvres.
Wykinson reprit:
- Je pense que vous vous demandez tous ce que vous faîtes ici, et bien c´est simple: vous avez choisis pour participer à mon jeu, le "  Battle From BioJect" !  
Surpris, les ados restèrent sans voix, même Arianith pourtant réputé comme étant une grande gueule.
Par contre, Steven Wykinson fut heureux de la réaction de ses participants, il poursuivit:
- Tout d´abord, un petit résumé sur nous: Notre Société, BioJect, n´est pas seulement un fabriquant de produits pharmaceutiques, nous créons également des armes biolo-giques à partir de cellules humaines. Grâce à ses virus, nous pouvons transformer les êtres humains et les animaux en créatures assoiffées de sang. Il y a quelques années en arrière, cela avait été un échec mais nous avons travaillé dur pour y remédier. Votre but est de tout simplement tester ses créatures.
Le Directeur ne laissa pas le temps aux jeunes gens de protester qu´il reprit rapidement la parole:
- Le but du jeu est très simple, 36 personnes, 18 filles et 18 garçons, c´est à dire vous tous, seront lâchés dans la nature et devront montrer de qui ils sont capables aux combats faces aux créatures peuplant cet endroit. Le jeu prendra fin lorsqu´il ne res-tera plus qu´un seul d´entre vous en vie, ce qui veut dire que vous serez obligé de vous entre-tuer à certaines occasions!
Horrifiés, apeurés, incrédules: voici comment étaient tous les adolescents en entendant ce qu´il disait.
Ils devaient se massacrer pour gagner en plus d´occire leurs ennemis!
Ryan ferma les yeux et serra le poing quand il entendit Hekuran hurler:
- Jamais de la vie on fera ça sale enfoiré!
Wykinson ne fut nullement touché par cette insulte, il dit tout simplement:
- Ricõn, voulez-vous à nouveau recevoir une balle dans la jambe?
Heku grogna mais se tut et se rassit.
- Bien entendu, vous avez le droit à une arme chacun pour vous défendre allant du simple canif à la puissante mitraillette, ainsi que des provisions. De plus, vous aurez aussi une carte de l´île avec ses bâtiments pour vous situer. Les filles pourront garder leurs affaires personnelles. Le jeu se déroulera sur 3 jours. A la fin du dernier jour il ne devra rester qu´un seul d´entre vous, s´il y en a plus, les émetteurs commenceront le compte à rebours. Vous n´aurez alors que de 20 secondes pour vous trouver et vous massacrer. Passé ce délais, vous émetteurs exploseront emportant votre tête avec. Le vainqueur pourra regagner son foyer après s´être fait faire un lavage de cer-veau.
Il toisa du regard ses "  invités".
- Avez-vous des questions?
Arianith leva la main.
- Oui?
- Le jeu doit-il durer exactement 3 jours?
- Pas nécessairement. Si l´un de vous reste seul dès le 1er jour, je jeu s´arrêtera dans les minutes qui suivent.
- Bien.
- D´autres questions?
- Oui moi!
- Je vous écoute Hekuran.
- Si j´ai bien compris, nous pouvons faire ce que nous voulons sur l´île pour gagner. On peut tuer nos amis, faire brûler et exploser tout ce que nous voyons.
- C´est exact.
- Hum... pas mal du tout, murmura Hekuran tout en posant ses yeux sur la jeune Anna Keller. On va bien s´amuser.
Julien comprit ce que son ami voulait insinuer et Anna fut prise d´une vive angoisse et alla se réfugier vers ses amis.
Wykinson remarqua et apprécia cette réaction, il l´a gardera en mémoire à coup sûr.
- S´il n´y a pas d´autres questions, parlons des règles du jeu. Esteban, c´est à vous.
Ce dernier hocha la tête et comme il se rapprochait des jeunes, il sortit une feuille et lu:
- Règle N°1:
Les participants ne peuvent refuser de participer au jeu. S´ils refusent, ils seront éli-minés sur-le-champ.
Règle N°2:
Les participants ne doivent en aucun cas se retourner contre le dirigeant et supervi-seur du jeu, sous peine de mourir.
Règle N°3:
Tous les participants à BFB ont pour obligation de se battre loyalement et avec com-bativité.
Aucun d´entre eux ne doit refuser le jeu ou tenter de l´entraver sinon la mort sur-viendra aussitôt.
Règle N°4:
Lorsque les participants quitteront l´enceinte principale, il est strictement interdit d´y revenir pour se cacher. La sentence sera la mort immédiate.
Règle N°5
Les participants à BFB seront autorisés à commettre des meurtres sur les autres participants, à provoquer des incendie et à se servir d´armes de toute nature, y com-pris les matières médicamenteuses. Cependant il leur est interdit de se révolter con-tre le professeur superviseur et contre les membres du comité, d´entraver leur action ou de se venger contre eux. Ceux qui commettent de tels actes seront sévèrement punis.
Règle N°6:
Le "  jeu" prendra fin lorsqu´il ne restera plus qu´un seul participant vivant mais avant les 3 jours imposés. Si au bout du 3ème jour il y a plusieurs rescapés, ils seront tous exécutés.
Règle N°7:
Chaque personne se verra mettre un émetteur sur le crâne. Cet appareil sert à loca-liser la personne, d´entendre leurs conversations et bien sûr, de vérifier les pouls pour voir si la personne est morte ou vivante. Si les points 1 à 6 ne sont pas res-pectés, l´émetteur explosera tuant instantanément la personne. A noter que cet ap-pareil ne peut être enlever, il ne craint pas l´eau et est indestructible.
Règle N°8:
BFB se conclue par la victoire d´un seul et unique gagnant. Aucune dérogation à cette règle n´est possible.
Règle N°9:
Afin d´assurer le bon déroulement de BFB, certaines dispositions complémentaires pourront être décrétées en cas de nécessité.
Une fois les règles finies, Esteban plia le bout de papier et avec Wykinson, de délecta à contempler la terreur se lire sur le visage des jeunes gens.

CHAPITRE 7: Dernières instructions

Pendant que les 36 personnes étaient en proie à la terreur, Wykinson était sorti pour re-venir 5 minutes plus tard avec une télévision munit d´un magnétoscope. Il y introduisit une cassette qu´un militaire lui tendit et dit au même instant:
- Avant que vous apprêtez à sortir, je vais vous montrer une vidéo montrant les dégâts que peuvent causer vos émetteurs car je suis certain qu´il y aura quelques petits ma-lins parmis vous qui essayeront de l´ôter. Voyez par vous-même... ah oui, je tiens à vous informer que ceci n´est pas une fiction ,  nous avons désigné un "  volontaire" pour la manœuvre.
Il ricana et pressa le bouton "  play".
A l´écran, les jeunes gens pouvaient voir une troupe d´hommes armée, Esteban, un ado-lescent et Wykinson. Ce dernier tenait dans les mains une petite télécommande qu´il bra-qua machinalement sur l´ados. son émetteur émit un "  bip" puis ils entendirent une son-nerie aiguë signalant que l´émetteur était en marche. Le jeune homme se débattait et courrait partout pendant que tous les autres rirent aux éclats et quand enfin le dernier "  bip" sonna, la tête du jeune explosa dans une gerbe de sang et de cervelle inondant la caméra.
Le film s´arrêta à ce moment précis.
C´était déjà bien assez..
Des filles vomirent alors que d´autres pleurèrent. Les garçons, quant à eux, essayaient de ne pas se laisser emporter par leurs émotions, l´un d´eux, Mike, parvînt à dire:
- Vous n´êtes qu´un dégueulasse, un salaud!
- Un salaud heureux qui va vous voir vous faire massacrer par mes créatures peuplant l´île et vous entre-tuer. Bon, assez rit, le jeu va débuter. Levez-vous!
Voyant les soldats les menacer, ils s´exécutèrent sans rien dire et attendirent la suite des événements.
- Vous allez partir un à un, par intervalle de 2 minutes entre chacun de vous. Quand vous entendrez votre nom, dirigez-vous vers la porte du fond et on vous donnera au hasard un sac contenant une arme et des provisions. Ne traînez pas dans les couloirs et ne vous avisez surtout pas à rester devant l´entrée en attendant vos camarades de jeu pour les tuer au fur et à mesure qu´ils apparaissent sinon c´est vous qui allez cre-ver bande de petits merdeux! Ahahahahaha!! Allez, massacrez-vous bien! On vous écoute Esteban et vous Sergent Zymm, surveillez que nos amis prennent chacun un sac de chaque et qu´il ne traîne pas dans les couloirs.
- A vos ordres.
Sur ces mots, Esteban prit la parole d´une voix forte:
- Garçon N° 1, Julien Stutter.
Julien passa à côté d´Hekuran et lui souffla discrètement:
- Je t´attendrai aux alentours de l´enceinte et ensemble nous rendrons visite à Anna.
- OK.
Stutter se rendit vers le Sergent, prit un sac provision et un sac arme et s´en alla.
- Fille N° 1, Laetitia Mannevane.
En entendant son nom, Laeti poussa un crie et se plaça dans les bras de John, celui-ci lui dit doucement dans le creux de l´oreille:
- Ne t´inquiètes pas, ça va aller. Cache toi pas trop loin et je tâcherai de te retrouver.
- D´accord, renifla-t-elle tout en se rendant vers la sortie.
Il hocha la tête tandis qu´elle quitta la salle.
- Allons, pressons s´il vous plaît. Je continue: garçon N° 2: Danny Hofer
Il se leva, le visage hagard. Ce fut qu´à la deuxième fois qu´Esteban répéta son nom qu´Hofer marcha comme un robot en direction du Sergent puis partit.
- Fille N° 2: Sophie Ibanez.
Les jambes de la jeune fille ne l´a supportèrent à peine, elle se sentait toute vidée.
- On avance, hop! Tonna Wykinson.
En sanglotant elle prit ses affaires, traversa la salle avec peine et s´en alla après avoir saisit deux sacs.
Vînt le tour d´Arianith quelques minutes plus tard.
- Garçon N° 5: Arianith Amato.
Il se dressa d´un bond sur la table où il se trouvait et exécuta un saut de plusieurs mè-tres pour atterrir au centre de la salle.
- Ouais, chuis là, dit-il en mâchant énergiquement son chewing-gum.
Le Sergent lui balança violemment un sac contenant l´arme mais celui-ci l´attrapa avec aisance.
Amato tâta le sac pendant un moment puis déclara d´un ton sec en désignant un sac bien caché:
- Je veux celui-ci!
Il lança à son tour le sac dans les bars du Sergent, prit le sac précédemment désigné et disparut dans l´encadrement de la porte.
- Hum... fit Steven Wykinson, il à l´air dangereux et prêt à tout celui-là, faîtes attention à lui vous autres!
Arriva 15 minutes plus tard le tour de Ryan.
- Garçon N° 15: Ryan Anakan.
Ryan respira un bon coup et jeta un regard circulaire dans la salle pour constater qu´il ne restait plus énormément de monde. IL fonça tête baissée prenant au passage un sac d´arme au hasard et un sac provisions et sur le seuil de la porte, il se retourna en direc-tion du Grand Directeur, le dévisagea et dit:
- On se reverra en****, on se reverra.
Il sorti avec hâte.
La personne insulté grogna:
- Je l´espère car si je n´avais pas eu besoin de toi je t´aurai flingué surplace, canard.
- Fille N° 15: Loïka Sebastiennelli...


