Les extraordinaires aventures de Groum et Sphil !

  • 111 Réponses
  • 40523 Vues

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

*

Hors ligne SentisMental

  • sot de l'ange...
  • *****
  • 19 302
  • Ange des ténèbres ou démon et merveille ?
    • Sentis Mental et boule de Dom
Re: Les extraordinaires aventures de Groum et Sphil !
« Réponse #30 le: janvier 31, 2009, 19:15:17 »
Après la page de pub de l'ami Sergio
 demain le huitième...

*

Hors ligne SentisMental

  • sot de l'ange...
  • *****
  • 19 302
  • Ange des ténèbres ou démon et merveille ?
    • Sentis Mental et boule de Dom
Re: Les extraordinaires aventures de Groum et Sphil !
« Réponse #31 le: février 01, 2009, 11:23:21 »
CHAPITRE HUIT .
Aussi brutalement qu’elle avait disparu, de nouveau la lumière fut !
C’est notre Sphilou qui est le premier à battre des paupiettes bien que cela lui soit fort douloureux tant tendues ; elles ont la peau pierre…
Mais là, Oh ! Surprise de courant !
Le divin devin est devant un divan !
Plus de salle du réveillon…plus d’invités…
« Ou suis-je ? » se demande-t-il à lui-même en son fjord intérieur (comme on dit en Scandalousie), question pertinente dans une situation pareille.
--- Vous êtes ici au Z U T ! en Zone des Urgences de Tours ! Par un détour d’école, vous avez
      Franchi le col du Tours malin, mais ici pas de passe droit, de passe passe, de passe
      Montagne, de passe lacet ou de passe partout ! C’est chacun son Tours ! Je suis Annick
      Tamehr, l’infirmière de garde contre ! Repos ! mais garde à vous quand même !
C’est en effet une espèce de marâtre anorexique et velue comme une araignée, laide à faire porc, tant et si moche qu’on ne saurait l’amocher, qui vient de répondre tout haut d’une voix stridente aux muettes interrogations de notre ami.
Ce dernier, d’un rapide coup d’½il (avec celui qui demeure valide) s’aperçoit dès lors qu’en effet il se trouve dans une salle d’attente, qui par ailleurs est bondée. Les boiseries le confirment ; elles qui sont en bois bondé…
Sidéré, Sphil se laisse choir dans un fauteuil qui lui tend les bras. Mais quel étrange et cosmo polype  aréopage entoure notre Tours angiome…
En face de lui, mirant la Lune des autres, c’est une vieille chouette chochotte qui chuchote : « Nique ta lope ! » . Sur ses genoux cagneux un hibou boulet laid comme un pou  Pompidou fait joujou contre joue avec un caillou de sang  se révélant être un bijou de famille très chou chou… Mais rien n’y fait, de jour, l’oiseau s’ennuie, et soudain elle sort de sa bulle et ulule : » Mes piluuuuules ! Mes géluuuuuules ! »
A ses bas flancs, grognant sa mauvaise humeur du cerveau, c’est un loup vrillé du bâtiment qui faute d’avoir un bon coup de patte, possèdent deux mains gauches. Alors cette bobine défile entre ses babines : «  C’est trop cruel, croc truelle ! ». Lui qui travaille comme un porc, afin de faire le bien d’autres truies, se doit de réparer la maison des trois petits cochons ! Aussi, pour bien comprendre ce qu’est une soue, il boit comme un trou, et depuis c’est le Loup et la Gnole…
Il partage le banc avec un footballeur Gazelle éternel remplaçant aux pieds carrés ! Ceci à tel point qu’il ne peut shooter dans un ballon rond mais uniquement dans des cubes. Ainsi, faute de savoir sphère il est devenu un maître cube. Avant, il jouait arrière, n’ayant jamais trouvé son juste milieu. Puis ailier il s’est envolé avant que par derrière, d’un coup de chevrotine il ne prenne du plomb dans l’aile…Et dire que c’es l’arbitre qui a fait sur lui un carton !
De l’autre coteau de l’ancestral piaf  de nuit, se trouve une belle amazone  à l’allure cavalière.
Elle travaille sur la piste ronde du Cirque Conférence, mais à force de mettre le couvert avec les couteaux du lanceur en se mélangeant les fourchettes, l’écuyère fut vicitme d’un coquin de sort jeté par le magicien jaloux. La belle acrobate équine qui monte et dresse si bien les cheveux découvrit sa jolie croupe dotée d’une queue de cheval , laissant l’étalon sans estomac ! Mais quel crime hier postérieur, lui vaut cette crinière qui lui fait perdre la fesse ?
Ne sachant plus coiffeur ni quel démon l’habite, de cheval la voici entre deux gars en pleurs face à l’ampleur des dégâts…
A son extrême droite, un politicien  à plumes avec de la terre dans les oreillettes (visiblement victime de sa politique de l’Autruche) reste prostré. Sourd à la raison des tas, aveugle aux réalités du terrain, muet à cause de sa lande de bois…Il est empli de réponses sans questions et de solutions sans problèmes ! Plusieurs fois sinistre limogé, ce limougeot  obscène à tort, a été élu des putains de la raie publique…
Un peu plus loin par la géographie mais point par l’histoire, croupit le croupion d’un avocat marron mal marié avec un thon. Le déçu maître du barreau mal barré est en costume crevette et chemise saumon, lui le baron qui défendit à la barre tant de maquereaux et de morues. Mais hélas quand le poisson est dans l’usufruit ; l’avocat devient véreux ! Il a beau jouer de sa fine aigrette, sa plaidoirie mayonnaise, son débit se fait débile, lorsqu’il harangue le mauvais sort ; ça sent le hareng saur ! Son ton s’émiette…et voilà son plus sûr ami remplacé par un bâton de surumi…c’est la disgrâce présidentielle !
Partageant de séant la banquette de veau, se tient une vierge effarouchée, droite comme un I.
Seize fois saisie, peur des zizis, Daisy sensitive est terrifiée par les ceintes verges ! Et plus la verge est dure, plus cela lui donne par frisson la peau d’orange ! Elle craint même, ô my God ! les imitations phalliques, car Verge singée ; trop risque ! (pardonnez cette gauloiserie !) Rêvant de changer son point de vît par convergence, la pucelle serait bien montée si elle pu selle afin de prendre son pied à l’étrier…
Entourant par jeu notre Tourangeot, gémit un lent gémeau sans son long jumeau…
--- Que vous arrive-t-il, mon brave ?
--- J’ai mal, j’ai maux…Dans un magasin Gémo, j’ai perdu mon alter égo dans le rayon des
      Haltères et des Légo…
--- Comment se fisse que cela soit ?
--- Pendant une seconde j’omet Jo, et je passe du double au simple ! Pourtant moi Momo
     J’aimais Jo ! Du coup malheureux scoop ; Le Zodiak m’a renvoyé pour travail à moitié
     Fait !
--- Il faut avouer qu’un demi gémeau…c’est comme Lorie sans Hardel, Dupont sans Dupont,
     Le pôle Sud sans l’épaule nord…
--- En fait, je résiste le premier décante, puis à la moitié du deuxième ; Pfuuuiit ! Je part en
     Quenouille ! D’ailleurs c’est mauvais signe car mon troisième décante est déjà rongé par le
      Cancer…
Triste affaire !
Sphilou préfère se tourner vers son autre voisin d’infortune. C’est un Smiley couvert de bandage ! C’est pourquoi  notre héro éprouve quelques difficultés pour le reconnaître…
Comme déchiffrant ses pensées intimes, la face de lune lui répond tout de go :
--- Je suis le plus célèbre de tous ! Je suis Lol !
--- Mais que diable t’est-il arrivé ?
--- Encore un drame de la jalousie en milieu professionnel ! C’est MDR ! Il est devenu fou !
      Comme j’avais plus de posts que lui, il m’a arraché mes « L » !
--- Oh !
--- Tout-à-fait ! C’est tout ce qui me reste ! Aussi, en attendant une nouvelle paire d’  « L »
      Offert par le magazine « Elle », le chair-orgien  m’a greffé diverses prothèses…
--- Et quel fut le résultat de ces opérations ?
--- L’addition est devenue soustraction car la multiplication semait la division…
--- Sans procès, pourriez-vous être plus précis ?
--- D’abord avec deux « B » de bébé, je suis devenu BOB ! mais embauché comme éponge
     Chez Ricard, je devenais triquard ! trop jaune pour mourir d’une scie rose !
--- Il y avait un hic…
--- Alors, grâce à la force de gravité de mon pote Gégé, on a essayé deux « G » ! Je bossais à
     mi-temps pour Hergé et les RG, mais finalement j’ai fait rejet chez Roger ! Mes gags
     gagas sentaient les GOG à gogos…
--- Miasme, miasme !
--- Aussi on m’a proposé deux « N », mais immédiatement j’ai dit NON ! Pas question que
      Mon nom soit Non !
--- Ah oui ?
--- Ensuite, dopé par deux « P » de mon pépé, j’ai fait musique POP ! Mais en Russie, les
      Moujiks voulaient m’enfermer dans une église ! Alors j’ai mis un grand coup de pied au
      Culte !
--- Comme un pape, nom d’une pipe !
--- Et puis en Espagne ils te font sauter dans l’arène comme du POP cornes !
--- Tu as raison ; POP pue l’air…
--- Alors une déesse eut une idée, avec l’aide OSS elle tenta deux « S »…Et me voilà chantant
      SOS ; le message d’un smiley en détresse ! Mais hélas, personne pour m’aider, m’aider,
      M’aider… J’ai rendu les SS, malheureusement récupéré par les nazis…
---  Et doté par tétée de deux « T » ?
--- Pour faire TOT ? C’est déjà trop tard…
Mais Sphilou n’a guère le temps de poursuivre cet édifiant dialogue à rythme que la revêche blouse blanche le harponne sèchement  avec sa corde raide vocale :
--- Monzieu ! Le broc Fesseur va vous recevoir dans zon Kabinet ! Zi Fou foulez me zuivre !
Et notre Sphil de prendre la trace des sabots de l’infirmière au brutal accent téton en qui germe Annick. La chevauchée fantasque de la toquée Walkyrie se termine devant une porte Klaus.  Violemment, elle la frappe. Une voix sans issue répond de l’autre côté :
--- André !
C’est ainsi (et pas autrement) que Sphil se retrouve dans le cabinet, après ce docte heurt.
Comme de fait, c’est un authentique cabinet. Le toubib est assis sur un trône percé à lunette et il invite son patient  à faire de même sur l’autre qui se révèle libre pour l’hôte.
--- Baisez la lunette, et oseillez-vous !
Dit-il en remontant les siennes sur son nez crochu.
Pour le décrire physiquement, imaginez un cadavre qu’on exhume après vingt ans de tombeau…Il sent l’éther à terre ce qui l’a rend fort molle !
--- Jésuite le doktor Wolfgang Bang, ex interné des zoos piteux de Buchenwald, puis externe
      Miné de l’université de Dachau ! Képi-je pour vous ? Caisse qui vous Ameeeen ?
Demande-t-il en faisant le signe de croix gammé.
--- Bien ! par manne hier, j’ai malencontreusement reçu une paille de fer dans l’½il !
--- Ach ! Ach ! Ach ! Ach ! Ach ! Ach ! Ach !
Au septième Ach, Sphil lui demande d’arrêter son cinéma :
--- En voilà des manières, mein Herr ! Alors, que comptez-vous faire pour m’en défaire ?
--- je vais vous opérer à l’½il mais pas gratuitement !!!
--- Comment ça ?
--- Un feu de paille !!! Et hop ! Pompier, bon ½il !
Sphil lui jette un regard incendiaire.
--- Ca ne va pas la tête !
--- Z’est la tête ? Je vais opérer au béret ! Il faut la couper !
--- Mais pour quoi faire ?
--- Pour sauver les bons pieds !
--- Vous êtes malade !
--- N’inversez pas les rôles !
--- Je veux garder la vue et la vie ! Je ne suis pas foutu à cause d’un fétu !
--- Vous demandez beaucoup ! Vous croyez que je fais tout !
--- Soit ! Rester ne sert arien…
--- Ach toon ! Je zan la fuhrer monter en vous !
--- Mauvais, je m’en vais ! Vous êtes définitivement fou !
--- Ja ! Mais pas allié ! Attendez ! Chevet vous verre eine ordonnance !
Et le vert de gris siphonné de griffonner en vers, un inter remède médical afin de soulager la douleur latente de camping.
Deux minutes plus tard, Sphilou ressort du cabinet dont la chasse est gardée.
Il ne parvient toujours pas à réaliser ce qu’il vit…ou rêve !
Dans le couloir immaculé (en un seul haut mot), il ne peut s’empêcher sans pêcher de lire la prescription notifiée par le praticien dérangé. Ce qu’il découvre le sidère :
« …Hier soir, avant votre repas du réveillon, vous avez reçu un étrange présent pour votre avenir…C’est désormais maintenant qu’il peut passer du futile à l’utile… Il sera la clé qui vous permettra de joindre deux personnes salutaires par les deux bouts…Elles soigneront votre mal oculaire et vous ramèneront dans un univers qui vous sera bien plus familier… Souvenez-vous de qui vous deviez prendre nouvelles après minuit…Bonne chance ! »
--- Nom de Zeus ! Le taste-vin géant !
S’écrie Sphil en brandissant l’objet insolite d’une main.
--- Par Toutatis ! Yop et Lulu !
Finit-il avec son portable dans l’autre.


