A Que La Situation Est Graaave !

  • 0 Réponses
  • 2553 Vues

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

*

Pat

A Que La Situation Est Graaave !
« le: octobre 21, 2003, 23:22:35 »
Interview choc - Sali, Johnny Hallyday défend sa famille (21/10/2003)
 
 
© BAUWERAERTS
Il répond enfin aux diverses accusations lancées contre lui
 


BRUXELLES Depuis plusieurs semaines, Johnny Hallyday est accablé de toutes parts: accusé de viol, il comparaîtra avant la fin de l'année devant un juge. Ses proches, notamment sa cousine qui se lamente en pages centrales d'un magazine, lui reprochent d'être manipulé par son épouse, Laeticia, et son beau-père, André Boudou, qui l'éloigneraient de sa famille. C'est avec ce même André qu'il s'est associé pour ouvrir sa boîte de nuit parisienne: L'Amnésia. Une discothèque qui fait couler beaucoup d'encre puisque plusieurs articles accusateurs laissent entendre que cette affaire est issue d'un montage financier opaque, dans lequel la mafia corse est impliquée. Pour la première fois, Johnny Hallyday accepte de répondre à toutes ces accusations. Il s'est livré dans les pages du journal français France Soir: «Depuis que j'ai rencontré mon beau-père, tout va bien dans ma vie. J'ai longtemps travaillé en demandant pourquoi je n'avais pas plus d'argent, pourquoi je n'étais pas satisfait. Tout a changé avec Laeticia, avec lui. Ils me prennent vraiment pour un c..., ceux qui se permettent de prétendre que je suis manipulé! Je décide toujours de ce que je fais. Je n'aurais pas duré comme je le fais, sinon!»


Si le rockeur se doute de l'identité des personnes qui l' attaquent ainsi, ce qu'il demande avant tout, «c'est qu'on me laisse être heureux et tranquille. Je passe ma vie à tout faire pour donner du bonheur. Qu'on me laisse le mien! Je vais partir en tournée pour trois mois et j'ai la tête à l'envers. Je me demande parfois si j'ai raison de me lever le matin: depuis quelques mois, j'en apprends une bonne chaque jour. Je suis un violeur, je suis escroqué par mon beau-père, je délaisse mes amis, ma cousine... Stop!»


Face aux accusations concernant la gestion de sa boîte de nuit, Johnny, se défend: «Tout est faux. C'est simple, et André ainsi que nos avocats le démontreront en justice. Je n'ai rien à ajouter à ce sujet. Nos affaires sont claires: franchement, vous nous voyez, avec mon nom, ouvrir la plus belle boîte de Paris avec ce genre de casseroles?»


Fatigué de toutes ces accusations, Johnny a décidé de porter plainte à son tour. Le Parisien et France Dimanche sont assignés pour diffamation pour les propos accusateurs tenus dans leurs colonnes. Johnny s'explique aussi sur le silence qu'il a gardé si longtemps: «Je n'ai pas voulu me défendre avant parce qu'il est très difficile de se défendre contre des accusations fausses, et que ce n'est pas dans mon caractère. Mais là, c'est trop. On salit ma femme, ma famille, alors qu'il n'y a rien à dire sinon que nous sommes heureux ensemble et que nous travaillons beaucoup. Alors, je ne veux plus laisser courir. Ça va trop loin. Je suis blessé pour les miens, pour ma fille, mon fils qui lisent et entendent tout ça. Si je n'étais pas aussi attaché à ce pays, mon pays, je serais parti. Après tout, je suis belge, je peux récupérer un passeport demain matin et aller vivre n'importe où. Mais je ne veux pas. Je suis imposé à 55% en France, je paye 15.000 euros d'impôts chaque jour avant de mettre le pied par terre, et je trouve ça normal, je n'ai jamais râlé. Mais qu'on me laisse en paix!» Le message est clair...


 
 

L. G.

© La Dernière Heure 2003