==================================================
=====

- Et enfin, termina-t-il, fille N° 18: Léonie Dean.
Celle-ci, après avoir versé des larmes pendant une bonne partie de l´appelle, se rendit à bout de force – et en s´aidant du mur – vers le Sergent Zymm qui lui donna le dernier sac restant et des provisions puis sortit en ayant toutefois, jeté un coup d´œil dans la pièce désormais vide.
Une fois seuls, Wykinson brancha le système de contrôle pour suivre les mésaventures de ses jeunes candidats.
Plusieurs personnes s´installèrent aux commandes de l´imposante installation et s´affai-rèrent à ce que tout se déroule convenablement.
- Voilà, ils sont tous partis, maugréa Esteban. Je commençais en avoir marre de ces saletés de gosse.
- Pas autant que moi, mon très cher ami.
Des points rouges firent leurs apparitions à divers endroits de l´île.
- On dirait que les combats ont été entamés.
Steven Wykinson sourit de toutes ses dents et déclara:
- Oui, le jeu peut enfin débuter...


==================================================

CHAPITRE 8: Début du jeu

- Ah merde! Jura Laetitia, je me suis chopé un canif!!
- Oh moi ça va, j´aurai pu tomber pire, dit Sven armant son arbalète.
Laetitia et Sven s´étaient retrouvés tout par hasard en passant par un petit chemin si-nueux oublié près de la base principale. Ils croisèrent ensuite Pasqual qui s´abritait dans un épais arbuste. Ils avaient décidé de faire équipe et de trouver les autres pour les ral-lier à eux.
Sven tourna la tête vers Pasqual et vit que celui-ci était émerveillé.
- Qu´est-ce que t´as trouvé pour être si heureux, une mitraillette?
L´interpellé ne dit rien et brandit sa manchette en direction de ses amis.
- Moi, un futur maître d´arts martiaux, je tombe sur une arme blanche, quelle chance!
Déçu, Laetitia maugréa:
- Je croyais que t´aurai eu au moins un pistolet et que...
.  .. un bruit se fit entendre parmis les hautes broussailles, alertés, tous trois prirent une position de défense: Seven braquant son arbalète, Pasqual virevoltant son arme et Laeti se mettant entre eux deux.
- Qu´est-ce que c´est d´après vous?
- Soit des potes, soit les précieuses créatures de ce taré de Wykinson.
Un adulte – un homme – émergea des arbres. Bien qu´il ne ressemblait en rien à l´un de leur ami, il ne paraissait en tout cas pas bizarre: il marchait comme un vrai humain, son aspect physique aussi... seul changement, sa respiration.
L´homme basané avança lentement puis parut accélérer pour finir dans une course ultra-rapide! Sa respiration se faisait toujours plus haletante et ses yeux... ses yeux rouges comme injectés de sang.
Il approcha de plus en plus.
Instinctivement, Sven pressa la détente et deux carreaux d´arbalète se fichèrent dans son torse; la créature-humaine avait l´air de ne rien sentir, Sven hésita pour tirer une nouvelle fois tandis que Laetitia se cacha derrière lui. Le contaminé vînt toujours plus près et se retrouva bientôt en face...
.  .. d´une lame acérée tenue par un jeune homme. Ce dernier sourit et sans crier gare, plongea violemment la manchette jusqu´à sa garde dans le cœur du contaminé pour la retirer aussitôt. Puis il avisa son ami:
- Bordel, tu fous quoi!? Faut te tirer les pouces du cul un peu toi! Tiens regarde, y´en a d´autre!
Effectivement, pendant que les ados s´affairaient à occire leur ennemi, une demi-douzaine d´autres de ses congénères surgirent des ombres et avancèrent rapidement vers leurs déjeuner. Les carreaux fendirent l´air pour se loger dans les corps des zombies alors que Pasqual bondissait sur les 3 plus proche exécutant de larges cercles avec sa manchette, il enchaîna habilement les passes d´armes: estocades, coups circulaires, coups latéraux... coupant bras et têtes, tailladant torses et jambes. Ses trois adversaires éliminés, Romano jeta un coup d´oeil vers Sven, il en avait mis un au tapis puis un deuxième, cependant, le 3ème était plus coriace et Graham dû planter les carreaux encore dans le cran de sécurité dans l´épaule de la créature pour le stopper. Laeti empoigna une grosse branche d´arbre et porta de nombreux coups sur le contaminé qui s´étala par terre.
Ce répit permit aux deux adolescents de reprendre leur souffle pendant que Pasqual les rejoignait.
- Tu vois quand tu te motives, tu arrives à tout! Lui fit remarquer Romano d´une grande tape dans l´épaule.
Sven tressaillit sous le coup et répondit:
- Peut-être, mais je ne pourrai pas tenir 3 jours comme ça..
- Moi non plus, avoua la fille.
- Allons bon, vous n´êtes vraiment que...
Il n´acheva pas sa phrase, le corps sans vie aux pieds de Sven avait bougé? Non, impos-sible, et pourtant...
.  .. et pourtant le "  mort" se relève comme un robot, bondit sur ses jambes et plaqua Sven au sol!
- Au secours! A l´aide! Pasqual!
Romano voulut porter un coup mais une symphonie de grognements retentit dans tout le secteur où ils se tenaient.
- Filons d´ici! S´écria Laetitia.
- Je...je...ne sais pas quoi faire..
Le zombie vomit de la bile mélangée à du sang en plein sur la figure de Sven qui en avala une bonne partie. Ses appels se transformèrent en gargouillis et fut pris de spas-mes. Pasqual prit la main de la fille qui empoigna rapidement au passage l´arbalète lais-sant son jeune ami aux mains des monstres.
A peine l´aube levée que du sang avait été déjà versé.


==================================================
=====

Le canif percuta brutalement un rocher et disparut dans un ravin. Nadia Zurcher pestait contre sa malchance. Déjà qu´elle refusait de se battre, elle n´avait pas eu la main heu-reuse en choisissant le sac. Pour toute arme, un simple canif.
Elle était maudite.
Couchée dans une vaste clairière où un ravin se situait juste à son côté, Nadia n´avait pas réussit à rejoindre une seul de ses nombreuses amies.
Ses tentatives de recherche demeurant infructueuses, elle s´était assise près d´un ravin et admirait la cascade qui coulait à flanc de montagne et se relaxait en entendant le bruit de l´eau se heurter contre les rochers en attendant qu´on la retrouve.
Mais là était justement le problème; elle ne pouvait rien faire toute seule. A l´époque, quand elle devait faire quelque chose, ses amis étaient toujours là pour le réaliser au détriment d´elle.
Elle ne pensait pas qu´un jour elle serait obligée de se débrouiller seule.
Et ce jour si redouté arriva.
Elle y vivait en plein dedans.
Un bruit précipité se fit entendre mais le brouhaha de la cascade couvrait le son et Nadia ne réalisa pas tout de suite que des contaminés se dirigeaient vers elle.
Ce fut tout par hasard, en se levant, que Nadia aperçut l´armada de zombies venir vers elle. Horrifiée, elle détala sans prendre ses sacs et des larmes roulèrent sur ses joues. Elle termina sa course au bord de la falaise et pencha la tête en avant pour voir: l´escar-pement faisait plus de trente mètres et après avoir pris une dernière goulée d´air, elle sauta dans le vide ne voyant plus aucunes solutions.
Elle disparut dans les méandres des flots tumultueux.