*

Hors ligne Tekiro

  • *****
  • 37 998
  • gelatophile
    • Teksite
Re: Les extraordinaires aventures de Groum et Sphil !
« Réponse #32 le: février 02, 2009, 08:51:49 »


:mdr: , qu'est ce que tu as bu avant d'écrire ça ? :roll1:  :powa:
Ubi amici, ibidem opes. (Plaute)
Là où sont les amis se trouvent les richesses.
Teksite
"Le sourire n’est qu’un rire qui se sous-estime" Sentis Dominique

*

Hors ligne SentisMental

  • sot de l'ange...
  • *****
  • 19 302
  • Ange des ténèbres ou démon et merveille ?
    • Sentis Mental et boule de Dom
Re: Les extraordinaires aventures de Groum et Sphil !
« Réponse #33 le: février 02, 2009, 19:52:36 »
je suis à la flotte depuis un mois...

*

Hors ligne Tekiro

  • *****
  • 37 998
  • gelatophile
    • Teksite
Re: Les extraordinaires aventures de Groum et Sphil !
« Réponse #34 le: février 02, 2009, 20:25:03 »
je suis à la flotte depuis un mois...

par encore à la neige ???
Ubi amici, ibidem opes. (Plaute)
Là où sont les amis se trouvent les richesses.
Teksite
"Le sourire n’est qu’un rire qui se sous-estime" Sentis Dominique

*

Hors ligne Serge le Belge

  • Un Belge restera toujours un Belge 1 fois hein !
  • *****
  • 7 295
  • Un Belge 1 fois hein !
    • 8760-365
Re: Les extraordinaires aventures de Groum et Sphil !
« Réponse #35 le: février 02, 2009, 23:40:11 »
t'en veut une   :lol: :lol: :lol: :lol:


*

Hors ligne SentisMental

  • sot de l'ange...
  • *****
  • 19 302
  • Ange des ténèbres ou démon et merveille ?
    • Sentis Mental et boule de Dom
Re: Les extraordinaires aventures de Groum et Sphil !
« Réponse #36 le: février 03, 2009, 19:18:08 »
surtout pas ! je suis en train de perdre la mienne ! :ph34r:

*

Hors ligne Tekiro

  • *****
  • 37 998
  • gelatophile
    • Teksite
Re: Les extraordinaires aventures de Groum et Sphil !
« Réponse #37 le: février 03, 2009, 22:39:39 »
Veinard :)
Ubi amici, ibidem opes. (Plaute)
Là où sont les amis se trouvent les richesses.
Teksite
"Le sourire n’est qu’un rire qui se sous-estime" Sentis Dominique

