Des Jeunes En Danger

  • 145 Réponses
  • 28338 Vues

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

*

Ashura187

Des Jeunes En Danger
« le: juin 18, 2004, 09:55:57 »
DES JEUNES EN DANGERS
(DIRECTOR'S CUT)

Note de l'auteur : Tous les lieux et les monstres ayant rapport avec Resident Evil sont la propriété exclusive de Capcom.
Cependant, les personnages sont de moi.
A noter que dans cette version refaite, certains noms ont changé, ainsi que des lieux. Ddes répliques et des descriptions ont été rajoutées et certains événements ont été modifiés. Et pour terminer, les fautes d'orthographes ont été corrigées, du moins une grande partie, de même que les fautes d'incohérences des personnages.


Prologue

Le soleil était déjà haut dans le ciel, trois amis arpentaient les rues de leur ville, flânant tout en profitant du soleil. Ces trois jeunes se nommaient : Julien, David et Kevin.

"Julien, 21 ans, 1m70, cheveux noirs, coiffés en brosse, bouc bien visible à l'Italienne, portant des lunettes de vue derrière lesquelles se trouvaient ses yeux brun-vert. Son dos en V balançait ses larges épaules quand il marchait, doigts sertis de bagues en argent, toujours habillé de sa veste blanche aux nombreux motifs hip-hop sous lequel il mettait toujours des pulls du même genre. Malgré les quelques kilos en trop cachant ses abdos, les filles en étaient toutefois dingues, elles disaient de lui, gentiment, que c'était leur "nounours". Toujours le sourire aux lèvres, aimant la vie et les belles voitures."

"David, 20 ans, 1m74, cheveux plats et noirs, métisse d'origine népalaise. Assez maigre et des os fins,  il n'en demeurait néanmoins pas un petit faible. Il avait tout du "petit" nerveux. Vêtu de son habituelle veste bleue cachant un pull large, assortie à son pantalon noir. Lui aussi était toujours souriant, il ne s'occupait que de ses amis et très peu de lui. C'était l'ami sur qui on pouvait compter."

"Kevin, 19 ans, 1m69, cheveux châtains clairs, coiffés en pique, un collier de barbe parcourant le contour de son visage. Sa carrure compacte et musclée, dos en V lui aussi, et ne possédant pas un poil de graisse. Portant toujours son inséparable veste en jean et le jeans la complétant, il aimait être habillé d'habits relativement moulants, coupés aux manches pour avoir les bras nus et visibles. Il n'était pas de nature agressive mais avant le sang chaud et s'énervait rapidement."

Ils marchèrent tout en discutant quand une affiche collée sur un mur attira leur attention.
- Regardez l'affiche! S'exclama David, vous avez vu, y'a des personnes qui organisent un camp, c'est écrit :

"Venez nombreux goûter le plaisir de la nature en faisant du camping dans la belle forêt de Raccoon City, de beaux jours en perspectives! "

- Mouais pourquoi pas, dit Kevin, si ça peut faire votre bonheur
- Génial ! Approuva Julien, et si on demandait au reste du groupe de venir avec nous, on s'amuserait trop !
- D'accord, allons les prévenir ! Lança David tout enthousiaste.

1er Chapitre : Départ

Tout le monde était présent, en plus de Kevin, David et Julien, il y avait : Jérôme, Michaël le cousin de David, Nicolas, Laura, Jula. Même Lionel était là à la demande de Kevin. Pour compléter la bande, les petites amies de Julien, David et Kevin qui étaient respectivement Sarah 17 ans, Yentel 18 ans et Joëlle, 20 ans étaient aussi de la partie.
Ils attendaient le bus quand Sarah déclara :
- Je ne sais pas pourquoi mais je la sens pas trop cette histoire, toute seule dans cette immense forêt…
- Ne t'inquiète pas, la consola Yentel, tu dramatises toujours pour rien.
Sarah ne put répondre car le bus arriva. Les 12 amis montèrent dans le bus et s'asseyèrent sur les sièges arrières.
Le car demeurait à moitié rempli mais il était probable qu'il prendrait encore d'autres passagers en route.
Pendant les deux heures que durait le trajet, Julien, David et leurs amis discutaient de ce qui pouvait leur arriver durant le séjour tandis que Kevin pestait contre les inconfortables sièges et lorsque enfin il trouva une pose convenable, le bus arriva à destination. En sortant, Kevin grogna :
- Fichu bus.
Ils regardèrent le car partir puis ayant ramassé leurs affaires, suivirent les autres adolescents et les moniteurs à travers le dédale de chemins dont était composé le bois de Raccoon City.
Cependant, ils n'avaient aucune idée de ce qui les attendait.