MORT:
Garçon N° 18: Sven Graham
Fille N° 11: Nadia Zurcher

==================================================

CHAPITRE 9: La folie meurtrière de Loïka

Des zombies passèrent devant elle sans la remarquer et continuèrent leur chemin le long du sentier. Loïka remercia ses parents de l´avoir fait vivre avec une petite taille, bien que cela soit un pur hasard, car grâce à ça, elle pouvait mieux se cacher.
Elle attendit encore un moment collée contre le tronc d´un arbre et emprunta le chemin opposé à celui qu´avaient pris les morts ambulants.
Malgré le fait qu´elle était sortie dans les derniers, Loïka tenait plus que tout à retrouver les personnes qu´elle haïssait le plus pour les tuer, c´est à dire Pasqual Romano, le seul à avoir gagné contre elle, vince Lorenz, pour finir ce qu´elle avait commencé quelques heures auparavant. Et pourquoi pas cette salope de Léonie Dean qui l´avait balancé aux flics le printemps dernier?
Elle pouvait commettre des crimes alors pourquoi s´en empêcher? Surtout qu´elle avait côtoyé Arianith un moment et elle s´était adjointe son caractère agressif et près à tout.
Première victime: Pasqual. D´après Noélie qu´elle avait croisé récemment, Pasqual, en compagnie de Sven et Laetitia, avait pris la direction du sud.
Loïka s´arrêta un instant, déposa son sac de provisions et déplia la carte de l´île. Avec Sven le peureux et Laetitia, Romano ne s´était pas déniché la meilleure équipe pour s´en sortir vivant. Ils le ralentiraient à coup sûr et si Loïka n´avait rien contre Laeti, en revanche elle devra aussi tuer Sven.
La jeune rebelle estima le chemin qu´ils avaient choisis et s´y dirigea s´enfonçant davantage dans les bois.
A l´intérieur, tout semblait très calme, l´absence des chants d´oiseaux la rendait un peu nerveuse mais le poids du Beretta dans sa main la réconfortait quelque peu. Arianith lui avait appris comment manier un pistolet et à présent elle se sentait sûre d´elle.
Des pas devant elle, on approchait...
.  .. des zombies – trois au total – lui bloquaient le passage. Ces derniers la virent et se hâtèrent vers elle. Deux détonations brisèrent le silence de la forêt, les balles percutant le tors du premier mais ne le tuant pas.
Loïka se ressaisit et pressa à nouveau la détente: la balle se logea dans la tête tuant le premier contaminé. La pénombre qui baignait à l´intérieur du bois empêchait Loïka de tirer convenablement et au risque de se faire prendre, elle se concentra énormément pour tirer.
Soudain, comme par magie, un rayon de lumière passa à travers le feuillage et éclaira la face du deuxième zombie: Loïka n´hésita pas et dégommage sa cervelle dans une volée de sang bien rouge.
Il en restait un mais ne voulant pas gâcher davantage de munitions, la jeune Sebastien-nelli s´empara d´une grosse pierre et la balança sur son ennemi qui l´évita.
- En plus d´être résistant, il faut qu´ils soient agiles!
Elle répéta l´opération avec un autre caillou et le contaminé le reçut en plein dans la tempe. Profitant de son instabilité pour se mouvoir, Loïka le poussa violemment et se retira.


==================================================


Pasqual regarda son amie pleurer. Ce n´était pas entièremet la perte de Sven qui en était la cause mais la façon dont il était mort.
Un frisson parcourut le long du corps de Romano qui frémit mais chassa toutes les idées mauvaises qui trottaient dans sa tête et sortit une bouteille d´eau de son sac à provisions et la tendit à Laetitia. Comme elle buvait, Pasqual regarda la carte et chercha un endroit approprié pour une éventuelle cachette.
Le phare!
Il se tourna vivement vers Mannevane.
- Il faut aller au phare! Je suis certain à 100% qu´on tombera sur nos amis!
Elle haussa les épaules, peu convaincue.
- Cela ne fait rien, dit-il. Soit tu viens avec moi soit tu restes seule ici!!
Un soupir s´échappa de la bouche de la fille mais elle se leva toutefois.
- Et moi, je peux venir avec vous? Demanda une douce voix féminine.
Pasqual fit volte-face lame brandit vers la nouvelle venue.
Loïka!
Cette dernière s´avança vers les deux autres mais Romano la fixa droit dans les yeux.
- Tiens.. Loïka qui me demande de faire équipe. Plutôt cocasse comme situation, tu ne trouves pas?
- Oui, c´est vrai. Mais je te signale juste au passage que le danger rôde un peu partout, rétorqua la faux gentille fille.
Puis elle considéra Laeti.
- ça te dit si je viens?
- Moi je n´y vois aucuns inconvénients, surtout que Sven s´est fait avoir...
Déçu, Loïka aurait préféré l´occire de ses propres mains.
- .  .. et plus on est, mieux on aura de chance de s´en sortir. T´es pas d´accord avec moi Pasqual?
- OK.... allons-y.. et tiens toi tranquille toi!
Loïka hocha la tête accompagné dans d´un grand sourire angélique.
Et tandis que Romano fit volte-face pour s´en aller, les doigts de Loïka glissèrent le long de sa hanche et attrapèrent le Beretta que Romano n´avait pas remarqué et appuya le canon de son arme contre le dos de l´adolescent.
- On ne t´a jamais appris qu´il ne fallait toujours surveiller ses ennemis?!
Il sentit le canon d´une arme dans son dos...
- Sale pute!
.  .. une détonation et la balle transperça le corps du jeune maître d´armes.
Laeti vit le corps de son ami s´affaisser sur le sol puis tout de suite tînt Loïka en joue avec son arbalète; la tueuse en fit de même.
- Tu n´oserai pas me tirer dessus Laetitia!
- Tu as tué Pasqual!
- Sois contente! C´est une personne en moins à tuer pour que le jeu se finisse plus vite!
Laetitia hésita et baissa sa garde.
Grossière erreur...
.  .. une balle se ficha dans son pied.
- Aïeeeeee!!!!! Cria Laetitia en portant ses mains sur son pied pour stopper le sang coulant à flot de sa blessure alors que Loïka riait.
- Je te laisse l´arbalète.. débrouille-toi pour le reste! S´exclama-t-elle en prenant au passage la manchette du défunt Pasqual.
Elle s´éloigna laissant la pauvre Laetitia seule et blessée devenue une proie facile pour les zombies...

MORT:
Garçon N° 11: Pasqual Romano

CHAPITRE 10: Rencontres

Léonie Dean se terrait dans un coin sombre de la forêt pour se reposer un peu. Elle avait dû courir énormément pour échapper aux zombies. Son pistolet à électrochoc était bien utile face à une seule créature mais contre tout un groupe...
Elle sortit de son sac de nourriture une tranche de pain et de l´eau et bivouaqua après avoir vérifié comme il faut qu´aucunes créatures ne rôdaient dans les environs.
Tout en mangeant, elle entendit, et bien que lointain, un rire venant du chemin à quel-ques mètres d´elle.
Quelqu´un venait!
Léonie complètement heureuse, partit à la rencontre de l´un de ses amis. Heureuse car elle n´avait rencontré personne depuis le début du jeu.
Elle se faufila à travers les arbres et poussa un cri de désespoir quand elle vit que la per-sonne était en fait Loïka, la fille la plus terrifiante du quartier. De plus, Léonie l´avait dé-noncé à la police et était devenue la pire ennemi de la terrible Sebastiennelli.
Celle-ci passa près d´elle et Dean sentit son ventre se nouer et recula vivement mais par mégarde, écrasa une brindille d´arbre.
Crack!
- Qui est-là? Demanda Loïka.
Un petit gémissement à peine audible se fit entendre et Loïka jeta un coup d´oeil dans cette direction et reconnut Léonie. Immédiatement, elle adopta un autre comportement beaucoup plus gentil et aida son "  amie".
- Léonie, ça va? Tu t´es fais mal?
Ne croyant pas à cette étonnante attitude de sa part, Léonie ne répondit pas et recula. Elle avait toujours autant peur de la jeune rebelle.
- Que fais-tu? Ne pars pas! Depuis le temps que je cherche quelqu´un!
Dean ne savait pas comment réagir: devait-elle la croire? En tout cas elle compris que par le timbre de voix de Sebastiennelli, celle-ci était autant effrayée qu´elle.
Mais bien sûr, c´était normal!
Elle se jeta au cou de Loïka.
- Comme je suis contente de te voir Léonie. A nous deux nous pourrons nous échap-per!
Sur ses paroles, Loïka étreignit fermement Léonie...
- Moi aussi! On va s´en sortir! Lança Dean toute joyeuse de cette aide inespérée.
.  .. mais elle sentit quelque chose de dur et de froid sur son cou.. elle observa Loïka qui souriait mais ne comprit que trop tard que la diabolique fille était en train de l´égorger...
Le sang coula....

MORT:
Fille N° 18: Léonie Dean


==================================================
==

La hachette s´enfonça profondément dans le crâne du zombie aspergeant de sang l´au-teur de ce meurtre.
D´autres approchaient.
Tenant solidement sa petite hache et s´essuyant le visage d´un revers de manche en se féliciter d´avoir fermer la bouche et les yeux à ce moment, Kyle Rain observait les alen-tours de la petite colline où il se tenait pour chercher un moyen de fuir. A quelques mè-tres derrière lui, il vit un chemin rocailleux descendant à flanc de montagne mais ne pourrait l´atteindre avant que les zombies lui sautent dessus, sans compter les sacs qu´il transportait et qui l´alourdissaient.
Les contaminés avançaient en groupe et Kyle réfléchit aussi vite qu´il pu à ce qui pourrait les ralentir pour qu´il ait le temps de se mettre à l´abris quand son regard croisa une im-posante poutre. Bombant ses muscles, il l´a porta tout de même avec difficulté, se re-tourna en direction des morts-vivants et l´a lança de toutes ses forces en poussant un cri de rage sur eux au moment où ils commencèrent de courir.
La poutre foudroya les contaminés qui reculèrent laissant le temps à Kyle d´emprunter le chemin précédemment désigné.
Mais dans son élan, emporté par ses sacs, Rain perdit l´équilibre et fit de nombreuses culbutes sur la dizaine de mètre qu´était la distance du chemin pour finir sa course contre un... zombie! La créature reçut le poids du garçon sur lui et avec le choc, la hachette lui sectionna net le bras!
Dans les vapes, Kyle resta allongé tandis que le contaminé amputé commença à porter ses dents ans la chair du jeune homme quand une volée de carreaux l´atteignit dans le dos. Le mort-vivant poussa un cri strident et se retourna vers son agresseur, il respirait bruyamment et de sa démarche rapide et incertaine, se dirigea à grand pas vers l´incon-nu mais une seconde rafale mit fin à sa vie.
Des points noirs encore devant les yeux de Kyle, il ne pu identifier la silhouette se dé-couper devant lui seulement quand celle-ci prit la parole:
- Kyle, ça va? Rien de casser?
- Paméla... c´est toi?
- Chut.. ne parle pas... c´est bien moi. Il ne faut pas que tu te fatigues.
Elle l´aida à se relever et l´appuya contre un arbre et en même tempes qu´elle le soigna, Kyle dit:
- Merci de m´avoir sauvé.. même que ce n´est pas ce que tu devais faire.
- Ne dis pas de bêtise, tu ne crois tout de même pas que je vais tuer mes amis!
Kyle fut soulagé de cette réponse car si cela avait été le contraire, il serait sûrement mort à l´heure qu´il est.
- Repose toi un instant, j´ai fini de panser tes blessures. Je te surveillerai pendant que tu dormiras. Il y a peu de monstres ici, ça devrait aller. Je m´en sortirais.
Sitôt sa phrase terminée, je jeune ferme les yeux.
Avait-il raison de faire confiance à la jeune fille?