*

Hors ligne SentisMental

  • sot de l'ange...
  • *****
  • 19 302
  • Ange des ténèbres ou démon et merveille ?
    • Sentis Mental et boule de Dom
Re: Les extraordinaires aventures de Groum et Sphil !
« Réponse #38 le: février 08, 2009, 18:03:06 »
CHAPITRE NEUF .
Et c’est au tour de l’incroyable Tékirhulk de refaire surface et réparation.
Mais ou ? hou, hou ?
Certes pas avec les amis convives à Fondettes d’honneur…
C’est tout simple d’esprit, il se pavane dans un haut lieu somptueux et majestueux, l’un des plus célèbres du pays…
--- La galerie des Glaces, noble seigneur ! Vous vous trouvez présentement à Versailles et ses
      Magnificences en son château !
Téki tel une pile électrique fait volt face ; ainsi son devant en paravent se retrouve derrière par les arrières bien que ce dernier demeure dans son dos. Il aperçoit alors un étrange bossu tout cabossé revêtant un uniforme des musées de France ou l’on s’ennuie ferme.
--- Je me présente : Rémi Chelin ; guide tout rustique ! J’ai commencé dans le métier comme
     Gogo à Milhaut, puis j’ai décidé de consacrer ma misérable vie au patrimoine national qui
     Etant laïc n’est pas moine patrie !
Ce type bizarroïde d’une troisième rencontre, évoquait des brumes Jean Marais lorsqu’il interpréta le personnage plié en deux par un dos d’âne. Mais Téki n’est pas moins surpris de se retrouver ici, que par cette présence cahotique :
--- Vous avez donc la bosse des arts ?
--- Voulez-vous la toucher Monseigneur…Il parait qu’elle porte bonheur…
--- Sans façon merci ! Je viens de souper !
--- Alors sans plus attendre commençons la visite ! Seigneur Téki, votre ticket est-il acquitté ?
--- Sous peine de passer pour un Titi ou un Kéké…je l’ai quitté sans tiquer !
--- Qu’à cela ne tienne, ce n’est pas gravas ! Commençons séant sinon nous ne saurons finir !
     Voila la première glace ! Léchez-là tranquille !
Aussitôt face au miroir, Téki ne peut résister et appose sa langue bien pendule sur la froide et lisse paroi des délices. C’est un savoureux mélange qui titille ses papilles et dilate ses pupilles.
--- Framboise d’Amboise, Vanille de Manille et Cacao de Macao ! Maintenant que vous êtes
      Sous le charme concentrez-vous et admirez ! Vous allez par petites touches découvrir un
     Tableau peint par le maître Autruche-chien Hans-Helmut-Herbert Von Flexiglass !
Téki qui pourtant en a plein les burettes, n’en croit pas ses mirettes…
--- Le triomphe de Vercintékirox au siège éjectable de Gergovie! Ce chef gaulois qui pour     
     Avoir cherché un Jules remporta un César ! Mais le plus étonnant ne tient pas dans le
     Thème mais dans le sujet ! Le héros au casque ailé a pris mes traits portrait ! Lui c’est
     Moi ! Par Toutatis ! Et par Tougratis !
--- La particule hilarité de ces miroirs-tableaux ; c’est de renvoyer votre propre fantasme
     Allégorie ! Ils sont une partie de vous tout en restant hôtes !
--- C’est net, c’est fou !
--- Flatteur, va !
--- Je n’aurais jamais cruche pouvoir me voir en peinture…
--- mais brisons là l’appâte ! Déjà le deuxième nous attend les bras !
Tékiro qui apprend vite ; surtout quand c’est apprendre ou à lécher, promène donc son appendice linguale sur la paroi qui réfléchit pour deux…
--- Hummm…fameux ! Slurp…fumeux !
--- Par faim, parfum Pêche à Brico marché ! Crème de fruits cassés à la poudre de noyau dur !
     Nous devons cet or d’½uvre à une lolita espagnolette ; Lolave Glace !
--- Je reconnais ce thème un peu beaucoup, passionnément à la folie !
--- Pas du tout !
--- C’est Téclo – Viskiro et le vase de Soissons ! Me voilà donc en train de renverser le 
     Pot de flirt ! Mais pourquoi cette tenue anachronique et ces danseuses du ventre creux
    Court vêtu de si peu de tissu ? Des potiches ?
--- L’artiste fêlé a représenté sciemment le héros en mélange de Cloclo ; d’où les
      Cloclovissettes, et d’Elvis ; d’où le patiné de toile…
--- Pour être franc, j’en suis très euro !
--- Languide, suivez le lent guide ! La visite se poursuit ! Troisième miroir !
Et Téki de s’y coller de visu, pendant que l’inextinguible bossu  a grosses gouttes :
--- Parfum Pistache !
--- Mais…Ce n’est pas vert, c’est jaune !
--- Je me permets de vous rappeler que la pistache fait jaune devant à cause de la dernière
     Goutte rétive ! Nous devons cette projection au poêt froncé Jacquespré Verglace !
--- Aucun doute ! Il s’agite bien de Tékiroland pris au piège du faux col de Roncevaux ! Cela
     Pour avoir suivi une piste trash à la poursuite des sarrasins de Corynthe ! Là je souffle dans
     La trompe de mon olifant mais la montagne accouche d’une souris !
--- Charles, magne-toi !
--- Hélas resteront mes cris vains…
--- On connaît la chanson ! Bon, passons par chemin cet épisode tragique puisqu’un autre
      Avènement hystérique nous guette plus loin dans la régalerie !
De nouveau Téki lape dense :
---  Slap ! Slap !
--- Parfum cerise sur le cadeau ! Oh cherry, cherry ! et voici une peinture au yaourt de l’artiste
     Bulle-gare Patina Glazzz !
--- En effet, il y a iourte ! pourtant, ne s’agit-il point du chevalier Téki Dudéclin pendant la
     Crise de cent ans ?
--- Si fait, monseigneur !
--- L’époque ou pour les riches c’était miséricorde et pour les pauvres ; misère et corde ! En
      Tant que chevalet je pris option sur les stocks que je redistribuais, puis j’interdis le vol
      Libre à l’étalage bling bling qui se termine en ouverture de parachute doré ! Et si le
      MEDEF essaie ; je met des fessées !
--- Quel homme vous flute ! Un bienfaiteur un brin fêtard ! vive le peuple même si le tiers
      Est tas ! Sur ce, filons notre bas jusqu’au haut suivant, il vous prie monseigneur !
Téki sollicité une fois de peluche, d’une embrassade d’échine d’y remettre la langue vivante pendant que le guide difforme assure le fond :
---  Parfum noix de Cocon ! Soyeux comme une aile de papillon bien qu’encore un peu ver !
       Tableau hideux du peintre gris beige ; le baron Empain Deglace !
--- Damned de danette ! C’est Tékijeanne d’Arkiro boutant les onglets hors de France,
     Pendant que l’évêque Cochon lécha l’hôte… Un porc au service des Rosbeefs ! La
     Malheureuse, à force d’avoir d’un trait bûcher finit par tomber ! Cela fait tout bizarre
     De me découvrir en pucelle que vous croyez !
--- N’empêche, vous auriez mieux fait de rester à garder vos boutons à Domrémi
--- Fa sol à dire, Là si tôt ! Pourtant aucun doute, la flamme fut l’avenir de l’homme , sweet
     Home !
--- Hélas, ce n’est pas parce qu’on entend des voix, que l’on est élu !
--- Ma foi ce n’est pas faux, sois fou et fais Fi de ce que feue elle fut ! Voyons quel cinéma ce
      Sixième miroir me réserve…je m’en pourlèche d’avance les bobines !
Et Téki attaque du tac au tac sans tactique joignant le zest à la parole, bercé par le commentaire atterré de Rémi Chelin le guide chelou :
--- Parfum Six troncs de la forêt vierge marrie ! ¼uvre bucolique frénétique de l’alcoolique
     Buccal norvégétarien Oscar Glace ! Celui dont le pinceau pincé répare, brise…
--- Mince Terre ! Encore un pépin et ça s’écorce ! Me revoilà  en Tékhenri Quatre-quart
     La tronche découpée en tranche par Réveillac !
--- Hé oui ! Ce jaloux qui refusait au bon roi le droit de fourrer sa poule au pot su’l’lit !
--- Parallèlement  je fus le mari de Marie me coupant quatre doigts, devinrent mes dix, six !