2ème Chapitre : Une étrange découverte

Ils longèrent le chemin sinueux de la forêt où, finalement, ils débouchèrent sur une vaste clairière où se trouvaient plusieurs petites cabanes. Un homme, qui devait certainement être le chef de camp, s'adressa au groupe de jeunes :
- Bienvenue jeunes femmes et jeunes hommes, au campement de la belle forêt de Raccoon City. Je m'appelle Bob et j'espère que vous passerez de bons moments ici. La rivière se situe à peu près à 100 mètres, là vous pouvez vous baigner ou bien même pêcher. Selon ce que vous décidez. En principe vous êtes libre mais si vous le désirez, plusieurs activités sont possibles. Pour plus d'informations allez voir les moniteurs. Pour ma part, j'ai terminé mon speach de bienvenue. Pour le moment, choisissez une cabane, rangez vos affaires puis venez au réfectoire qui se tient dans le bâtiment principal.
Il désigna du doigt une bâtisse au centre de la clairière puis il reprit :
- Une dernière chose : les garçons occuperont les bungalows côté nord et les filles côté sud. Afin de faire mieux connaissances, je vous conseil de vous mélanger afin de faire plus ample connaissance avec les autres résidents de ce camp.
David, Kevin et Julien étaient dans le même bungalow où ils le partageaient avec trois autres jeunes qui s'appelaient Yacine, Fabrice et Alexis, tandis que Jérôme, Nicolas, Lionel et Michaël cohabitaient avec Cyril et Charly. Tous ces jeunes habitaient la ville à côté de celle de nos jeunes héros.
Les filles, quant à elles,  ne voulurent pas se mélanger aux autres jeunes filles.
Avant l'extinction des feux, Nicolas, Michaël et Kevin décidèrent de faire une petite virée dans la forêt avant que la nuit n'arrive, il longèrent la rivière quant ils aperçurent un corps à 20 mètres d'eux.
- Et les gars, regardez là-bas, il y a un corps !
Nico pointa son doigt droit devant lui, il reprit :
- Allons voir ce que c'est.
Arrivés devant, ils découvrirent le corps atrocement mutilé d'un animal. Il était tellement déchiqueté qu'aucun des trois adolescents ne surent dire de quelle sorte d'animal il s'agissait.
- Qui a bien pu faire ça? Demanda Nicolas tout paniqué.
- Aucune idée, répondit Kevin, d'une voix calme, mais regardez ces traces de dents, on dirait des morsures d'un iench*.
- Un chien ne pourrait pas faire ça, rétorqua Michaël.
- A propos, où est la tête de l'animal ?
A ce moment bien précis, quelque chose tomba sur Nicolas.
- Aïe ça fait mal ! C'est quoi qui m'a fait ça !
Kevin et Michaël regardèrent la chose avec dégoût, Nicolas comprit. La chose qui lui était tombé dessus n'était qu'autre que la tête de l'animal..
- Ah merde ! Partons d'ici !
Comme Nicolas commençait à partir, Kevin le retînt par la manche.
- Attends une seconde…
- Quoi?! S'impatienta Michaël.
- Je sens comme une présence, répondit froidement Kevin
Il resta quelques instants silencieux qui durèrent des heures puis, après avoir secoué la tête, déclara:
- Allons-y.

* Chien en verlan
 

*

Ashura187

Des Jeunes En Danger
« Réponse #1 le: juin 18, 2004, 10:39:54 »
A présent, je mets un chapitre par poste pour plus de facilité pour la lecture

==================================================

3ème Chapitre : Une nuit de terreur

Kevin ne parla pas de l'étrange découverte à ses compagnons de chambre, il redoutait leurs réactions et ne voulait pas les faire paniquer pour rien.
La nuit tomba, tout le campement dormait et le silence s'installa. Seul un hurlement lointain, probablement un coyote voire un loup, troublait ce calme.
Tout le monde?
Non.
Dans le bungalow où se trouvait Michaël et ses amis, quelqu'un se leva.
C'était Lionel.
- Putain j'ai trop chaud, j'ai trop soif et y'a un putain d'animal qui n'arrête pas de hurler, comment les autres font-ils pour dormir? Ils se sont shootés aux somnifères ou quoi! Pensa-il. Je vais aller prendre l'air et j'en profiterais pour remplir ma gourde à la rivière. Il ouvrit discrètement la porte, regarda à droite et à gauche, puis sortit. Au fond de lui il ne se sentait pas trop en sécurité, pas seulement à cause de l'animal qui hurlait, mais surtout, à cause du silence.
Comment une forêt aussi grande que celle de Raccoon City pouvait être autant silencieuse?
Lionel se dirigea vers la rivière, ses pieds nus ne firent aucun bruit sur les hautes herbes et, une fois arrivé devant la rivière, il se désaltéra et rempli sa gourde. Soudain, il entendit un bruit venant d'en face de lui. Quelqu'un se trouvait dans les fourrés.
- Euh...y'a quelqu'un ?
Pas de réponse. Il répéta:
- Il y a quelqu'un? Si oui, qu'il sorte de là car c'est vraiment pas drôle!
Le bruit s'arrêta.
- J'aime mieux ça.
Toutefois, le bruit reprit mais cette fois-ci à sa droite.
- Je ferais mieux de me barrer moi, songea Lionel.
Il ramassa une solide branche en guise d'arme et fit demi tour. En se retournant, il se retrouva face à face avec un chien.
L'ado sursauta.
- Oh putain ce n'est qu'un chien. Vas-y, casses-toi l'chien ou j'te fiche une raclée à coups de branche!
En ce rapprochant, il constata l'état du chien. Celui-ci avait les yeux injectés de sang, sa peau partait en lambeaux et trois côtes étaient visibles. A la lueur de la lune, il put voir les dents jaunes du molosse. Il était près à bondir.
- Tout doux le chien, tout doux. Je retire ce que j'ai dit.
Lionel se sentait bête de parler comme ça mais il ferait tout pour apaiser le monstre à pattes. C'est pourquoi il lança son bâton et, profitant que le chien regardait la branche, il détala à toute vitesse, le chien ne tarda pas à le talonner.
- Dans quelle merde je me suis encore foutu moi !
Il déboucha dans une clairière où il distingua une silhouette humaine.
"Ouf" fit-il.
– Monsieur, au secours un énorme chien me poursuit, aidez-moi!!!
La silhouette se tourna et une fois de plus, l'ado se trompa sur la personne. L'être n'avait qu'un œil, l'autre était sortit de son orbite depuis longtemps. Un trou était visible sur son ventre laissant apparaître ses organes, la moitié de son visage n'avait plus de peau et son bras gauche se finissait par un moignon. Le monstre se jeta sur Lionel et le mordit au cou, un cri retentit dans la nuit.