CHAPITRE 11: Un ami devenu ennemi

Cachées dans une petite cabane d´une seul mais vaste pièce, Kristel et Yasmine y avait établi leur QG. Cette cabane se situait à la périphérie d´une colline où elles pouvaient entendre des bruits de bataille que le vent amenait à elle.
Pendant que Kristel guettait à la fenêtre, Yasmine déposait sur une vieille table la nour-riture qu´elles avaient eu. Une fois finie, Mademoiselle Carter appuya son fusil à pompe contre l´un des mur.
Elle ne savait absolument pas utiliser l´arme. Elle avait déjà eu l´occasion de l´utiliser contre un contaminé mais le coup fut si puissant qu´elle s´était retrouvée étalée par terre. Mais avec le temps, elle apprendrait à manier le fusil convenablement. Une chose était sûre, c´était qu´elles avaient eu de la chance: son amie avait hérité d´un Beretta et elle d´un fusil à pompe, pour ce qu´elle en savait des armes. Elle jeta un coup d´œil vers la fenêtre là où se tenait son amie Kristel.
Elle paraissait calme et scrutait l´horizon, arme au poing. Yasmine vit que l´aube était déjà bien entamée et comprit pourquoi elle se sentait si fatiguée et bâilla en s´en décro-cher la mâchoire. Kristel remarqua son état et lui conseilla:
- Ecoute Yasmine, va te reposer un instant, je monte la garde.
- Non, ça va aller. Je ne veux pas te laisser toute seule.
- Tranquille, c´est bon. Mange quelque chose et dors un peu.
- T´es sûre?
- Mais oui si je te le dis! S´exclama Kristel, sourire amical aux lèvres.
- Bien, d´accord, répondit-elle tout en commençant à manger.
Kristel détourna le regard de sa meilleure copine et regarda par la fenêtre pour constater la sérénité des lieux.
"   Espérons que cela continuera "  , pensa-t-elle.
Un paisible ronflement lui parvînt aux oreilles et comprit en souriant que Yasmine avait plongé dans le sommeil.
Jamais Kristel n´aurait pensé qu´elle devait surveiller une fille plus vieille qu´elle mais dans les circonstances présentes, cela importait peu.
Mais pour ça, il fallait toutefois manger un peu pour être en meilleure forme. Elle prit des biscuits et de l´eau et s´asseya sur une chaise en face de la fenêtre pour pouvoir manger et veiller sur ce qu´il se passait dehors.
Elle profita pour se relaxer un peu.


- Y´a quelqu´un?
La voix d´Olivier se perdait en échos mais personne ne répondait.
Il appela encore une fois.
- Ohé! Si quelqu´un m´entend, qu´il me le fasse savoir!
L´adolescent savait que cela ne servait à rien de s´égosiller comme ça mais il se sentait tellement désespéré.
En effet, pour toute arme, il possédait... un canif.
- Qu´est-ce que je peux bien faire avec un canif moi!
Soupirant, il se posa à l´ombre d´un gros arbre et après s´être bien assurée qu´il n´y avait personne dans les alentours, en dépit de sa peur, il se permit de fermer les yeux...
.  .. pour les ouvrir 3 secondes plus tard.
- Impossible de fermer les yeux, se murmura à lui-même.
Il ramassa une branche d´arbre et voulut la casser quand il s´aperçut que cette dernière était souple...
Une idée germa dans sa tête.
"   Et pourquoi pas? "  
Il se redressa et examina avec plus d´attention l´arbre où il s´était appuyé, il connaissait assez bien les arbres pour savoir que celui qui s´élevait devant lui était un if.
Pratique pour les arcs à flèches!
Armé de son canif, il coupa quelques branches en guise de flèches et fouilla ses sacs.
- Bingo! S´écria-t-il.
Il sortit d´une poche un bout de ficelle et l´attacha aux deux extrémités de la plus grande et la plus solide des branches pour en faire l´arc puis tailla les autres bouts des branches en pointe pour les projectiles.
Terminé, il leva son arc bien haut, fier de lui, et encocha une flèche.


Arianith av

*

MetalSwordIce

Battle From Bioject
« Réponse #1 le: mai 28, 2004, 19:20:48 »
Contre un a?(derniere phrase)
 

*

Shadowman

Battle From Bioject
« Réponse #2 le: mai 28, 2004, 19:47:52 »
arbre.
- Au secours! A l´aide!
Il tenta de se dégager mais un des contaminés réalisa une ingénieuse attaque et mordit Olivier au cou et lui arracha un morceau de peau. Arianith ouvrit le feu à ce moment là sur les deux agresseurs les touchant dans le dos. Ils tressautèrent sur le choc des balles puis tombèrent morts. Arianith couru derechef secourir Olivier – qui était l´une des seules personnes de son quartier qu´il respectait – pour le découvrir mort, baignant dans une mare de sang.
- Merde! Fit Arianith passant sa main dans ses cheveux. J´ai réagis un peu trop tard... Tant pis! J´aurai au moins essayé!
Alors qu´il rebroussa chemin, un des morts-vivants qu´il croyait avoir abattu lui attrapa le pied gauche et planta ses dents dans sa cheville. Amato cria souffrance mais réussit ce-pendant à tirer une nouvelle fois sur le zombie qui rendit l´âme pour de bon.
Il évalua les dommages: la blessure était profonde et le sang coulait abondamment.
Arianith savait: le contaminé lui avait contracté le virus.
Même pas 30 secondes après, il faut pris de convulsions et une plainte inhumaine s´échappa de sa bouche alors que sa respiration se faisait plus haletante et rapide. Il se prit la tête et tenta bien que mal de garder la raison mais le virus devenait trop virulent et dû s´avouer vaincu....
Sa vision se brouilla, son odorat et son flaire se développèrent d´avantage... son esprit le quitta petit à petit..
Il était passé de proie à chasseur

MORT:
Garçon N° 13 : Olivier Vuille
Garçon N° 5: Arianith Amato

CHAPITRE 12: Un ennemi redoutable

- Tu es sûr et certain qu´on peut passer par là?
Convaincre Sylvie n´était pas chose aisée mais Mickael connaissait très bien sa petite amie. Il savait utiliser les mots qu´il fallait.
- Mais oui, ne t´inquiète pas. Bon d´accord, cette pente est peut-être très raide et ce n´est pas un vrai chemin mais je suis quasiment sûr qui si on coupe par ici on arrivera plus vite en bas vers le bord de mère que si on continue par le sentier principal de la colline.
- OK, OK. J´espère juste que tu sais ce que tu fais.
Son petit ami lui adressa un clin d´oeil.
- Comme d´habitude!
Sylvie esquissa un pâle sourire et donna la main à son fiancé et tout deux dévalèrent prudemment la piste pour s´enfoncer toujours plus dans les bois. La fille trébucha à trois reprises mais Hudson l´a retenait à chaque fois tant il faisait attention à elle.
Au bout de 10 minutes, ils arrivèrent à la fin de la pente et Mickael s´exclama:
- Tu vois, tout s´est très bien déroulé.
Le sourire persuasif de Sylvie le réconforta et purent reprendre tranquillement leur route. Du bout de son fusil à pompe, Mickael écarta les branches et autres lierres qui leurs obstruaient le passage alors que Sylvie le suivait sans rien dire, prête à attaquer avec son couteau de survie quiconque de mal se présenterait face à eux.
Quinze minutes à marcher et Mickael se demanda s´il avait bien fait de passer par ici quand surgit de nul part, une silhouette armée le tînt en joue, lui et Sylvie. Le garçon ne put cacher sa joie quand il comprit que la silhouette était celle de Christian Jéricho.
- Chris, comme je suis content de...
- Chut! Tais-toi! J´entends des bruits... comme si une masse volumineuse avançait parmis les feuilles. Lynn, sors de ta cachette et viens vers nous!
Lynn Campbell sortit de derrière un épais buisson et tandis que Sylvie accourait vers elle. Chris et Mickael observèrent attentivement les moindres recoins. Au bout d´une poignée de minutes, ils abaissèrent leurs armes et Jéricho déclara:
- ça fait faisait déjà bien quelques minutes que ce bruit se répète et j´ai cru que s´était vous. Mais non.. quoiqu´il en soit, gardons un œil bien ouvert!
- D´accord, et avec les armes que nous disposons, je me sens confiant.
Christian Jéricho avait noué un morceau de tissu autour de sa tête et expliqua qu´il s´était cogné la tête contre une pierre. Il expliqua aussi qu´il avait rencontré Lynn alors que celle-ci était tombée dans un trou. Et tout comme Sylvie et Mickael, ils avaient emprunté ce chemin espérant arriver plus rapidement vers le bord de mer. Ils en avaient profité pour se reposer jusqu´au moment où les bruits se firent entendre.
- Le mieux, suggéra Sylvie, c´est que nous perdions plus de temps à bavasser et que nous partions sur le champs.
- Je suis de l´avis de Syl´, renchérit Lynn. Plus on sera loin du bruit, plus ça ira. Vous en pensez quoi les garçons?
Les deux adolescents se consultèrent puis d´un hochement de tête, Jéricho déclara:
- OK, allons-y.
Chris en tête, les deux filles au milieu et Hudson à l´arrière-garde, les 4 amis progressèrent tant bien que mal à travers les nombreux obstacles tels que les lierres, les ronces, les broussailles épaisses, etc.. quand le bruit de tout à l´heure se répéta. Aussitôt, tous levèrent leurs armes, prêts à tirer. Le vacarme semblait venir de partout à la fois et sentant ses nerfs craquer, Christian ouvrit le feu tirant dans tous les sens devant lui, le son de son Uzi fut bien rejoint par ceux du fusil et du Beretta de Lynn.
- Prenez ça!
Les balles explosèrent les troncs et déchirèrent les feuilles et autres végétaux quand enfin, une minute plus tard, ils cessèrent le feu.
- Sur qui ou quoi on a tiré? Demanda Sylvie, essoufflée.
Personne ne répondit...
.  .. une forme imposante émergea soudainement de l´ombre et bouscula Lynn.
- Lynn!!
Figée sur place, Sylvie contempla l´horreur qui se dressait devant eux.
Un boa-zombie.
Le gigantesque monstre les fixait de ses yeux de sang et déroula lentement son corps sinueux et sans attendre, Jéricho pressa la détente de son arme et visa la tête de la créature pendant qu´Hudson s´occupait du corps, aidé de Lynn.
La bête fut douché de plomb et secoua la tête dans tous les sens et dans son élan, percuta brutalement Hudson qui voltigea dans les airs. Voyant cela, Sylive, prise d´un accès de rage, s´élança sur le serpent et lui planta violemment son couteau dans la peau écailleuse du monstre et le lacéra! Le corps du serpent se contracta et Jorys perdit l´équilibre et si les balles de Christian de Lynn ne l´avait pas empêchaient, elle se serait faite manger. Il s´avoua finalement vaincu et disparut dans les arbres.
C´est à ce moment là que les zombies firent leur come-back.
- Christian!
- Je sais Lynn, je sais! Fuyons!
- Pas sans Mickael!
Sylvie le cherche et le découvrit à quelques mètres plus loin, relativement mal au point car il se releva avec peinte se tenant les côtes. Il vit que ses amis s´inquiétaient pour lui et les rassura.
- Je vais bien..y´a pas trop de mal.
- Foutons le camps alors!
Comme Chris les couvrait, Hudson passa son bras sur les épaules de sa fiancée. Les zombies les pourchassaient avec rapidité et les ados durent abandonner leurs sacs pour se mouvoir plus rapidement.
Le bord de mer n´était plus qu´à quelques mètres.
- On y est presque! Encouragea Lynn tout en tirant.
Ils quittèrent la forêt pour se retrouver vers le bordure de mer mais ce qu´ils n´avaient pas prévu, c´était que la mer se trouvait à 20 mètres au-dessous deux´.
- Damned!
- Quoi!
- C´est haut! Dit Chris. Mais on a pas le choix, il faut y aller! Prenez garde de ne pas tomber surtout! Sylvie, Mickael, passez en premier!
Les deux ne le firent pas répéter deux fois et longèrent délicatement le chemin rocailleux. Vînt le tour de Lynn puis de Jéricho.
Ils distancèrent enfin les zombies mais continuèrent leur traversée avec le même entrain pour être sûr de la distance entre eux et les contaminés quand Lynn posa le pied sur une pierre branlante: elle glissa dans le vide mais arriva à se rattraper in extremis
- Au secours! Aidez-moi, je vais tomber!
Syl´ et Hudson se pivotèrent vers elle pendant que Jéricho fonça.
- Je m´en occupe!
Il se pencha vers elle et agrippa ses mains et Campbell dû lâcher son Beretta dans le vide pour avoir une meilleure prise. Le garçon remonta la jeune fille mais c´était sans compter sur la pierre branlante qui se détacha de son orifice faisant tomber les deux jeunes gens dans le vide!
- Nonnnnnnnnn!!! S´époumona Sylvie.
Alors que Jéricho s´empala sur une roche pointue, Lynn retomba lourdement sur une pierre plate à quelques mètres en dessous de lui. Elle n´était pas tout à fait morte mais la pierre responsable de l´accident s´écrasa sur elle lui explosant la tête. Du sang recouvrit toute la surface de la pierre.
- Oh mon Dieu... laissa échapper Mickael.
Ils ne purent regarder plus longtemps ce spectacle horrible et reprirent leur route en prenant néanmoins l´Uzi de Jéricho qui reposait à côté d´eux.