--- A cause d’une femelle, cela finit mâle…
--- Phallocrate ! Philo crasseux quand falot gratte !
--- Vous avez raison ! Allez, venelle ! Quittons les sujets qui fâchent le verbe, et goûtez-moi
      Ce septième reflet de reflux !
--- Gloups ! Glap ! Glop !
--- Parfum Fraise Tagada en dessous de bras de sous-bois sans soin soin ! Ceci  grâce à la
      Gouache du chilien de Concarneau  par ailleurs inventeur du chili concarné ; Ouiskiki
     San Glass !
--- Jolie tartine ! C’est le Tékiroi François Crémier luttant au beurre à beurre contre son
     Ennemi juré craché ; Charles Quinte Flush ! ici nous sommes représentés lors de l’open de
     Marignan à 15/15 dans le dernier set ascète ! Quel grand homme par la taille, la dîme et la
     Gamelle, amateur de gaudriole et de faribole ; surnommé le Géant vert !
--- Et dire qu’à l’époque, la fraise on se la mettait autour du cou…
--- Elle rendait l’intestin grêle dévot…
--- heureusement que les dentistes n’existaient pas encore…arracheurs dedans !
--- Parlons d’autres chausses, espèce de va-nu-pied ! Par exemple, que vaut cet octo-plasma ?
Et Téki sans étiquette et sans la donner, de sa langue hocha, sans Rémi scille :
--- Parfum Prune d’automne et Pruneau de la jungle ! Conçu par le visionnaire afro-
      Armoricain Harrybela Fontedesglaces !
--- Comment ne pas reconnaître l’instigateur de ces lieux ; Loulou Tékitorze qui avait en
      L’occurrence plusieurs cordes à mon arc absolu ! Le roi soleil qui adorait à dorer les
      Pleines lunes dans leurs quartiers ! Quelle époque épique ! J’acceptais que l’on assiste
      A mon lever mais jamais que l’on m’assiste dans mon dîner ! Une fois appelé à régner, sur
      Le pays j’ai tissé ma toile !
--- En ce temps là, le palais bourdonnait comme une ruche entre courtisans et courts tisons !
     Tant majesté, votre sire est trop bonne en coulisse…
--- Néanmoins, vu la pléthore de petite vérole, il eut phallus plutôt de la cortisone…
Mais déjà les deux lardons en foire font du neuf avec du vieux.
--- Quel élixir…Quel essence…
--- Parfum au Chaud câlin de Show collage ! A croquer puis à craquer…Et voilà par petites
     Touchettes dénudée le délire érotique et les basiques instincts de l’artiste kurdan
      Pika Glace !
--- Oulah ! C’est torride brûlant ! l’alcôve de Tékisanova  dans sa case à neuvaine ! Ma tresse
     Ou je déstresse mes maîtresses ! Ma natte ou je dénatte mes mainates ! Ma couche ou elles
      Découchent ! Mon lit objet du délit !  Dom Juan des donjons, cavalier fou je séduis la
      Reine dans sa tour damnant le pion du roi !
--- Sans avoir recours à l’échiquier des chéquiers ! Mais pressons-nous, car nous avons perdu
     Beaucoup de temps sur les premiers miroirs, et je vois que nous en sommes déjà à la page
     Trois du chapitre…
--- Tu as raison, homme en zig zag !  Je pressens que l’auteur fatigue, son verbiage ramollit et
     Il nous fait débiter des banalités ! 
--- Puisque nous sommes devant, tenons-nous le pour dix !
De nouveau salive et lèche-vitrine
--- Parfum de Carmel Mou pour nez encens ! Arome qui va tiquant en pet de nonne ! Cette
     Dogmatique composition de fleur intestinale est due au pape poloniais Poche Deux Glace !
--- Encore une fois, je m’y retrouve ! N’est-ce pourpoint le cardinal Tékirochelieu dans son
      Cabinet, en arrière train de trier ses papiers… ? C’est certain, à l’époque je portais bien la
      Robe, même si le pourpre me monte au front !
--- Contre vos piqûres sans rappel, le roi fut obligé de se prémunir de moustiquaires !
--- Fatalement, il a sa place en ce riche lieu !
--- Mais se présente à vous le onzième miroir, votre seigneurie…
--- Fllllttttchhhh…Mmmbbbbbllll…
--- Je ne vous le fais pas dire ! Parfum à la pomme d’arrosoir et la poire belle Hélène ! Le
     Tout en pêle mêle  réalisé par le barbouilleur mural  hindoudingue ; Soha Glace !
--- Qu’il en soit remercié par le mercier ! Et Z’hop ! Je me reconnais ici en Tékila Fontaine,
     Ce célèbre affabulateur qui aimait à faire parler les animaux ! l’ammoral lui faisait venir
     La moutarde au nez ! Ce tableau illustre une ½uvre restée inconnue lors du crépuscule de
      Sa vie alors qu’il subissait une terrible dépression, c’est la fable du « cafard et du
      Bourdon »…
--- Pour qui sonne la glace… ?
--- Tiens, ce douzième miroir est curieux, ce doit être contagieux car moi aussi !
--- Il faut payer pour boire ! Aussi pour lèche n’oubliez pas le pourliche !
Téki glisse un billet doux sous la bosse, et goûte que coûte la surface plane…cette fois, il ne peut à dessein s’empêcher d’esquisser une grimace. Le guide éclaire sa lanterne :
--- Parfum Cul Culte la Praline ! Exclusivement réalisé avec une fiente aux enchères ! Ce
     Trouble tartinage fut enfanté par l’anus d’un aviné grec : Omerde Glace, après avoir
     Mâché de dents !
--- Voilà donc un personnage moins connu que les précédents, le maître d’autel du souverain
      Vateliro ! Le premier mètre queue bien avant Rocco Sifreddy !Moi qui n’existais pas en
      Dessous de trois étoiles, fus victime d’une toile !!! A force de combler gourmets et
      Gourmettes, une fois ne fut pas coutume et je me perçais la panse de mon épée pour un
      Retard de livraison !!!
--- Funeste sort pour un triste sire…
--- Cahin caha l’histoire est pleine de cahots ! Est-ce que le treize me portera bonheur… ?
Et de voler de sucée en succès… tandis que l’orateur du siècle des poussières y va de son complément déformation :
--- Parfum de colère et de sang aux fruits rouge de la passion ! Pressés sous les barricades
     Puis délivrés par prise à la pastille ! C’est le résultat du très tourmenté artiste Pinte
     Irlandécossais ; O’Keysur Glass !
--- Ah ça ira ! Quel allure et quel tribun, ce Tékirobespierre ! Il est tout de suite dans l’ton !
     Comme quoi il n’y a pas que la planète qui fait sa révolution ! Et surtout, vive les sans
     Culotes ! J’étais l’encenseur pour l’échafaud !
--- A tel point, que vous avez fini par trouver vous-même une fenêtre pour la guillotine…
--- Exact ! Aussi, finissons-en ! Voila enfin le dernier des miroirs, quel gout a-t-il ? Hou !
      Héééé ?
--- Ouais ! Parfum  à la grenade d’Orange et à l’orange de Grenade ! Ca pique et ça éclate !
      Fresque guerrière issue de l’imagination débordante lorsqu’on n’en ferme pas les robinets
      De l’africain peu friqué tarzanien  Brice Glace !
--- C’est beau ! Attention à la marche de l’empereur ; Napotéki le roi Léon face aux pires
      Amibes d’Egypte ! D’ailleurs la légende dit : »Egypty king » ! J’ai escaladé Khéops en
      Vélo pour dire : Quarante cycles vous contemplent !
--- C’est grand… c’est beau…c’est fin…cela se mange sans fin !
--- Et réduit au silence, Sphinx taire !
--- Mais cette fois en deux fois sept voies, la visite est terminée…N’oubliez pas le guide !
Téki se voit ramené à son improbable réalité, après cette longue digression dans l’histoire.
--- Comment puis-je retourner vers mes amis, monsieur Chelin ?
--- Monseigneur…il vous faudra utiliser votre étrange cadeau de réveillon…afin de contacter
     L’ami qui saura vous délivrer…
--- Le face à main !!!...Alban !!!
Mais le temps de cette courte réflexion (entouré de tant de miroirs, c’est logique)  et déjà le repoussant infirme est parti rouler sa bosse ailleurs…
Téki est seul…
Face à main…
Portable dans l’autre…