***
- Vous avez entendu ce cri ? Demanda Cyril.
- Oui ça vient du côté de la rivière, remarqua Michaël.
- Qui ça peut-être? Continua Charly.
En se levant, Nicolas remarqua que le lit de Lionel était vide.
- Et les gars, y'a Lionel qui n'est plus là ! Vous croyez que c'est lui qu'on a entendu crier? - Je ne sais pas mais allons voir, conseilla Jérôme, mais n'alertons pas les autres !
Une fois dehors, ils prirent la direction d'où provenait le cri, quand ils arrivèrent à l'endroit - d'après eux- ils ne découvrirent rien.
- Bizarre, chuchota Michaël.
- Putain de merde mais c'est quoi cette connerie ! Gueula Nico.
- Merde, ferme là quoi!! !
Cyril, qui avait parlé, rebroussa chemin quand il marcha sur quelque chose.
- C'est quoi encore ce bordel ! Se lamenta-t-il.
Il se baissa et ramassa l'objet, Charly le regarda perplexe :
- T'as trouvé quoi ?
En regardant de plus près, Cyril reconnu la gourde de son ami.
- C'est la gourde de Lionel, c'est effectivement lui qui a crié, reste à savoir où il est passé.
- Je propose qu'on retourne au campement afin de prévenir quand même les autres, dit Jérôme.
- Ouais, continua Michaël, surtout que j'entends des bruits pas très rassurants, vous entendez ces bruissements de feuilles et de branches ?
Les quatre autres tendirent l'oreille, ils ne remarquèrent rien, même le feulement au loin de l'espèce de chien avait cessé.
- Ne stresse pas, y'a que dalle, le réconforta Nico.
Soudain ils perçurent des grognements, puis plus rien pendant 30 secondes, lorsqu'un immense rugissement retentit dans la nuit. Dans un bel ensemble, ils s'exclamèrent:
- Barrons-nous !
Les 5 garçons détalèrent à toute vitesse en direction du campement quand Cyril trébucha.
- Aïe merde ! Et les gars, attendez-moi !
Malheureusement, ils ne l'entendirent pas.
- Fait iech*, ! Comment retrouver le campement dans cette immense forêt !
Il se leva, s'épousseta puis réfléchi.
– Logiquement, je n'ai qu'à suivre le chemin que les autres ont emprunté.
Il se mit en route, rassuré par sa pensée, quand une masse le percuta. C'était un bras.
- Qu....quoi ?
L'auteur de cet acte émergea d'un fourré et fixa attentivement Cyril. C'était une sorte d'humanoïde aussi grand qu'un gorille, tout vert et sans poils laissant apparaître ses puissants muscles des bras. Ses mains se terminaient par de longues griffes très très acérées.
La créature bondit sur l'ado avant même que celui-ci ne bougea. Sa tête roula un peu plus loin. Le monstre, un redoutable chasseur soit-dit en passant, se délecta du sang qu'il avait sur ses griffes et poussa un rugissement.

* chier en verlan

***
Kevin, le seul ayant entendu tout ce remue-ménage, s'empressa de réveiller les autres.
- Putain keskicepasse ici, dit Alexis en s'étirant, pourquoi tu nous fais sortir du lit aussi tôt Kevin ?
- Vous avez entendu ? Interrogea ce dernier.
- Mais quoi à la fin! T'es reloud* tu sais!
- Ces hurlements bizarres! Et toi Fabrice, tu as entendu? ?
- Heu….
- Oui Kevin, moi j'ai entendu, intervînt Julien, faudrait aller voir.
- Bonne idée, acquiesça Fabrice.
Après s'être habillés, ils quittèrent leur cabane et virent deux étranges bestioles, ressemblant à des chiens, rentrer dans le bungalow d'en face. Ils discernèrent des cris et des plaintes humaines, des rugissements puis un son qui ressemblait à de la mastication
- Allons voir ça, proposa Kevin qui, malgré son courage, sentait la peur lui monter au ventre.
Julien, à l'aide d'Alexis, ouvrit la porte mais ce qu'ils virent à l'intérieur les remplit de dégoût : Les deux chiens avaient massacré les 6 occupants garçons de la cabane et ils étaient en train de manger leurs cadavres à grandes bouchées. Des morceaux de corps se trouvaient ça et là dans la pièce. Les chiens tournèrent la tête à la venue de ce nouvel arrivage de viande fraîche.
- Oh... pu... pu.. Putain, mec, c'est quoi ça ! Articula David difficilement.
- J'en sais rien mais fermez cette porte !
Fabrice la referma au moment où les chiens bondirent.
- Ouf on a échappé belle, se soulagea Julien.
Ils ouïrent des voix de filles.
- Joëlle !
Kevin, suivit de ses amis, partit à la rescousse des filles.