MORTS:
Fille N° 3: Lynn Campbell
Garçon N° 9: Christian Jéricho

CHAPITRE 13: Une horrible exécution

Julien examina minutieusement les moindres recoins de la bâtisse déserte puis vérifia qu´il n´y ait personne dans les environs et redescendu rejoindre son ami.
- Alors?
- Il n´y a personne Heku, ni humains, ni contaminés. La voie est libre.
Hekuran se tourna vers la captive et lui annonça:
- T´as entendu Anna, il n´y a personne, on va bien s´amuser!
- Salauds! Injuria-t-elle.
Stutter plaça les sacs sur lui de sorte qu´il ne soit pas embêté et désigna la cabane de la tête.
- Allons-y.
Ricõn tira la jeune Anna par les cheveux et la fit avancer, pointant son Beretta vers elle prêt à faire feu aux moindres gestes suspects de sa part.
Grâce au GPS que Julien avait reçu comme arme, ils avaient mis la main facilement sur Keller, au plus grand malheur de celle-ci. Bien que donnant de grand coup de manchette en direction de ses deux agresseurs, Anna n´espérait rien faire face à un homme armé et dû admettre sa faiblesse.
Dans sa tête, elle savait qu´elle risquait plus de souffrir aux mains de ces deux garçons qu´aux mains des zombies.
Un puissant coup de pied de la part de Stutter dans la porte de la maisonnette et celle-ci s´ouvrit à la volée avec fracas, puis Heku balança Anna contre le mur non sas l´avoir d´abord frappé. Il ordonna à Julien de verrouiller la porte puis adressa un regard en di-rection de la jeune fille qui lui demanda entre deux sanglots:
- Qu´est-ce que vous me voulez à la fin!?
- Oh... tu ne le sais pas? Pourtant ça semble clair! Lui répondit Heku en s´approchant d´elle alors que Julien les rejoignit.
- Qui commence?
- Y´a pas de qui commence, rétorqua Hekuran, il y a assez de place pour y aller les deux en même temps si tu vois ce que je veux dire!
Anna Keller essaya tant bien que mal de reculer mais son dos rencontra le mur de la ca-bane et vit les deux garçons qui commencèrent à se déshabiller.
Ricõn prit la tête d´Anna et la plaça au niveau de sa braguette et elle tenta de s´écarter; un violent coup de pied de la part de Julien lui percuta la tête. Sonnée et contusionné, Anna dû mettre en pratique ce que désirait Hekuran pendant que Stutter lui ôta ses vê-tements commençant par son pantalon.
Hekuran, satisfait de sa gâterie, laissa échapper un petite exclamation de plaisir et Julien se posta derrière Anna et la viola violemment. Ricõn s´écarta d´elle qui gémit de douleur et Heku la tabassa pour la faire taire avant de s´allonger sous elle tout en demandant à son acolyte de changer d´orifice. Et ils repartirent de plus belle toujours plus fort.
Pauvre Anna Keller pour qui c´était la première fois, pendant de bonnes minutes, elle cria, horrifiée et humiliée tandis que les deux garçons prenaient leur pied s´échangeant de place de temps en temps et toujours avec la même violence. En plus de ça, elle souf-frait des coups qu´Hekuran et Julien lui donnaient régulièrement et des larmes apparu-rent bientôt aux coins des ses yeux. Quelques minutes plus tard, les deux ados arrêtè-rent et déversèrent leur moyen de reproduction sur le visage d´Anna. Cette dernière en-tendit les deux violeurs rirent grassement et pensait que tout était fini mais elle se trom-pait. Pendant que l´un lui enfonçait tout ce qui lui passait sous la main, l´autre l´a brûlait avec son briquet ponctué de quelques tapes et de solides frappes. Pour achever cette séance, ils l´a léchèrent sur tout le corps en lui bloquant bras et jambes pour la contrain-dre de bouger.
La jeune Keller se sentait vidée, elle n´en pouvait plus, elle était faible et fatiguée. Elle avait tellement souffert qu´elle en avait pleuré au point d´être couverte de larmes.
Lorsqu´ils eurent terminés avec elle, c´était pour la voir couverte de brûlures, d´ecchymo-ses, de coupures, de sang et de blanc. Elle les fixait, bouche ouverte et silencieuse.
- Ah... c´était comme je le pensais. Pas toi Heku?
- Oh que oui, confirma-t-il d´un bon hochement de tête, mais tu as vu? Elle en rede-mande encore, elle a la bouche ouverte.
- Y´a qu´à demander!
Julien porta sa main à son jeans récemment remis mais son ami l´arrêta:
- Non, ce n´est pas de ça que je pensais. Apporte mon Beretta s´il te plaît.
- Heu... d´ac´.
Julien se dirigea vers une étagère où ils avaient déposé le flingue et le tendit à Ricõn qui s´en saisit en l´interrogeant sur ses intentions.
- Tu veux faire quoi?
- Tu verras.
Le jeune homme ainsi armé s´agenouilla devant Anna tandis qu´elle l´observait, il chu-chota:
- Tu en veux encore? Alors prend!
Hekuran lui fourra le canon de l´arme dans la bouche et tira. La balle traversa la tête de la malheureuse repeignant en rouge parsemé de bout de cervelle le mur derrière elle.
Julien balança encore quelques coups de pieds sur le cadavre et Hekuran y expédia en-core 3 balles. Le corps tressailli et cela les rendaient heureux.