*

Hors ligne Tekiro

  • *****
  • 37 998
  • gelatophile
    • Teksite
Re: Les extraordinaires aventures de Groum et Sphil !
« Réponse #39 le: février 08, 2009, 18:12:01 »
:roll1: je crains qu'il ne faille appeler  :ambulance:  :mdr:

:bravo:  :bravo:
Ubi amici, ibidem opes. (Plaute)
Là où sont les amis se trouvent les richesses.
Teksite
"Le sourire n’est qu’un rire qui se sous-estime" Sentis Dominique

*

Hors ligne SentisMental

  • sot de l'ange...
  • *****
  • 19 302
  • Ange des ténèbres ou démon et merveille ?
    • Sentis Mental et boule de Dom
Re: Les extraordinaires aventures de Groum et Sphil !
« Réponse #40 le: février 15, 2009, 12:04:09 »
CHAPITRE DIX.
Et c’est dame Gadget dit Evelyne que nous retrouvons dans ce dixième chapitre. Enfin, elle ne s’appelle plus Gadget mais…Alice ! (c’est son opérateur téléphonétique qui le lui a dit).
Elle est paisiblement assise au pied d’un orme muet sans chlorophile (seul l’orme –son peut prétendre à l’habit vert) . Et langoureusement elle oscille entre douce rêverie et palpitante lecture. En effet, prêté par son expert comptable A Perrault ; elle feuillette le livre « des contes » d’Emile Héhunuit, cet auteur inuit sans sommeil ni soleil.
Elle vient de terminer, encore toute émoustillée un croustillant chapitre de plaisirs charnels ou chair est rasade, lorsque soudain, déboulant du champ d’à côté si tranquille (c’est le champ des parties zen), un lapin parcourt son lopin !
Un lapin dans un champ, même à contre chant, quoi de plus normal, me direz-vous (enfin, ceux qui suivent…). Pour autant, ce lapin n’est pas ordinaire. Il porte un chapeau melon, un parapluie à la patte, une redingote  à plastron et un attaché-case et marmonne sans cesse :
--- Je suis en retard !  Treize en retard…
--- Mais ! Ou courrez-vous ainsi ?
--- Au bois de la Garenne ! J’ai soulevé un lièvre ! Il faut que je me dépêche car je déteste
     Poser un lapin !!! Et…Je suis en retard !
Alors, de son gousset, il sort non pas une montre…mais un réveil !!!
--- Je comprend ! Nous sommes l’après midi et ceci est un réveil matin ! Il n’a pas sonné alors
     Je suis en retard !
Et l’herbivore sautillant repart de plus bel vers le fond de la clairière.
Alice-Gadget ne peut s’empêcher de le suivre, mais elle doit s’employer car la boule de poil déguisé en trader de la City s’en va d’un bon train. Tout en courant elle s’interroge sur la déraison qui la pousse derrière monsieur Lapin…
Les voici tous deux arrivés aux abords d’un puits. Ni une ni deux ni dune nid d’½ufs, le lapin saute à pied dedans en se lamentant :
--- je suis en retard ! en retaaaaaaarrr….
Il a déjà disparu de la vision de la jeune fille. Alors sans réfléchir, gadget a son tour se jette dans le trou noir du puits de séance !
Et c’est une chute sans fin dans une obscurité opaque de bière ; Elle tombe.
Longtemps, sans aucun repaire sur sa vitesse. A tel point de non retour qu’à un moment elle ne sait plus si elle descend ou elle remonte ! C’est comme prendre l’ascenseur en sautant dans la cage d’escalier…Enfin. Sans soucis tout ceci cesse. Elle sent sous ses pieds, un sol ferme. Jamais elle n’a connu un tel atterrissage  en douceur sans douleur. Il faut dire à sa décharge (municipale) que c’est la première fois qu’elle saute dans un puits…
Peu à peu l’obscurité s’efface, gommée par une pâle lueur d’espoir.
--- Ou suis-je ?
--- Dans les jardins du château né palais !
Et le lapin de nouveau de s’enfuir. Mais Alice est trop surprise pour reprendre la poursuite. Elle découvre la beauté des allées  et leur retour. Elle détaille les haies d’honneur si bien taillées. En fait, elle parcoure un véritable labyrinthe de verdure !
C’est au détour d’un virage en angle obtus (car légèrement bouché) qu’elle tombe nez à nez avec… la souveraine et propriétaire des lieux, entourée de sa garde rapprochée !
La reine des cartes !!!
--- Qu’est-ce donc que cette chose ridicule ! ?
--- Alice, madame ! Enfin…Gadget !
--- Un gadget ? Dans mes jardins ? C’est une plaisanterie ? Qu’on lui coupe la tête !
Aussitôt, le valet de carreau et celui de trèfle s’empare de la jeune fille sans ménagement.
--- Attendez votre magnifiscience ! Elle a droit à un bon duel !
C’est le lapin malin qui, surgi de nulle part ou allée, intervient à temps.
La reine de c½ur qui semble cruellement en manquer, s’étouffe :
--- Un duel avec cette chose toute chiffonnée ? Vous n’y pensez pas !
--- Mais, c’est la loi !
--- Qui a promulgué cette loi stupide que je lui fasse couper la tête ?
--- Hummm…C’est vous majestueuse majesté tueuse…
---Soit en effet, c’est une excellente idée ! Allez ! Une bataille en un coup sec ! Coupez les
     Cartes et écartez les coupes !
Voila que notre Gadget doit jouer sa tête dans une improbable partie de cartes routinières…
Déjà la monarque jubile :
--- Le roi de c½ur !!! Ah ! Vous voilà, Edouard ! il était temps ! Vous alliez vous faire
     Appeler Arthur !
Sans beaucoup de conviction, Alice fait pivoter le morceau de carton sur pattes qui lui a été attribué, et ô surprise ! C’est…
--- Vétuste !
--- L’as de pique !
En effet, il est vétuste comme l’as de pique. Et le sauveur de se mettre à chanter :
--- Y é souis lé chévalier Noir, y é vé et y é vient ou mé pousse la foire !
Le lapin préfère interrompre cette ritournelle d’opérette :
--- Alice a gagné !
Mais la reine s’écoeure :
--- Je ne peux pas perdre la face  sinon je m’efface ! Aussi, Gadget tu as sauvé ta tête de truc !
     Mais pour autant, je te chasse à jamais du royaume des cartes, c’est cartésien !!!
Aussitôt, un voile noir se fait jour…enfin, c’est net, sa vue se trouble !
Et lorsque la belle peut rouvrir ses mirettes…elle est seule dans les  hauts bois.
Son costume a changé. Elle n’est plus blondinette en jupette et socquette, mais la voici brune en chignon dans une lourde robe de velours noir et rouge. Comme elle n’est pas plus fixée, elle décide de se déplacer dans ce bois constructeur…
Les laies sont belles, les sentes odoriférantes, les sentiers enchantés et les chemins acheminés.
C’est au carrefour du « sanglier en sanglot » qu’elle fait une étrange rencontre…
Tout d’abord elle n’entend qu’une vague musiquette chantée par des voix fluettes :
« … Et lit ! Et l’eau !...On revient du bureau !...helihelo on revient du…bouleau ! »
Et les mémorables interprètes de cet ½uvre immortelle paraissent au détour du virage.
Les sept Sarkonains !!!
Ils sont tout autant saisis par la présence irréelle de la doulce Gadget, qui le doute n’est plus permis, se trouve dans la peau de Blanche Neige.
Et voilà les petits hommes, tout en se dandinant, en remuant des épaules et en bougeant du cou, de se présenter :
--- AAaaaaat…Choum !!! Bonjour badame Royal ! je suis Sarkat…Choum !!! Exgusez-bois
     Z’est ude allergie à la frange d’en bas ! Z’est gaule haine !!!Atchoum !!!
--- Heu…ben…moi…je suis…heu…Nicotimide…enfin…heu…b’jour…mamzelle…Carla…