* Lourd en verlan

==================================================

Bien, si vous voulez la suite, dîtes-le!  :D  

*

cletausen

Des Jeunes En Danger
« Réponse #2 le: juin 18, 2004, 13:52:42 »
Etrange, très étrange. Je peux pas trop me prononcer tant que la fic n'est pas plus avancée mais on reconnait as tro ton style, ça ressemble plus à un classique film d'horreur où des ados ce font éclater. Je dis pas que c'est pas bien, au contraire ça change un peu des histoires de militaires sur entrainés que t'as l'habitudes d'écrire.

J'attends la suite.


Cletausen :ninja:

*

Shadowman

Des Jeunes En Danger
« Réponse #3 le: juin 18, 2004, 13:56:29 »
Nan ça chauffe plus vers la suite(dans un bout y'a 3 gars qui se battentn contre une horde de zombis à coup de katanas!) Aussi cette fic détruit un des plus grand cliché de l'histoire de l'humanité!

*

Ashura187

Des Jeunes En Danger
« Réponse #4 le: juin 18, 2004, 14:04:29 »
Cletausen> Il m'arrive parfois de changer de style, petit frère  :P
Tu as raison, ça sera moins branché action mais beaucoup plus horreur...horreur dans le sens que les jeunes vont rencontrer pas mal dehors...
Et cette fic parle avant tout des rapports humains entre chaque ados. Tu verras, pour ça, ça doit être ma meilleur fic.


Shadow> Shhhhhhhhhhhhhhht, ne dévoile pas les meilleurs moments!!lol!

"Aussi cette fic détruit un des plus grand cliché de l'histoire de l'humanité! " <==== tu entends quoi par là?


Ashura :massue:

*

Ashura187

Des Jeunes En Danger
« Réponse #5 le: juin 18, 2004, 14:07:01 »
4ème Chapitres : Sauve qui peut!

- On a perdu Cyril ! S'exclama soudain Nico.
- Quoi ! Non c'est pas vrai ! Se lamenta Michaël.
- Il est sûrement mort à l'heure qu’il est.
Charly l'engueula presque en entendant ses absurdes paroles:
- T'as pas le droit de dire ça Jérôme !
- On peut plus rien faire pour lui…tandis que nous on peut toujours se sauver mais avant tout, il faut qu'on aille avertir les autres !
Charly n'en était pas sûr à 100% mais capitula finalement.
- O.K, allons-y.

***
Le zombie, bras tendus, se dirigea vers Joëlle, celle-ci, en dépit de sa peur, garda son calme et recula pendant que les autres filles se terraient sous les lits. Joëlle lança sur le monstre toutes les choses qu'elle trouvait sous la main : chaise, valise etc. Le monstre gagna petit à petit du terrain et la jeune fille put sentir son haleine putride. A ce moment là, la porte vola en éclat et Kevin pénétra dans la pièce. Ordonnant à ses amis d'aider les filles cachées, il attrapa un pied de chaise cassé et sans perdre un instant, s'élança et empala le monstre dessus. Ce dernier essaya de le mordre comme dernière tentative mais Kevin lui expédia un coup de tête percutant la sienne. La nuque se brisa sous le coup.
Joëlle accourue dans les bras de son sauveur.
- Il faut partir, dit Alexis, la forêt est envahie de monstres !
Julien regarda par la fenêtre de la chambre et s'exclama :
- Merde, les monstres sont dans le camp ! Ils sont en train de dévorer tout le monde !
Effectivement, le camp était sans dessus dessous, les monstres dévoraient toutes les personnes, ados et moniteurs.
- Partons vite !

***
Charly pointa son doigt en direction du camp :
- Regardez, il est attaqué! Nous sommes arrivés trop tard. Qu'est-ce qu'on va faire maintenant !?
- Je sais !
- T'as une idée,Michaël ?
- Oui, y'a des moniteurs qui sont venus juste après en voiture, si on arrive à trouver l'endroit, on pourra prendre une caisse et foutre le camp d'ici!
- Bonne idée!

***
Au sein des baraquements, jeunes gens et moniteurs couraient dans tous les sens en espérant échapper au carnage. Bob, essaye de calmer la foule:
- Vite, que tout le monde se donne rendez-vous aux voitures et...
Il ne put finir sa phrase qu'une créature verte, le chasseur comme l'avait appelé Kevin est ses amis, lui trancha la tête.
Sur le chemin qui les amenait aux voitures, ils rencontrèrent un moniteur qui était en train de se battre contre des zombies.
Fabrice le remarqua en premier et le désigna du doigt.
- Et les gars il faut l'aider !
Mais le moniteur n'avait besoin d'aucune aide et explosa la tête d'un zombie avant d'occire un deuxième d'un coup de batte. Après les avoir tous tués, il courut vers le groupe et se présenta :
- Salut, je m'appelle Jacques. Je suis un aide moniteur. J'avais vu des silhouettes suspectes et je me suis confronté à ces drôles de type. Mais qui sont-ils! On dirait des morts-vivants!
- On n'en a aucune idée, lui répondit Fabrice, l'important c'est de se casser d'ici !
- Les voitures se trouvent juste en bas, les informa Jacques. Il faut les atteindre avant qu'elles ne soient squattées par ces maudites créatures !
Sans hésiter, ils cavalèrent à toute vitesse à travers la forêt et arrivèrent enfin vers les voitures où ils virent des silhouettes humaines.
– Ah zut, elles sont parvenues jusqu'ici!
Jacques voulut donner l'assaut mais Kevin l'en empêcha.
– Non, attends, ces silhouettes me disent quelques choses.
Ils avancèrent silencieusement vers les formes humaines et arrivés à une certaine distance, ils reconnurent Michaël, Nicolas et Jérôme. D'après eux, Charly avait disparu sans explication.
Ils n'eurent même pas le temps de dire quoi que se soit que des zombies, hunters et chiens émergèrent du bois de Raccoon City. Ils se hâtèrent de monter dans les voitures.
Nicolas prit les commandes du premier véhicule, Jula, Laura, Jérôme et Alexis sautèrent sans à ses côtés. Dans la deuxième se trouvaient: Fabrice, Kevin, Joëlle, Yacine et Jacques qui conduisait. Ceux qui restaient, c'est à dire Michaël le conducteur, David, Yentel, Sarah et Julien entèrent dans la dernière voiture.
- En route ! Déclara Nicolas.
Les voitures démarrèrent dans un vacarme d'enfer et filèrent à toute allure loin de la maudite forêt.
 