Un coup de feu... puis trois.
Oui, c´était bien ça. Cela ressemblait à des détonations de pistolet. Ça provenait à quel-ques mètres devant lui.
"   Des gens sont sûrement en danger "  , songea Ryan.
Il pressa le pas en direction du bruit et vit bientôt devant lui ce qui devait être une vieille bâtisse délabrée.
Une fois devant la porte d´entrée – qui était fermée – des rires sadiques avaient remplacé les détonations et le jeune Dravis reconnut les voix: c´était celles d´Hekuran et de son pote Julien. Ryan paniqua à l´idée qui lui traversa l´esprit. Il déposa ses sacs et fut pris d´une montée d´adrénaline. Il fit sauter la serrure d´une balle et ouvrit avec fracas la porte; ce qu´il vit lui donna presque envie de vomir: Heku et Julien étaient en train de s´acharner sur le corps nue et sans vie d´Anna. Aussitôt, Hekuran pivota et tira instanta-nément, Ryan, d´instinct, plongea rapidement en avant et évita la balle puis pressa qua-tre fois de suite sur Ricõn.
- Prends ça enfoiré!!
Des filets de sang s´échappèrent de chaque impact de balle éparpillé un peu partout. Sous la puissant du coup, le corps de l´ados fonça contre le mur. Puis Ryan porta ses yeux sur Julien. Celui-ci lui jeta son GPS dans sa direction et Dravis l´évita facilement puis visa la jambe de Stutter au moment où il s´enfuit. Le projectile se logea dans son mollet. Il s´étala sur le sol et malgré la douleur, rampa hors de portée de Ryan mais ce-lui-ci le rejoignit en quelques enjambées. Il le plaqua au sol d´un coup de pied dans son torse. Julien le supplia:
- S´il te plaït, Ryan, ne me tue pas.. pitié..
Pitié était le mot qui définissait bien l´était de Julien et Ryan voulut l´épargner mais lors-qu´il aperçut le cadavre de la pauvre Anna, cette pitié s´envola et acheva le violeur d´une balle dans chaque oeil.
Les deux fous hors d´état de nuire, Ryan s´approcha vers Anna dans un état lamentable et s´imagina ce que les deux connards lui avaient fait subir. Le jeune homme ne put rete-nir une larme qui coula le long de sa joue, il passa sa main sur le visage contusionné de la jeune fille et lui ferma les yeux pour qu´elle repose en paix..
Elle ne méritait pas ça... cette fille reflétait l´innocence même... jamais elle n´aurait dû connaître sort si horrible.
Ryan se leva, essuya ses larmes d´un revers de manche puis cria haut et fort en espérant que Wykinson l´entende:
- Maintenant que j´ai massacré ces deux crétins ça sera ton tour en****!!!
Sur ces mots, Ryan quitta la pièce en s´emparant du Beretta du défunt Hekuran et de quelques provisions qu´il plaça dans son sac et quitta la lugubre salle plus déterminé que jamais. Et avec le GPS, il partit à la recherche de quelqu´un de fiable qui pourrait l´aider.

MORTS:
Fille N° 12: Anna Keller
Garçon N° 17: Hekuran Ricõn
Garçon N° 1: Julien Stutter

NOTE DE L´AUTEUR:

Si je vous dis que ce passage a été dur à l´écrire, est-ce que vous me croyez?
Je sais, cela n´a rien à voir avec RE mais je suis tellement contre ça qu´il fallait que j´en parle via ma fic et montre comment des garçons se comportent. Ce qui est inscrit dans ma fic est tiré de fait divers.
Moi je réagirai comme le preso de Ryan à fait.
Je ne sais pas vous..

CHAPITRE 14: Alliances

Accoudé sur la table basse de la pièce, sirotant un café, Esteban observa son employeur du coin de l´oeil. Celui-ci ne cessait de se frotter les mains, satisfaits. Apparemment, ce que Wykinson voyant le rendait extrêmement heureux. Esteban hésita de la rejoindre car le massacre commençait à l´ennuyer ferme. Néanmoins, ne voulant pas irrité son patron, sous peine de se faire virer car il ne s´y intéressait pas assez, Esteban se leva et avança à sa hauteur. Il demanda:
- Alors chef, que s´est-il passé pour que vous arborait un si grand sourire?
- Je viens d´assister à un viol en direct... très intéressant comme événement. J´en ai pas loupé une seule seconde. Ah... pauvre Anna tout de même...
Cette remarque eut la même effet qu´une gifle pour Esteban. D´accord, il aimait la vio-lence plus que tout mais le viol...
- Vous auriez dû intervenir en enclenchant les puces électriques des deux garçons, Monsieur.
Intrigué, le directeur tourna la tête vers son adjoint.
- Et pourquoi s´il vous plaît?
- Parce qu´il était question de massacre, pas de viol! S´énerva-t-il.
Steven sourit de toutes ses dents.
- Bien au contraire, ça pimente un peu le jeu.
Esteban ne trouva rien à dire pendant quelques instants avant que Wykinson interrompt le silence:
- Il y a aussi eu le serpent géant – belle créature au passage – et les morts violentes de Lynn et de Jéricho. En ce qui concerne les garçons, je dirai que Mickael, Kyle et surtout ce canard de Ryan ont des chances de gagner. J´aurai bien dit Arianith mais étant devenu l´un de ces charmants zombies. Et pour les filles, je pense notamment à Freedom, Sylvie et surtout Loïka. Cette dernière fait des ravages. Cela se voit qu´elle fréquentait Amato à l´époque.
- Si vous le dîtes, maugréa Esteban. Et sinon, il y a des clans? Des alliances?
- J´en sais rien mais je crois que Ryan recherche un ou une allié(e) sûr(e)... et il est tout proche de Loïka. Kyle et Paméla ne sont pas loin...
Il s´arrêta un instant avant de reprendre en ricanant:
- .  .. ainsi qu´Arianith.
Il rit tandis qu´Esteban prédit déjà les futurs massacres.


Des débuts de larmes apparurent aux coins des yeux de l´adolescent. Il n´arrivait pas à chasser la vision de la pauvre Anna de son esprit.
"   Quelle horreur", pensa-t-il.
Après avoir quitté le lieu du drame, Ryan s´était répétait sans cesse qu´il aurait dû da-vantage mutilé les corps des deux violeurs. La tentation devenue trop forte, il avait re-broussé chemin.
A la suite d´une fouille minutieuse de la cabane, Ryan avait déniché un couteau de bou-cher et s´était amusé à découper en morceaux les cadavres d´Hekuran et de Julien puis avait dispersé les morceaux coupés dans la nature. Ainsi fait, il se sentait mieux et avait pu reprendre son objectif principal: trouver un équipier.
Des voix le sortirent de ses songes et reprit pied dans la triste réalité.
On parlait juste devant lui, à quelques mètres. Ryan s´avança sur la pointe des pieds, écarta quelques branches et découvrit une fille et un garçon. La fille devait être la tant redouté Loïka. Par contre le garçon lui était totalement inconnu.
La fille était équipé d´un pistolet et d´une manchette, le garçon tenant dans sa main gau-che une arme qui ressemblait à un pistolet à électrochoc.
Ryan écouta les bribes de conversations:
- Ecoute Loïka, je te l´avoue ouvertement: je ne peux rien faire contre toi. Je suis vain-cu. Pourquoi vouloir tuer quelqu´un qui se rend?
- Pour le fun, répondit-elle tout en souriant. Et aussi pour m´avoir manqué de respect lors de notre première entrevue!
- Alalalalalala, fit Vince, et rancunière avec ça... tu ne peux pas laisser ça de côté!? Nos vies sont en jeu si t´as pas remarqué!
- Je sais. Mais vu que je peux commettre tous les crimes que je désire, je vais pas m´en priver!
Elle pointa son arme à feu juste devant la visage de Lorenzo, prête à presser sur la gâ-chette. Mue par un courage qu´il ne connaissait pas, le garçon écarta le canon de sang froid et déclara:
- Ecoute moi, faut s´entraider! J´te jure qu´à nous deux on pourra s´en sortir!
Loïka n´en n´était pas très convaincue tandis que Ryan observait attentivement.
- OK Vince, fit la fille. C´est d´accord. Mais si je vois que tu me ralentis ou que tu fais quelque chose de travers, je te bute!
- OK, Ok... j´ai parfaitement compris le message..
- Allons-y dans ce cas.
Sebastiennelli passa devant Vince quand tout un coup, celui-ci dirigea rapidement son arme en direction de la jeune fille!
Ayant été sur ses gardes depuis le début de la conversation, Loïka anticipa le coup et abattit sa manchette sur le bras du garçon lui tranchant la main au niveau du poignée. Comme cette dernière heurta le sol, pistolet électrochoc toujours dans la main, Vince hurla de douleur. Des filets de sang giclèrent de la blessure, tels des jets d´eau.
Et pendant que Loïka hachait menu le traître, Ryan fut parcouru d´un frisson de malaise mais su toutefois que cette fille était la personne qu´il recherchait temps: peur de rien et prête à tout!
Il sortit de sa cachette et l´interpella:
- Loïka?
Elle fit volte-face, Beretta visant Ryan. En voyant le séduisant garçon marcher vers elle bras en l´air, montrant qu´il n´avait pas d´intentions mauvaises, elle baissa son arme.
- Ryan je présume...non´
- C´est bien moi... écoute, j´ai vu toute la scène avec Vince, et il avait quand même raison. Laisse ta rancune là où elle est et allie-toi à moi. On a plus de chance.
Loïka ne crut pas un seul mot et empoignant sa manchette, elle courut vers Ryan prête à l´abattre mais ce dernier avait prévu le coup, il se baissa prestement évitant la lame et fit un croche-pied retourné à la fille qui perdit l´équilibre. D´une levée dorsale, Ryan se remit sur place et plaqua son genou contre le cou de Sebastiennelli et tout en la désarmant, il lui souffla à l´oreille:
- Ne refait plus jamais ça...sinon je te tue.
- D´ac...d´accord, répondit la fille en train d´étouffer.
Dravis l´aida à se relever et reprit:
- Bon, maintenant écoute moi. J´ai un GPS qui permet de localiser nos amis. Si on les retrouve tous, on pourra essayer de tenter quelque chose. Compris!?
- Sans problème!
Loïka ne voulait pas davantage énervé Ryan car de toute sa courte vie, elle n´avait ja-mais vu quelqu´un riposter autant vite.
Résignée, elle lui emboîta le pas.


- Vas-y Paméla, cours!
A en perdre haleine, Kyle et Paméla essayèrent tant bien que mal d´échapper à de drôles de créatures à quatre pattes. Des créatures qui ressemblaient à de gros chiens.
Un carreau d´arbalète s´enfonça dans la tête du poursuivant le plus proche.
Une demi-douzaine les talonnait.
- Kyle, je n´ai bientôt plus de munitions et tant qu´on ne s´arrêtera pas, je ne pourrai pas recharger!
- Essaye quand même! Lui cria-t-il tout en lançant des pierres sur les quadrupèdes. Débarrasse-toi d´un sac au pire!
- Jamais! C´est le dernier qui nous reste!
La dernière volée de carreaux s´envola éliminant un second monstre.
Depuis leur rencontre, tout n´avait été que stresse et combat.
Si personne ne venait à leur secours, ils étaient destinés à servir de hors-d´œuvre aux fauves.
Soudain, les deux ados eurent la stupéfaction de voir leurs assaillants mourir les uns après les autres dans un concerto de balles. Les impacts des projectiles firent sauter les membres et la peau des chiens-zombies et ceux-ci succombèrent dans une marre de leur propre sang.
Kyle se retourna, imité tout de suite par Paméla, et remercièrent leur sauveurs.
Loïka et Ryan, toujours en position de tir, main soutenant l´autre armée, canon de pisto-lets encore fumant, Ryan leur dit:
- Rechargez vos armes, mangez quelque chose puis préparez vous à partir. D´autres approches, de même que des zombies.. je les entend...
- Ne traînons pas, compléta Loïka.
Paméla et Kyle ne se le firent pas répéter deux fois.