--- Hein ? Chui Sircosaque Grincheux !!! Ouais ! Touche-moi pas ! Et casse  toi pauv
     Conne !
--- Bonjour ! Chui Sakoprof ! C(tiens à dire ! c’est moi que j’sais tout ? Et pourquoi j’sais
     Tout ? J’vais vousl’dire ! Si que je sais tout, c’est parceque chui le prof présipotent !!!
--- Salut ma poule ! Chui Nicojoyeux ! Chui content ! Chui heureux !
--- Zzzzzz ! …Chui…Nicodormeur…pas ce soir…Carla…chui crevé…
Et Blanche gadget de deviner le dernier :
--- Sarkosimplet ?
--- Bling ! Bling !
Les présentations étant faites, les sept petits hommes emmènent madame Neige dans leur maisonnette petite mais honnête. Pour réchauffer l’atmosphère, ils partent quérir du bois pour nourrir l’âtre de la cheminée. C’est alors que les évènements se précipitent comme la pluie.
Alors que le  prince monseigneur Didier de Dixcuisseaux est en chemin pour épousailler la blanche colombe, la reine des cartes qui est en réalité une méchante sorcière (il est à noter que rarement les sorcières sont gentilles et c’est bien fait pour elles) est déjà devant la porte du champignon anatomique servant de demeure de notre héroïne si raffinée :
--- Bonjour ma toute belle ! Que dirais-tu d’une pomme ?
Mais Gadget connaît bien l’histoire  et ne se laisse point prendre !
--- Non Bercy !
--- Une poire ?
--- Non peluche !
--- Et un scoubidou, bidou, ah ?
--- Caisse donc ? Quelle drôle de forme…On dirait un…enfin une…
Dit gadget en rougissant…
--- En effet ! C’est un…enfin une…Bref ! Cela se suce ! Tu veux gouter ?
Hélas ! Blanche gadget ne peut résister à la forme avantageuse. Elle craque et croque !
CRIIIIIC !
La dernière chose qu’elle entend…c’est un rire machiavélique !!!!
Et notre Gadget est projetée dans la chambre capitonnée d’un château vraiment trop fort. Mais cette fois, elle ne se réveille pas. Elle dort profondément, laissant échapper de temps à autre un léger soupir tel un sanglot ensommeillé.
D’ailleurs, dans le château, tout le monde dort. On se croirait au Mont d’or. La famille royale pionce, les courtisans roupillent, le personnel ronfle.
En ces lieux comme frôlés par la mort, seule la végétation est vivante…et agressive !
Tout n’est qu’épines acérées, aiguilles venimeuses et autres plantes urticantes et empoisonnées. Tel est la prison de Gadget au bois dormant !
Mais c’est compter sans le seigneur Didier !
Le prince aimant attiré comme un amant entreprend de débroussailler la colline ! Armé d’un taille haie, d’un coupe bouleau, d’une tondeuse à gazon électrique, d’une paire de ciseaux et d’un peigne fin, voilà qu’il progresse inexorablement vers le donjon de tous les dangers. Car le plus difficile reste à fer , même s’il a scié !
La soixantaine bien tassée, du poil au menton, la moustache drue, couverte de verrues, grasse et graisseuse
La concierge du donjon est un dragon !!!!
Didier décide de la jouer diplomatique en amadouant le furoncle sur pied :
--- Bonjour belle dame !
--- C’est pourquoi ? j’signale ! On a besoin de rien ! Alors du balai !
--- Que nenni ! je ne suis point un représentant démarcheur…
--- Alors quoi ? Qu’est-ce qui veut ? Qu’est-ce qui vient emmerdoyer son monde, le paltoquet
     Dans sa boite de conserve ?
--- La belle au bois dormant, s’il vous plait ?
--- Caisse qui lui veut, à la p’tite ?
--- Je suis le prince charmant qui vient la réveiller…
--- Charmant ? faut l’dire vite…Enfin, chacun ses gouts !Numéro 69 au troisième J’préviens !     l’encenseur est en panne ! Alors on prend les  Escaliers sans les des gueux lacets !!!!
Sans demander son reste, Didier quitte sans regret la mégère inapprivoisée pour rejoindre la chambre de son aimée.
D’un fougueux baiser, il réveille Gadget qui s’embrase, et sortant un ouvre-boite du tiroir de la table d’ennui, entreprend d’ôter l’armure de son sauveur. Une torride étreinte semble poindre…mais…c’est oublier un peu vite la sorcière maléfique qui a plus d’un contour dans son sac à malice !
 PCHIIIIT !
Et voilà Gadget de nouveau à Fondettes !
Non point au 21 ème siècle, mais au 10ème !
C’est le moyen âge. A l’époque la circulation est alternée dans les sens uniques et les parcmètres s’acquittent en écus. Le peuple est dans le ruisseau et le pays mené par un roi sot. Mais en vérité, cela n’a rien à voir avec notre histoire, donc passons l’éponge rapidement sur le tableau noir car il semble que le temps en reculant s’accélère !
Cette fois, c’est par la volonté néfaste de la sordide jeteuse de sorts le prince Didier qui est enfermé dans son château de Langeais !
C’est pourquoi n’écoutant que son courage qui passe en boucle à la radio, dès le coucher de solex, Gadget enfourche sa mobylette et prend illico la direction de l’édifice princier.
Elle fait baisser à la garde le pont Levis Strauss. Et pénètre sous la herse dans la cour d’honneur. Première surprise ; ici les objets parlent !
C’est d’ailleurs un balai de maître en tenue de majeur d’homme qui se dresse devant elle :
--- Si meudame veut bieu me suivreu !
Dans hall de l’entrée elle est apostrophée par un porte mental :
--- Me feriez-vous l’honneur de délaisser votre étole primaire pour en agrémenter l’une de
     Mes branches ?
La voici dans le salon privé. C’est le service à thé athée qui lui fait conservation de conversation :
--- En attendant l’arrivée de monseigneur, désireriez-vous une tatasse de courte tisane ?
--- Puis-je vous sucrer en secret ? Une cuiller ou une pincée ?
Alors que notre valeureuse Gadget de siroter son brulant breuvage, lorsque la porte du salon éructe d’une voix grinçante en sortant de ses gonds :
--- Sa majesté le prince Didier de Dix Cuisseaux !
 Et l’huis de s’effacer pour le laisser passer, lui.
Deuxième surprise, et non la moindre ! Didier est devenu une bête !!!!
Echevelé et chevelu ! Avec une tête de monstre suisse (toujours râleur) , un corps marrant de lion velu et poilu, des griffes aux mains et des sabots aux pieds ! Malgré son apparence impressionnante , le voici tout penaud, un brin dégonflé :
--- Excusez mon retard, belle dame ! j’étais en train de me faire une beauté divine…Hélas,
      Je crains fort que ce fut une cause perdue et entendue !
--- N’en croyez rien, monseigneur ! Je vais trouve très belle…heu ! cheveu dire très beau !
--- Je me sens un peu bête…
--- C’est à peine si on le remarque …
Un candélabre croit bon de la ramener :
--- Un bon petit coup de lance flammes et il n’y paraitra plus !
Aussitôt fusillé du regard par Didier la Bête, qui le souffle immédiatement.
Gadget qui sait son temps compté ‘y va pas par quatre chemins puisqu’un seul est le bon :
--- En tout bien tout au Nord, laissez moi vous baisez, mon prince !
--- Il vous en prie !
Et de nouveau un fougueux lèvre à lèvres les unit un instant.
FLASH !!!! (à l’époque au magnésium)
Et Didier se retrouve tel qu’en lui-même et réciproquement ! Beau comme un Didier !
De nouveau prince charmeur !mais…
FLOUTCH !!!
La sorcière a encore frappé !!!!!
Et Gadget se retrouve dans le chapitre onze car celui là est déjà trop long !!!!