*

Ashura187

Des Jeunes En Danger
« Réponse #6 le: juin 18, 2004, 14:09:06 »
5ème Chapitre : Raccoon City

Dans la nuit épaisse, trois voitures roulaient rapidement et leurs passagers n'en revenaient toujours pas de ce qui leur était arrivé.
- Y'a une ville pas loin d'ici, annonça Kevin.
- Oui, c'est la ville de Raccoon City, continua Yacine. J'ai honte de l'admettre mais dès qu'on y arrivera et bien on devra aller chez les flics se réfugier.
- Ah ça, c'est vrai que toi t'as pas trop le feeling avec les flics, se moqua Fabrice.
- Kevin j'ai peur, glissa Joëlle dans l'oreille de Kevin.
- Ne t'inquiète pas, tant que je serais là tu ne risques rien.
Dans la voiture de Nicolas, Jula et Laura ne s'étaient toujours pas remises de ce qu'elles avaient vu et vécu auparavant.
- Calmez-vous les filles, nous sommes loin à présent.
Jérôme essayait de les réconforter mais lui-même ne se sentait pas encore en sécurité pour autant.
Alexis, quant à lui, était plongé dans ses pensées quand soudain, il crut apercevoir une silhouette au loin. Celle-ci était près à bondir.
- Oh shit, it is a Hunter! S'écria Alexis en anglais, sa langue d'origine.
- Attention Nicolas ! Enchaîna Jula.
Le Hunter sauta vers la voiture et décapita le conducteur Nicolas, faisant déraper la voiture.
- Zut!
L'humanoïde se dirigea ensuite vers la seconde voiture, celle de Jacques, qui était un peu en retraite. D'un bond magistral, il sauta par-dessus la voiture et s'agrippa le capot arrière de cette dernière. L'apprenti moniteur ordonna à Kevin :
- Tiens, prend ma batte et dès que tu peux, assommes-le !
Il la lança à Kevin qui l'attrapa au vol et asséna un coup violent sur la créature qui s'était accroché à l'arrière de la Jeep.
Le coup fut si puissant que la nuque du monstre se brisa. Il tomba. Michaël, qui se trouvait derrière eux, roula en plus sur le monstre et l'acheva définitivement.
- Ouf, pensa Kevin.
Puis il chercha des yeux la voiture de Nicolas.
- Où est-elle passée?
- Elle s'est encastré en bas le ravin, lui répondit Joëlle.
- Alors il faut s'arrêter!
-  Tu peux toujours courir mon vieux, lui lança Jacques. Pas question que je m'arrête ici, on ne sait pas s'il y a encore des monstres!!
- Salaud…pensa Joëlle.
Et Kevin ne répondit rien à la remarque de Jacques …il avait raison.

Julien regarda sa montre, seulement 3h30. Tous ces événements avaient passé si vite mais tout en allant si lentement.
- Regardez nous sommes arrivés!
Yentel indiqua un panneau où était écrit:

Raccoon City :2 Kilomètres

- On y est presque!
Quelques minutes plus tard, ils parvinrent en vue de la ville, ils y pénétrèrent et dépassèrent un barrage de police à moitié détruit. Ils stoppèrent les voitures et en descendirent. Bien qu'il fasse nuit noire, la ville demeurait étrangement calme.
- Dis donc, y'a pas beaucoup de monde ici, remarqua Sarah.
Michaël la regarda et lui répondit :
- En effet ceci est étrange, et vous avez vu dans quel état est la ville ? On dirait qu'il y a eu une guerre ici !
- Mais où sont-ils tous bien passés ? Se demanda Fabrice, il est peut-être tard, certes, mais il devrait quand même y avoir des gens !
- C'est bien beau tout ça, coupa Joëlle, mais après la mort de nos amis et des événements passés, je n'ai pas envie de me poser ce genre de question…surtout que je commence à être très fatiguée.
Kevin regarda autour de lui et aperçut dans le champs de lumière d'un lampadaire un petit hôtel.
- Regardez là-bas un petit hôtel, nous pourrions tous y passer la nuit et demain, nous nous rendrons sans tarder chez les keufs.
- Bonne idée, approuva Fabrice. Allons-y.
Devant la porte, ils constatèrent que celle-ci était close.
- Manquait plus que ça !
Julien s'énerva.
Attendez, je vais vous arranger ça.
Kevin retroussa le bas de son pantalon droit et en sortit un couteau papillon qu'il avait dissimulé dans sa chaussette. Il força la serrure qui ne tarda pas à céder.
- Et voilà mes amis, l'hôtel est à nous.
Il faisait tout noir à l'intérieur, ils allumèrent quelques bougies qu'ils trouvèrent ça et là. Tout était bien rangé et à la grande joie des garçons, un magnifique bar s'offrait à eux.