MORT:
Garçon N° 8: Vince Lorenzo


CHAPITRE 15: Village fantôme


Trois silhouettes se faufilèrent à travers les arbres, faisant bien attention de provoquer le moins de bruits. Ils avaient pu éviter déjà quelques rencontres avec les zombies.
Autant continuer comme ça.
Un soupir...
Le garçon se retourna vers le reste du groupe.
- ça va les filles?
- Mis à part que nous risquons de crever à tout moment et que nous sommes obligés de nous entre-tuer, tout va bien Laurent! Rétorqua Kristel.
- Toujours autant agréable à ce que je vois... si j´avais su, je ne vous aurai pas demandé de me suivre.
- Peuh, fit Yasmine, parles pour toi! C´est nous qui t´avons trouvé et c´est toi qui nous a supplié de nous accompagner!
- Ouais bon, ça va...
Laurent leva la tête et vit que le soleil se couchait gentiment.
Il va tantôt faire nuit. Il faudrait trouver un coin sûr pour dormir.
Kristel déplia la carte de l´île et traça une ligne invisible avec son doigt sur une des zones.
- Nous sommes proches d´un petit village. C´est le meilleur endroit.
Sans réfléchir, Cortes accepta l´idée et le groupe se dirigea vers leur nouvelle destination.
Dix minutes leur suffirent pour arriver au village qui, bien entendu, était désert. Pas âmes qui vivent... des feuilles volèrent en tout sens, balayées par les vents. L´atmosphère semblait mystérieuse et ténébreuse, comme si quelque chose s´y cachait...Ils traversèrent néanmoins la ruelle principale quand des grognements brisèrent le silence.
Des zombies.
Le trio d´amis comprit aussitôt ce qu´il se tramait et fonçaient avec hâte vers la première maison venu. Heureusement pour eux que la porte était déverrouillée mais le bonheur n´arrive jamais seul: 2 morts-vivants occupaient la pièce.
Malgré la peur qui leur tenaillaient le ventre, les deux filles levèrent leur arme respective et ouvrirent le feu: le Beretta de Kristel fit des merveilles en éliminant le monstre mais le la chevrotine du fusil à pompe de Yasmine rata de peu sa cible. Le zombie fut à peine touché. Peut habituée au recul de l´arme, Carter était tombée à la renverse pendant que Cortes achevait le zombie.
Les bruits de dehors retentirent de plus belle.
- Ils se rapprochent! S´écria le garçon, fermez la porte!
Elles s´empressèrent d´exécuter ce qui leur était demandé mais trop tard...les contaminés arrivèrent à ce moment et passèrent par l´entrebâillement de la porte.
- Laurent, viens nous aider!
Comme Kristel tira sur les zombies, Laurent accourait et donna un grand coup d´épaule contre la porte, la refermant violemment au point de couper les bras des zombies.
Les créatures redoublèrent de férocité et frappèrent contre la porte, cette dernière était bientôt sur le point de céder. Ne voyant qu´une seule solution, Laurent se retourna vers les deux filles:
- Ecoutez, je vais tenter de les retenir suffisamment longtemps pour que vous vous échappiez. C´est compris!?
- Mais...je...vous..balbutia Yasmine.
- Passez par la fenêtre, vite! Et gardez vos armes... la partie est loin d´être finie pour vous!
A contrecœur, les filles partirent passant par la fenêtre au moment où les zombies firent irruption dans la pièce.
Une fois dehors, elles entendirent des hurlements puis des giclées de sang se déversè-rent contre la vitre..
- Mon Dieu..
Kristel prit la main de sa meilleure amie et quittèrent l´endroit.

MORT:
Garçon N° 16: Laurent Cortes


La nuit était maintenant tombée, plongeant l´île du Prince Edward dans le silence et l´obscurité. Cette île qui avait vu mourir 12 adolescents en une journée.

Pendant ce temps là, dans l´un des rares immeubles de l´île devenu depuis lors inhabité, deux garçons se tassaient près d´un feu, aussi silencieux l´un que l´autre. Au bout de quelques instants interminables, l´un d´eux prit finalement la parole:
- Au moins le canif nous a permit de couper quelques branches d´arbres pour faire du feu. Les nuits sont relativement fraîches.
La personne ciblée par la remarque fit la moue et répondit:
- Ouais, mais c´est pas ça qui va nous être utile pour buter ces machins contaminés. Encore heureux que t´a eu une arbalète, John.
- T´inquiète Danny, y´aura sûrement quelqu´un qui va nous trouver, attiré par le feu.
Danny soupira, puis sanglota.
- Allons allons, maîtrise-toi...
John essaya de le réconforter.
- .  .. je suis certain que tout se finira très bien.
Hofer rappliqua méchamment:
- Tu sais aussi bien que moi qu´il ne peut rester qu´un seul survivant. Alors autant en finir tout de suite!
Danny attrapa son canif et le dirigea vers son cœur, déterminé. John réagit derechef et sauta sur son ami pour l´en empêcher.
- Non, ne fais pas ça!
Mais le pauvre ne voulut rien entendre et continua sur sa lancée mais Anderson shoota dans le canif déviant sa trajectoire puis tenta de plaquer Danny au sol. Dans la mêlée, Hofer blessa son ami dans les côtes par idnavertance. Le blessé grimaça et porta ses mains sur l´entaille. Horrifié, Danny secouru son am.
- Je..je suis désolé... tout est de ma faute.
Soudain, un bruit métallique heurta le sol, attirant l´intention de Danny. Celui-ci se leva d´un bon pour aller à la rencontre d´un de ses amis... car il était sûr que s´en était un.
Quand il reconnut la silhouette, il hésita:
Arianith
"   Merde "   fit le garçon, j´aurai voulu que se soit quelqu´un d´autre...enfin bref.
- Arianith, je suis content de te voir! Viens vite, j´ai besoin de toi, John est grièvement blessé, vite!
Pas de réaction.
Amato leva sa mitraillette...
Hofer l´observa attentivement: yeux rouges, respiration haletante, morsure visible au pied... il ne comprit que trop tard.
- Non !  
.  .. et à bout portant, déclencha un déluge de plomb sur le pauvre. Le corps de celui-ci tressaillit sous les impacts, arrachant des morceaux de peau bientôt rejoint par une pluie de sang.
John leva la tête et dans ses yeux, on pouvait lire le sentiment le plus redouté: la peur.
Saisissant son arbalète avec difficulté, John s´élança, en boitant, le plus loin possible avant que le zombie d´Arianith ne le rattrape. Au dépit de sa peur, John trouva tout de même la force d´envoyer deux carreaux d´arbalète dans le torse d´Amato.
Aucunes réactions.
- Chier!!
Il jeta son arme sachant que cela ne servirait à rien tandis qu´une rafale de balles passa juste à ses côtés sans le toucher. Cependant, le deuxième tire fut plus fructueux et bles-sa John à l´épaule et s´étala face contre terre.
- Aiouch...aïe..
Se yeux se fermèrent, lui laissant juste le temps de voir son assassin s´approcher de lui et lui braquer l´arme sur le front.
Il pria...
.  .. ce fut le noir complet... et le silence total...


DEUXIEME PARTIE: 2ÈME JOUR


CHAPITRE 16: Moments de réconfort

Trempée jusqu´aux os à cause de l´averse apparue récemment, fatiguée et seule, le mo-rale de Sophie se situait bien en dessous de zéro. Pour couronner le tout, elle avait déjà mangé toutes ses provisions.
- Fichues règles... à cause de ça, je mange pour quatre...
Elle traversa une vaste plaine battue par le vent en maugréant, jetant des regards circu-laires pour dénicher un abris.
Une grotte par exemple.
Elle avisa une petite colline se trouvant à 20 mètres d´elle. Un grand trou y était creusé à sa base.
- J´espère que cette caverne n´est pas habité par un méchant gros ours, se dit à elle-même. Manquerait plus que ça. Surtout avec une faucille pour toute arme!
Elle avait tout de même réussit à occire un contaminé et un chien avec ça mais elle pré-férait éviter les combats.
Pour Sophie, cette grotte représentait plus qu´un simple abris, c´était surtout la raison pour laquelle elle ne s´était pas suicidée, persuadée qu´elle mettrait la main sur un en-droit où se reposer.
Faucille lame levée, sacs placés de façon de ne pas trop gêner ses mouvements, Ibanez se dirigea vers la caverne. Elle se stoppa juste devant l´ouverte et tendit l´oreille.
Aucuns bruits.
- Mwouais, mais sur cette il de merde ça ne veut pas dire qu´il n´y a pas de danger.
Elle s´y engouffra.
La lueur de sa lampe de poche n´éclaira que très faiblement l´épaisse obscurité qui enva-hissait l´endroit. Elle ne fit même pas 5 mètres qu´elle entendit un bruit de pas puis une silhouette se profiler derrière elle.
Ibanez s´immobilisa... resta silencieuse... puis sans savoir pourquoi, elle eut tout un coup froid au niveau de la gorge.
Elle mit cependant plusieurs secondes avant de comprendre que le froid était dû à un métal glacé... d´instinct, et en prenant énormément de danger, elle fit volte-face en même temps qu´elle se dégagea de l´étreinte mortelle, faisant tomber sa lampe de po-che, puis donna des coups de faucille devant elle à l´aveuglette.
Elle ne rencontra que du vite mais fut stupéfaite d´être inondée de lumière.
Son agresseur braquait le faisceau de sa lampe sur elle!
- Arrêtes, c´est moi!
Sophie eut un rire étouffé en reconnaissant la voix.
C´était celle de Mike Kristofersson!
Il éclaira à son tour son visage pour lui confirmer ses pensées. Il souriait de toutes ses dents, apparemment content.
- Ce n´est que moi, ton cher voisin Mike!
Soulagée, elle se jeta dans ses bras et l´embrassa par la même occasion.
Elle rougit...
- Excuse-moi, j´aurai pas dû..
- Ce n´est pas grave. Repose-toi plutôt, tu m´as l´air fatiguée et tu n´as plus de provi-sions. Je vais te préparer à manger.
Kristofersson tourna les talons pour refaire tout de suite face à Sophie.
- Ah oui, j´oubliais, prends ma veste en cuir. Avec la fourrure, ça va te tenir chaud.
- Merci Mike...t´es un super voisin...
Celui-ci lui répondit par un sourire, comme s´il s´adressait à sa sœur. Ibanez sombra bientôt dans le monde des rêves.