*

Hors ligne Tekiro

  • *****
  • 37 998
  • gelatophile
    • Teksite
Re: Les extraordinaires aventures de Groum et Sphil !
« Réponse #41 le: février 16, 2009, 05:46:47 »
Voilà les visiteurs de passage ;)


:bravo:
Ubi amici, ibidem opes. (Plaute)
Là où sont les amis se trouvent les richesses.
Teksite
"Le sourire n’est qu’un rire qui se sous-estime" Sentis Dominique

*

Hors ligne SentisMental

  • sot de l'ange...
  • *****
  • 19 302
  • Ange des ténèbres ou démon et merveille ?
    • Sentis Mental et boule de Dom
Re: Les extraordinaires aventures de Groum et Sphil !
« Réponse #42 le: février 21, 2009, 19:08:45 »
demain le onzième....

*

Hors ligne SentisMental

  • sot de l'ange...
  • *****
  • 19 302
  • Ange des ténèbres ou démon et merveille ?
    • Sentis Mental et boule de Dom
Re: Les extraordinaires aventures de Groum et Sphil !
« Réponse #43 le: février 22, 2009, 11:52:10 »
CHAPITRE ONZE.
Etant donné que notre ineffable (de sa fontaine) Gadget a décidé de prendre ses aises, nous voici dans ce onzième opus à l’oreille, afin d’y finir ses tumultueuses aventures. Qu’on se le dise !
Nos deux amoureux s’étaient trouvés réunis, conjurant le mauvais sort de la sorcière…Mais hélas, telle la petite vérole s’abattant sur le bas clergé breton ; cette dernière fait encore parler sa poudre d’escopette !!!
FLOUTCH !!!! disais-je précédemment.
Je le maintiens !
Voilà Evelyne à quatre pattes en train d’éponger un pavé froid et crasseux dans une frigide maison bourgeoise, quand soudain deux voix de crécelle l’interpellent :
--- Tu n’as pas vidé les cendriers souillés, Cendrillon souillon !
--- Tu attends demain pour te servir de tes deux mains ! la poussière pousse depuis hier !!!
En faisant volt-fesse (notre héroïne a le séant électrique !) elle découvre laids tendus ; des dégats !
Ce sont ses demi s½urs d’après l’histoire…
L’une ressemble à une tringle à rideau enroulée dans un tapis d’orient, l’autre à un gras loukoum qui aurait explosé dans son emballage final…
S’il existait du papier « tue moche » elles y seraient largement collées ! C’est indubitable
(car chose promise, chose due) .
Pendant ce temps les pimbêches se la jouent pétasses de thé :
--- Ce soir, c’est le grand bal perdu du prince San Rir !
--- Il doit y choisir sa femme !
--- Vous ne raterez ceci pour rien au monde, mes belles ! L’une d’entre vous sera reine en ce
      Royaume ! Quant à toi Cendrillon, frotte ce pavé  qui les porte !
C’est la mère qui médit ,erronée. Non seulement c’est la plus laide mais également la plus cruelle. Il parait que ce serait à sa vue qu’Henri III aurait viré cutie…mais bon ! Cela ne nous regarde pas !
Plus tard à l’heure du plumard, CendriGadget rencontre sa bonne fée du logis qui décide  par magie magie de la sortir du potage. Elle transforme quelques poulets en escorte de la garde républicaine, une coquille d’escargot en carrosse, une porte cochère en cocher qui la porte, et un chevalet en beau cheval pour tirer l’ensemble vers la cour du roi.
L’abject set est en complet feston.
 Il y a là Stéphane Berne pour Paris moche, michel Truqueur pour le magazine « lèche botte »,
Bref ; le tout pourri s’est précipité ! le gratin au gras teint…
Mais gadget n’a d’yeux que pour le prince Didier qui à son tour la dévore du regard !
Pas de doute ! Ces deux là sont faits pour s’étendre, qu’on se le dise !!!
Hélas ! Déjà le premier coup de minuit sonne à la porte d’entrée. La belle de qualité, doit s’envoler comme il est dit quelque part…Dans la panique et dans l’escalier, elle perd une bottine en dévers, vite récupéré par le roi des arts en plein désarroi. Au onzième coucou…elle retrouve son équipage mais…il est déjà trottoir !!!
Au treizième coup secousse de minuit une, les animaux mutent et permutent…en animaux sauvages !!!
Une nouvelle fois le décor change et voilà que les grands boulevards de la capitale laissent place à…la jungle !!!
--- Bonjour…jolie mouflette….qui es-tuuuuuuuuu ?
Mais d’où vient cette voix fluette et persifleuse… ?
--- Plus bas…toujours plus bas…à tes pieds….
Et là Gadget découvre un petit rampant qui se tortille…
--- je suis Sire Koooo, le serment…heu ! le serpent teint ! et toi ?
--- Je suis certainement Mooglette ! Enfin je suppose…
--- Tu as l’air perdu éperdue…Je vais t’aider…Mais …ais confiancccccccccccccccccce !
      Croooooaaaaa zen mooooooaaaaaa !
Et ses yeux perfides d’hypnotiser la belle enfant.
Bling ! Bling !
On a tiré sur la queue de l’infâme reptile, l’empêchant de profiter de sa proie fragile. Il déglutit avec peine :
--- Qui héla ?
--- C’est Bagherra ! La noble panthère ! Je cherche une petite d’homme !
--- Une hommelette ?
--- Ne joue pas avec moi ! Sinon tu va finir en sac à main chez Balmain !
--- OOOOh ! Regarde Bagherra ! Je crois que j’ai trouvé, dans ce sac de n½ud vivant !
C’est la bonne grosse voix de Baloo ! L’ours rauque and drôle de la jungle .
Le temps de faire un concours de n½uds marins et marrants avec le fourbe et courbe serpent, et les trois compères de repartir au travers de la flore aphone et de la faune à fleur.
L’ours est gai comme un pinçon :
--- Il en faut peu pour être Euro ! Oui vraiment très peu !
La gracieuse et féline panthère est silencieuse, aussi Mooglette ne peut s’empêcher de l’interpeler :
--- Ou va-t-on Bagherra ?
--- Je dois t’emmener auprès de ta mère louve, elle a des révélations à te faire…mais nous
     Devons éviter la route du tueur d’homme, le tigre dans le moteur : Sherry Khan ! Par
     Chance, la compagnie des éléphants fait diversion en dix versions !
C’est ainsi qu’ils gagnent sans encombres les décombres de la tanière des loups.
Après un frugale repas fait d’agneau-lit et de cochonnets , la sage femelle commence son histoire avec curieusement un fort accent du Québec  :
--- En fait, Mooglette, tu n’es pas de ce monde ! Lorsque mon mari t’a rencontré, il était
     Chanteur de variété, tabernacle ! Il s’appelait Garou …
--- Loulou Garou !
--- Lui –même ! Et toi, tu étais serveuse à Paris dans un estaminet communiste sur la rive
      Droite ! le Chapon Rouge ! les clients qui t’aimaient bien malgré ta maladresse, tant tu
      Renversait du vin sur la table, t’avais surnommé affectueusement :
--- Le petit napperon rouge !!!
Et Gadget se souvient soudain !
 Et plus elle se souvient, et plus de nouveau le décor s’estompe…là revoici dans le Paris des années quarante…Le Paris occupé par la meute enragée des bergers allemands !
Le loup est un grand résistant, il a déjà croqué les soirs de pleine lune, des membres de la verte Marthe, des durs à cuir qui agressent ta peau…des rats collabos qu’on ne trouve qu’au labo…
En fait, petit à petit par gros appétit, il pratique l’euthanasie de l’état nazi…
Dans son réseau, il y a Grand-mère des canards ! Celle qui retourne la presse citron, en broyant la pulpe du cerveau par malpropagande ! Et cette grande dame, n’est autre que l’ancêtre de Gadget !
Mais elle est née sous une mauvais étoile…Et le gros cochon roi du paté maison ; Henaf-Naf
Grand ami des saucisses de Frankfort, est à sa recherche afin de l’envoyer en boite dans un camp de conservation !
Voilà pourquoi en cette minute, le loup, la renarde et la belette (garou, mère grand et Gadget)
S’en vont sur ce haut quai de gare, poursuivis de près par les SS (Salauds Sadiques) et leurs crocs de boucher !
--- HAAAAAAAAAALTE !!!! Papirs !!!!!!
En effet, pas pire ne serait être…
Les trois fuyards (bien qu’étanches) continuent leur course, sourds à la menace.
 Mais cela va de mal en pis, puisque une mi-trayeuse se met en marche…c’est lait !
Les balles de tous côtés et de toutes côtelettes ricochent, se qui fait marrer le cochon
---  Ris Coche ! Mais tu ne nous auras pas  morts vivants !