***
Alexis se réveilla le premier, se massa la nuque et se leva. Les autres ne bougeaient pas, il tenta de les ranimer mais en vain, ils étaient tous mort.
– Oh motherfucker! Qu'est-ce que je peux faire à présent, seul, au milieu de nulle part?
La panique le gagnait mais il essayait de se calmer. Il commença par sortir les cadavres de la voiture lorsque Jérôme remua puis ouvrit les yeux. Il vit Alexis en train d'enlever les corps.
- Tu fous quoi là mec ?
- Ça ne se voit pas ! Grogna-t-il.
Il se retourna.
- Oh Jay t'es vivant ? Je suis vachement content de te voir !
Jérôme ne répondit pas. Il regarda les corps autour de lui et soupira.
- Bon voilà ce que je propose: nous allons reprendre la voiture et nous nous rendrons au plus vite rejoindre les autres.
– OK, c'est ce qu'il y a de mieux à faire..
La voiture était endommagée mais elle pouvait tenir jusqu'à la ville.
Pendant le trajet, Alexis remarqua une légère blessure sur son avant-bras. Sûrement une causée lorsqu'il avait couru à travers le bois. Il ne s'en soucia guère.

***
Fabrice, Yacine et Jacques prirent de l'alcool et tous s'attablèrent à la plus grande table de l'hôtel où ils se remémorèrent tous ce qu'ils avaient vécu auparavant, de la disparition de Charly jusqu'à l'accident tragique de leurs amis.
- Ça fait chier de perdre des amis si proche de cette façon. Mais d'où peuvent bien sortire tous ces monstres…c'est…c'est insensé! S'étonna Sarah.
- Je n'en sais rien, continua Jacques. Moi j'débarque dans le camp et je me fais agresser par une meute d'humains mangeurs de viande! Et vous avez vu la ville dans quel état elle est?!
- C'est vrai que c'est bizarre…répondit Fabrice songeur. Peut-être est-ce ces mêmes créatures qui ont dévasté la ville.
- Tu…tu veux, paniqua Yentel, que ces créatures pourraient peupler cette cité?
Personne ne répondit, jusqu'au moment où, regardant Julien, David et Kevin, Michaël dit:
- Ouais mais quoiqu'il en soit, tout ça ne serait pas arrivé si vous trois n'aviez pas eu cette idée de génie de venir ici.
David s'énerva contre son cousin.
- On n'en savait rien nous, merde à la fin, lâche-moi !
Yentel se colla contre lui et le tranquillisa:
- Ce n'est pas de ta faute chouchou, tu ne pouvais pas savoir.
– Moi, je propose qu'on aille se coucher, s'exprima Joëlle, si on veut être en pleine forme demain.
Tous furent d'accord et après avoir choisit la plus grande chambre pour être tous ensemble, ils s'endormirent. Seul Julien, Jacques et Fabrice restèrent pour surveiller le périmètre. Ils discutèrent de certaines choses lorsque vers 4h30, ils entendirent une voiture tout proche.
- Qui peut bien venir ici ?
- J'en sais rien Jacques, allons voir.
Fabrice plaqua son visage contre la fenêtre tandis que les deux autres sortirent, torches à la main, à la rencontre des visiteurs. Ils furent stupéfaits de voir le véhicule de leurs amis et encore plus de voir Alexis et Jérôme vivants.
Julien rejoignit ses amis et les invita à prendre du repos.
- Je suis désolé, commença Jacques, mais on est obligé de vous mettre tout les deux dans une autre car celle où sont les autres est complète.
- OK merci, c'est gentil.
Les deux ados s'installèrent pendant que les trois autres allèrent se coucher.
 

*

Ashura187

Des Jeunes En Danger
« Réponse #7 le: juin 18, 2004, 14:11:31 »
6ème Chapitre : L'étrange transformation

7h24. Kevin ne parvenait pas à dormir et après maintes réflexions, il décida d'aller boire un verre en bas. Il se leva le plus discrètement possible et ferma la porte de la chambre. Il passa par hasard devant la porte des deux rescapés et capta des bruits suspects à l'intérieur comme si quelqu'un mastiquait quelque chose. Kevin se disait que les deux occupants de la chambre devaient certainement manger de la nourriture et faisaient beaucoup de bruits car ils avaient très faim.
L'ado n'insista pas et descendit les marches de l'escalier sur la pointe des pieds pour provoquer le moins de bruit puis s'avança vers le bar. Il parcourut des yeux les diverses bouteilles reposant sur les étagères mais s'aperçut qu'elles ne contenaient que de l'alcool, lui qui détestait ça…
Il chercha autre chose à boire et découvrit une bouteille de coca. Il s'en versa un verre, qu'il avait déniché dans un placard, puis alla le boire près de la fenêtre donnant sur la route par où ils avaient déparqué quelques instants plus tôt. Puis il repensa:
" Ce n'est pas normal ce qui arrive…ce n'est qu'un cauchemar…sinon, je ne vois pas pourquoi ces monstres fouleraient le sol de notre monde…quand les créatures n'ont plus de place en Enfer, ils viennent jusqu'ici. "
Cette phrase fit rire Kevin, mais ce rire se transforma bientôt en peur. Il avait vu ces zombies de près, de trop près…mais il ne devait pas flancher, il devait protéger Joëlle coûte que coûte.
Joëlle…sa raison de vivre.
Ayant fini son verre de soda, Kevin s'assit par terre et s'adossa contre le mur…puis s'assoupit, bercé par des cauchemars plus terribles les uns des autres où sa petite amie se faisait tuer par ces monstres..