- Freedom, je tombe de sommeil... faut que j´me repose sinon j´vais pas tenir le coup...
Senem bailla à s´en décrocher la mâchoire puis secoua la tête pour se remettre les idées en place. Freedom cessa de marcher et se tourna vers son ami, inclinant légèrement la tête.
- C´est vrai que je ne peux bientôt plus mettre un pied devant l´autre tant je suis cre-vée... pourtant, tu sais aussi bien que moi que dormir est dangereux.
- Ben pourquoi? On est deux... on a qu´à faire un tournus pour la garde.
Freedom Toretto hocha la tête, sceptique.
- Je te rapelle que nous avons seulement une hachette et une matraque pour seules armes! On a déjà eu de la peine à avoir pu échapper aux monstres en était active, alors j´te raconte pas si on dort!
- Bon, tu proposes quoi alors?
Toretto lui scruta les yeux, une lueur de tristesse pouvait se lire dans son regard.
- Y´a pas trente-six solutions, faut qu´on trouve une troisième personne. Si possible un garçon avec une arme!
- Et s´il ne veut pas coopérer?
Freedom esquissa un sourire mauvais et répondit entre deux ricanements:
- Et bien on le prend par surprise et on le tabasse jusqu´à ce qu´il accepte.
- C´est p´têtre pas le meilleur moyen.. Enfin bon. Bien, par où veux-tu commencer les recherches?
Toretto observa la carte un instant puis déclara:
- Nous sommes près du bord de mer. Je suis sûre et certaine qu´on rencontrera bien quelqu´un.
- Et bien allons-y!
L´adolescente plia la carte et la rangea dans le sac. Elle prit un peu de nourriture par la même occasion et mangea un peu, de même que Senem. Une fois le plein de vitamine terminé, elles se mirent en route.


Allongé sur une pierre à 2 mètres de la mer, Hervé Kirk dormait à point fermé, son fusil à pompe à ses côtés.
Il avait rencontré plusieurs personnes mais avait refusé à chaque fois de faire équipe. Hervé préférait faire cavalier seul et shooter tous les zombies qui se dressaient devant lui.
Bien sûr, il avait peur – qui ne le serait pas? – mais avait pris tout de même un certain plaisir à exterminer les contaminés à coup de shotgun.
L´arme de ses rêves.
Bien entendu, il n´avait pas des munitions à l´infinie et tuait seulement s´il n´avait pas d´autres choix. Idem pour la nourriture et la boisson. Il ne mangeait que quand il avait vraiment faim à ne plus pouvoir marcher. De plus, il s´était étanché sa soif en buvant les gouttes de pluie!
Hervé savait s´y faire. Il possédait tout les trucs. Il pouvait remercier les scouts! Quoiqu´il en soit, il avait décidé de dormir un peu car la nuit était déjà bien avancée. Et se battre fatiguée n´était pas très indiqué pour survivre. Hervé avait découvert un coin tranquille au bord de l´eau et s´y était établi.
Ça faisait environ 4 heures qu´il dormait, 4 heures de calme et d´harmonie... il ne pensait pas que deux filles viendraient troubler son repos.
Il entrouvrit légèrement un œil et capta une conversation à peine audible:
- J´te dis que c´est Hervé, va regarder par toi-même si tu ne me crois pas! Chuchota Freedom.
Senem jeta un coup d´œil et confirma d´un hochement de tête.
- Et en plus, il à l´air d´avoir un sacré calibre!
- Ah ça, j´ai pas encore été vérifier mais ça ne saurait tarder!
Freedom ne put s´empêcher de pouffer de rire, fière de sa blague.
- Ah ah, très drôle, ironisa son amie. Bon sérieux là, tu le tiens en joue avec la ha-chette et moi je récupère son fusil.
Toretto se calma et leva le pouce en guise de réponse positive.
Les deux filles se dirigèrent à pas de loup vers Hervé alors que ce dernier, les ayant en-tendu venir, approcha sa main discrètement du fusil et quand Senem voulut le prendre, le garçon attrapa l´arme à une vitesse stupéfiante et pointa celle-ci juste devant la face de Massann. Freedom poussa un petit crie, étonnée.
- Alors, comme ça on veut me prendre par surprise? C´est pas très bien ça... il ne faut jamais faire chier un homme armé.
- Hé ho, du calme Hervé. On cherchait juste quelqu´un possédant une arme à feu qui pourrait nous surveiller quand Freedom et moi dormirons.
Comprenant qu´elles ne lui voulaient pas d´embrouilles, Kirk abaissa son arme et dit:
- OK, ça marche. Mais à une condition.
La plus âgé fronça les sourcils, intriguée.
- Que je puisse embrasser chacune de vous!
Il rit et fut bientôt rejoint par les deux filles qui après s´être regardées dans les yeux ri-golèrent à leur tour.
- Sans problème, ça marche! Mais... n´abuse pas, juste embrasser, pas plus!
- Promis!
Et Hervé se dirigea en se dandinant vers les deux filles levant l´index et le majeur de la même main en guise de victoire.
Ils s´échangèrent de nombreux baisers passionnés.


Note pour metal->ça doit être à cause d'une limite de mots

*

MetalSwordIce

Battle From Bioject
« Réponse #3 le: mai 28, 2004, 20:50:39 »
Pour achever cette séance, ils l´a léchèrent sur tout le corps en lui bloquant bras et jambes pour la contrain-dre de bouger.

Ca se dit?(C' est une question, j' en sais rien moi)
 

*

MetalSwordIce

Battle From Bioject
« Réponse #4 le: mai 28, 2004, 21:06:24 »
Elle ne rencontra que du vite mais fut stupéfaite d´être inondée de lumière.

Bien sûr, il avait peur – qui ne le serait pas?

Ashu>>TOI, faire des fautes, t' a pas la forme?

*

Shadowman

Battle From Bioject
« Réponse #5 le: mai 28, 2004, 23:25:34 »
Citer
Elle ne rencontra que du vite mais fut stupéfaite d´être inondée de lumière.

Bien sûr, il avait peur – qui ne le serait pas?

Ashu>>TOI, faire des fautes, t' a pas la forme?
Il a TOUJOURS des fautes, et franchement je m'en fout comme de l'an 40

*

cletausen

Battle From Bioject
« Réponse #6 le: mai 29, 2004, 15:14:06 »
C'est bien que t'es mi cette fic bien que je l'ai déjà lu mais d'autre non.
Et puis elle est pas fini vivement la suite.



>cletausen<,Tueur ténébreux :ninja:

*

MetalSwordIce

Battle From Bioject
« Réponse #7 le: mai 29, 2004, 22:09:40 »
Shadow>>Moi aussi je m' en fout, je dit ca pour le taquiner(il en fait tellement peu)

*

LensdelaMoria

Battle From Bioject
« Réponse #8 le: mai 31, 2004, 19:09:50 »
Alors metal, c' est ca la fic dont tu ma parler?
Put1 c' est long jla lirais un autre jour!!... B)
 :bye:  

*

MetalSwordIce

Battle From Bioject
« Réponse #9 le: mai 31, 2004, 19:19:00 »
Slt gars!

Oui c' est ca,mais ca c' est la 3emme,tu devrais commencer par la 1ere.(ca va etre long oui :D ,mais prend ton temps)
J' espere que tu va te plaire ici.

*

MetalSwordIce

Battle From Bioject
« Réponse #10 le: mai 31, 2004, 19:21:18 »
ha aussi, si t' as des ? sur l' amour et tout le bordel, demande a Ashura187, c' est un lover.(il a ptet un truc pour ta Jennifer)

*

Ashura187

Battle From Bioject
« Réponse #11 le: juin 01, 2004, 08:51:17 »
A tous> Y'a plein de fautes, c'est normal, c'est un brouillon >_<! En général, j'écris le tout sur Word et quand j'ai terminé de l'écrire, je passe à la correction du document pour effacer toutes les fautes et les incohérences. Et après je mets la fic!! C'est sympa de l'avoir mis, certe, mais vous auriez pu me dire avant, que je corrige un petit peu..lol
Ah oui, et ce que vous lisez là ce n'est pas des fautes d'orthographe ce sont des fautes de frappes...vas-y pour taper un texte pendant 2 heures d'affiler, y'a bien un moment où on se relâche...surtout que je fais ça tard le soir!!

- Ashura - lover de l'Ombre :massue:

*

Ashura187

Battle From Bioject
« Réponse #12 le: juin 01, 2004, 10:09:06 »
Et en fait, cette histoire n'est pas la suite de la fin d'umbrella. Y'en aura une troisième qui clot la trilogie mais ce n'est pas celle-ci.

- Ashura - Guerrier de l'Ombre :massue:

*

cletausen

Battle From Bioject
« Réponse #13 le: juin 01, 2004, 15:47:58 »
D'ailleur à quand cette dernière fic? ^_^



>cletausen<, Tueur ténébreux :ninja:

*

MetalSwordIce

Battle From Bioject
« Réponse #14 le: juin 01, 2004, 18:35:25 »

Ashu>>Je sais c' est chaud (et chiant), d' écrire pendant un long moment.(j' ai fait l' experience)

Si c' est pas la suite direct, tu devrais la mettre apres la 3emme de ta trilogie.