Et le loup d’un coup de griffe…déclenche…une grève générale de la SNCF !
Aussitôt, la gare Mont-parveaux du Nord est de Saint Lazarre d’Austère Lyon est paralysées  des jambes de bois et des bras cassés.
Le loup haletant se penche sur Gadget encore toute tremblante des nerfs :
--- Le temps nous est compté ! ferme les yeux et compte jusqu’à UN !
--- Hein ?
PLOUF !
 C’est reparti !
Les voici tous deux volant au dessus d’une île des caraïbes !
Le loup s’est mué en Piteux Paon, et gadget est devenue de v½ux nus ; la fée Clochette !
Et l’ile ? Non pas celle au trésor, mais celle des pirates !
--- Appelle-moi P.P ! Chère Clochette, nous devons libérer les enfants prisonniers de l’abject
     Capitaine Crochet !
Encore une miction impossible, telle une douloureuse rétention d’urine…
Faire le tour de l’ile est plus rapide qu’un aller –retour Lille / Tours. Mais ils repèrent ainsi le navire du maléfique forban. L’atterrissage est facilité par le fait qu’il s’agit d’un porte avion parapluie. Une fois sur le pont suspendu, ils font face au redoutable sous marin, officier aux fils sciés ; le cas piteux Craché !
Coup de théatre (bien que ce fut du cinéma). Il sort un pistolet acheté avec quelques pistoles et abat Peter d’un Pan ! en criant « a bas Peter Pan ! » ce qui ne manque pas d’une certaine forme de logique…
Puis il se tourne vers Gadget Clochette !
--- A nous deux, Crochette ! De l’issue de notre bon duel dépendra la vie des enfants de l’ile !
--- Choisi ton arme, mais fais court, félon !
--- Le crochet, bien sûr !!!
--- Soit ! le temps d’un tour d’aiguille !
Et le gradé dégradé lance en temps qu’offensé sa première offensive !
--- Par le grand tricot Stérile, j’attaque en Chaînette !
--- par la laine vierge, je défend en Chaînette double !!!
---  par toutes les moutardes ! j’engage en maille serrée !
--- il n’y a que maille qui limaille ! prend cette maille serrée Torse !!!
--- délice ! je me fend d’une demi bride !
--- Abattue ! je rétorque en bride !
--- Je monte en double bride !!!
--- Qui ne peut rien contre cette bride en relief !!!
--- Tant pis et tempête ! Voilà le Koukitu ! le point Dentelles !!!
--- ce sera ton chant du signe…qui ne peut rien contre mon point Plein !!!
--- Pull…over…
 Ce sont les derniers du capitaine Crochet, battu à plate couture…
Clochette n’a guère le temps de s’émouvoir, que des cris de joie retentissent leur toile.
Ce sont les enfants…
Enfin…les enfants… ils ont tous outrepassés la soixantaine, bien qu’en habits verts !
--- des Académiciens !!!!
Le premier d’entre eux, semble s’en excuser :
--- Nous avons été enlevé il y a plus de 50 ans pour faire ici, un dictionnaire de la flibuste
     Il faut dire, que vous avez pris votre temps pour venir nous libérer, poil au béret !
Gadget est estomaquée ! C’est tout juste si le sénile poireau ne l’engueule pas !
--- Ne me remerciez pas surtout ! le prochain qui la ramène ; c’est l’os pisse, incontinent !
     Bon, il ne faut pas trainer ici, sinon, la sorcière va encore nous offrir un voyage de sa
     Malfaçon en short air !
Mais six taudis, sitôt fée…
PLUMMMFFF !!!
(ou à peu près environ…)
Retour dans une immense forêt. Décidément, c’est le retour à la nature.
Cette fois, Gadget est Petite Poucette ! Elle doit guider dans ce terrible labyrinthe de chlorophyle ses frères académiciens qui ont perdu la coupole…
Aussi, afin de retrouver son chemin sans parchemin, elle sème le long de la sente divers objets issus de son sac à main…
Là un sot briquet (elle a arrêté de fumer), ici une fiole alliée de parfum (elle arrêtera de se parfumer) , là un petit qu’à le pain (elle se mettra à la biscotte), ici un bâton de rouge ( elle embrassera light) et encore pêle mêle de quoi je m’emmêle ; un string jarretelle,  des lunettes de lune nette, une brosse à reluire, un timbre de voix, un phare à paupiette, un crayon feutre à bille, une roue de vélo, une cabine téléphonique portable, une place de parking, un chapeau de roue, un chat dans la gorge, une baleine de soutien gorge parapluie, un tube de musique dentifrice, un animateur radio, une quittance déloyale, des faux cils un peu marteaux, une saucisse de Morteaux, une boite de cas soulant, un pavé, une scie, un piano à queue, un ascenseur, une girouette, une Ferrari, un calendrier des postes, un cheveu blanc, un lave vaisselle…
Quand soudain !!! (sur la route de Caen - Issoudun)
Un grognement terrible résonne derrière eux !!!
GRRRRRRAAAAOOOORRRRRG !!!
L’un des caca des mi siens s’époumone du nez  en nasillant du sinus :
--- L’Ogre de Barbarie !
Il ne manquait plus que lui ! soupire la pauvre Gadget.
Heureusement,  d’une clairière à l’orée ; elle hardie, entrevoit la solution première à leur problème immédiat :
 Un tronc noueux qui s’élance vers le ciel azur par delà les nuages crémeux !
--- Le haricot magique !!! mais ou va ce légume vers… ?
--- On s’en fout ! Même si on sent le flou !
Petite Poucette a repris ses troupes en main et les oblige à commencer l’escalade de la tige verte malgré le vertige.
10ème étage…La tour est folle, vue sur le tout Paris et ses paillettes.
50ème étage…Mont Blanc, attention à l’abus de crème.
100ème étage…Everest. Et dire que Adam voulait qu’Eve reste…
500ème étage… Attention à la circulation ! c’est l’heure de pointe des satellites lancés par une sotte élite.
100ème étage…terminus ! Tout le monde descend ! La maison de l’ogresse !
Hein ! Tout ça pour ça !
Echapper à l’ogre pour se jeter dans les crocs de sa compagne ! c’est tomber de caries en Syllabes !
La monstrueuse créature les accueille néanmoins avec amabilité.
--- Entrez donc ! pour vous nous allons mettre les grands plats dans les petits !
Ses horribles enfants affamés sont déjà à table mal famée. L’un d’eux a choper derrière sa chopine l’un des académiciens qui du coup démissionne. Le mâle élevé se fait gronder par la matrone patronne :
--- On ne joue pas avec la nourriture ! dites donc, à ce propos, ce n’est pas pour critiquer mais
      Elle semble avoir largement dépassée la date de consommation votre mâle bouffe !
--- Justement ! Je vous propose un concours ! Si vous gagnez, vous nous mangez ! Si je gagne
     Nous repartons libres !
--- Mais caisse que je gagne puisque vous êtes là prisonniers ?
--- Grace à mon sac à malice, je peux vous nourrir avec de bien meilleures denrées !
--- Nous avons trop faim, alors j’accepte !  A quoi jouons-nous ?
--- Une petite partie de « Pierre, Feuille, Ciseau » ?
--- C’est parti ! Je commence : Feuille d’Impot !
--- ..Un pot de vin !
Et cela fait un à zéro pour Gadget poucette.
--- Pierre…Paul, Jacques !
--- …Jacques Caddie !
Et voila Un partout, égalité !!! Belle de match …
--- Ciseau…retourné !
--- Tapis roulant !!!
Badaboum !
Gadget triomphe !
Comme promis, elle ouvre son havre de sac qui en musique, opéra bouffe !
Une boite de requin-sardine. Un chicon Incarné. Une boite de Choux prout. Un spectre tatare. Du fromage de tête à queue. Et en dessert, des gâteaux à la place des gâteux !!!
Aussi, l’ogresse reconnaissante l’entraîne dans un coin et lui murmure entre quatre murs :
--- Pour enfin quitter ces lieux magiques et te reposer…utiliser le puissant pouvoir de ton
     Cadeau ; tu devras…Puis à tes amis, téléphoner tu feras…
Stupéfaite, Gadget de sortir de son sac la troublante baguette magique…et son portable qui clignote sur les numéros de Maya et Zazou…
Mais soufflons un instant…en attendant le douzième degré !








*

Hors ligne cecel52

  • ********
  • 13 721
Re: Les extraordinaires aventures de Groum et Sphil !
« Réponse #44 le: février 22, 2009, 14:03:56 »
mais ou va t-il chercher tout ça , en attendant c'est  :powa: :powa: :powa: :bravo: :bravo: :bravo:
Ceux qui s'avancent trop précipitamment reculeront encore plus vite.