***
Un bruit tira Kevin de son sommeil…ça venait de l'étage supérieur…près de la chambre occupée par Alexis et Jérôme.
Combien de temps avait-il dormi? Il n'en savait rien…toutefois, il se leva et gravit l'escalier..
Kevin entrouvrit la porte et distingua avec peine Alexis qui était penché sur le corps de Jérôme. Dans la pénombre, il ne put voir avec exactitude ce qu'il se passait c'est pourquoi il pénétra dans la chambre.
- Alexis ? Jérôme? Tout va bien? Demanda Kev' sans réfléchir.
Alexis tourna la tête et grâce à la lueur que faisait la lune, Kevin vit avec effroi que ce dernier tenait dans sa bouche un morceau de chair qui venait probablement de la jambe de Jérôme. Du sang dégoulinait le long de ses lèvres et les yeux injectés de sang ne rassuraient pas Kevin. Sa peau partait en lambeaux et c'était tout juste si l'ado ne vit pas les côtes d'Alexis. Le zombie d'Alexis marcha d'un pas lent, bras tendus, vers l'ado afin d'en faire son dessert mais ce dernier ne voulant pas servir de repas, fit une roulade et dans le même élan sortit son couteau papillon. Comme il s'était dit avant de s'endormir, il ne devait pas flancher. Il prit son courage à deux mains et entailla une profonde blessure sur le torse de la créature qui ne l'arrêta pas pour autant, Kevin fit une nouvelle tentative et d'une habilité surprenante, trancha le bras du monstre. Au même moment la porte s'ouvrit à la volée, Jacques et Fabrice apparurent et aidèrent Kevin à se débarrasser du zombie d'Alexis. Une fois tout redevenu calme, Kevin se laissa tomber sur la chaise pendant que les deux autres examinèrent le corps de leur défunt ami.
- Nom de dieu, jura Fabrice, qu'est qui lui est arrivé !
- J'en sais rien, lui répondit Jacques d'un air ébahi. Il s'est fait sans doute mordre par une de ces saloperies et s'est métamorphosé en une de ces créatures qu'on a côtoyées dans la forêt.
- Tu as sûrement raison, mais alors dans ce cas, ne faudrait-il pas tuer ce qu'il reste de Jérôme ?
Le reste du groupe entrèrent dans la pièce en demandant ce qui c'était passé. Alors que Fabrice racontait ce qu'il avait vu, Joëlle accourut vers son petit ami et le prit dans ses bras.
- Ça mon chéri ? Il ne t'a pas blessé ?
Kevin, encore sous le choc, réussit à lui répondre :
- Il ne m'a même pas touché. Il y a eu plus de peur que de mal. A propos. (il regarda Jacques) Il faut penser à abattre Jérôme avant qu'il se réveille et ne devienne comme Alexis.
L'apprenti moniteur acquiesça de la tête et à l'aide de sa batte de base-ball qu'il était allé chercher pendant que Fabrice expliquait aux autres, éclata la tête de Jérôme.
Lors d'un instant, personnes ne parla, ce fût Michaël qui brisa le silence.
- Le jour se lève, il faut songer à partir en direction du commissariat. Dans cette ville fantôme, c'est sûrement le seul endroit où nous pouvons trouver du secours.
- Tu as raison cousin, allons-y.

===================================================

Voilà quelques autres chapitres. Est-ce que je mets la suite??

*

cletausen

Des Jeunes En Danger
« Réponse #8 le: juin 18, 2004, 14:58:05 »
non on en veut pas de t'as fic  :lol: ça sert à rien de demander postes


Cletausen :ninja:

*

Ashura187

Des Jeunes En Danger
« Réponse #9 le: juin 18, 2004, 15:00:07 »
J'balance le tout car après j'aurai peut-être plus le temps.

====================================================
7ème Chapitre : Sans issues

Les yeux de l'adolescent s'ouvrirent avec difficultés, il se leva lentement puis s'étira. Il regarda autour de lui et constata qu'il était dans une ville. Charly n'avait aucune idée comment il s'était retrouvé ici. Il démêla ses cheveux roux, s'étira puis se tordit de douleur aussitôt, une profonde entaille à l'épaule lui rappela qu'un hunter l'avait blessé. Il se retourna et aperçut derrière lui une Jeep avec deux cadavres à l'intérieur. Maintenant il savait comment il avait atterrit ici, le hunter l'avait touché et, ne pouvant plus bouger, deux autres personnes l'avaient prit avec eux dans une voiture. Cependant la raison de l'accident lui échappa.
Charly, après avoir ramassé une barre de fer se trouvant à ses côtés, se mit en route dans l'espoir de trouver un commissariat pour avertir les policiers de la situation mais surtout, pour se mettre à l'abri.
A l'abri…un bien grand mot lorsqu'il vit l'état de la ville dans laquelle il déambulait… une vraie hécatombe.
Il choisit une ruelle au hasard et s'y engouffra, en étant complètement terrifié de se trouver au milieu d'une ville fantôme mis à feu et à sang. Ses membres tremblaient mais trouva néanmoins assez de force pour continuer, sa vie était en jeu et il ne voulait pas mourir ici.
La ruelle était remplie de voitures l'une sur l'autre, cela devait sûrement servir à faire des barricades. Des corps se trouvaient ça et là dans la rue et Charly fut prit de nausée à la vue de certains cadavres décomposés. La terreur commença à se faire sentir et l'ado pressa le pas lorsqu'il entendit un bruit qui ressemblait plutôt à un grognement. Au fond de la rue, une forme mangeait goulûment un cadavre et Charly s'approcha le plus près possible - tout en restant caché - afin de voir de quoi il s'agissait. Il fut choqué.
Un chien.
Depuis quand les chiens mangeaient des personnes mortes ?
Bien que son instinct lui interdise d'aller plus loin, il se dirigea vers le chien et sûr de son courage, il l'interpella:
- Salut le clebs! Tu peux m'dire ce qu'est en train de faire là?
Le chien leva la tête en direction de la voix et en apercevant l'ado, il grogna. Charly remarqua que ce n'était pas un chien comme les autres : sa peau manquait à diverses places laissant voir certains organes et ses côtes. L'animal n'avait pas de pupilles et ses yeux blancs, injectés de sang, semblaient l'observer. Le jeune homme roux fut horrifié à la vue de cet animal et détala avec vélocité, le chien sur les talons. Charly courait encore et encore quand il distança enfin le chien. Il en profita pour se reposer.
- Pu...putain...c'est...c'est quoi ce chien ! Pensa-t-il encore tout essoufflé.
Il se remit en route, le cœur toujours battant, et poursuivit son périple jusqu'au commissariat. Alors qu'il traversait la rue, il fut surpris de trouver à 20 mètres lui, un groupe d'humains. Il fut tellement heureux qu'il ne remarque même pas leurs étranges démarches.
- Oh hé, par ici !
Aucune silhouette ne se retourna.
- Sont cons ses gars, murmura Charly.. (il cria) Vous êtes sourds ou quoi !
Il s'avança vers le groupe et tout en se rapprochant, une désagréable odeur de citron pourri lui parvint au nez.
- Et les gars, vous n'sentez pas la rose, rigola l'ado.
Les silhouettes se retournèrent: ils ressemblaient aux chiens à cause de leur décomposition, des yeux étaient absents pour certains, des bras manquants pour d'autres. Charly eut un haut le cœur mais trouva quand même le courage, n'ayant plus le choix, d'abattre de toutes ses forces la barre de fer sur le zombie (le terme le plus approprié pour définir ces choses) le plus proche. Sa tête éclata et le sang gicla sur les autres zombies et Charly continua son carnage en abattant avec violence son arme, exterminant zombies sur zombies. Malheureusement, le jeune homme glissa sur une flaque de sang et tomba, les morts-vivants n'eurent aucun problème pour l'achever. La première morsure lui arracha toute la chair du ventre, un cri de douleur retentit dans toute la ville.

Cependant dans un autre coin de la ville

- Vous avez entendu ce cri ? Demanda Joëlle à tout le monde.
- Ouais, il me semblait que ça venait de cette direction.
Fabrice pointa son doigt vers le nord.
- Que fait-on, on y a va ?
- J'en sais trop rien David, tu crois que ça vaut le coup ?
- De toute façon, coupa Yentel, on doit passer par-là pour se rendre au commissariat alors on n'a pas le choix.
- Bon d'accord, en route ! Déclara Kevin, une bonne fois pour toute.

Le cri s'étant tut, les jeunes avancèrent au hasard dans une ruelle et au bout de celle-ci, cinq silhouettes étaient penchées sur une sixième. A entendre le bruit qu'elles faisaient, elles devaient sans doute mâcher quelque chose, et c'était juste: les silhouettes arrachèrent à pleines dents la chair de la sixième personne. Les filles du groupe furent prises de nausée et la moitié vomirent, Jacques, Kevin, Yacine et Sarah, la seule fille se sentant capable de surmonter le danger, s'en approchèrent… et aussitôt, les créatures, attirées par la chair fraîche, pivotèrent la tête dans leur direction et une se jeta sur Yacine laissant les autres ados pantois! Le monstre lui attrapa la jambe et lui arracha une parcelle de peau.
- Aie! Enlevez-moi ça !
Prenant son courage à deux mains, Sarah expédia un coup de pied dans la tête du zombie qui alla rouler plus loin. A la vue de tout ce sang, elle s'écroula et sanglota, Julien la rejoignit, l'entoura de ses bras et observa attentivement ses amis entrain de se battre, prêt à intervenir au cas où. Pendant que Michaël banda la blessure de Fabrice, comme on lui avait appris à l'armée, Kevin et Jacques, les seuls armés, se chargèrent d'éliminer les quatre autres créatures. Batte de Base-ball dans les mains, Jacques attendit son premier adversaire qui n'était autre qu'un flic zombie. La batte lui explosa les côtes et déboîta son genou, le monstre ne pouvant plus avancer, l'apprenti moniteur n'eut aucune peine à l'achever. Mais à peine qu'il donna le coup final qu'un autre zombie s'agrippa derrière son dos. Le jeune homme put de justesse s'enlever de l'entreinte du mort-vivant en lui donnant un violent coup de tête, la nuque se brisa sous le choc. Kevin tailladait le torse de son ennemi avec son couteau papillon avant de l'enfoncer dans le cerveau du zombie. Cependant, il ne put retira la lame car le dernier zombie en profita pour lui choper le bras, Kevin repoussa la tête du monstre afin qu'il ne le morde pas, l'odeur nauséabonde n'arrangeait pas les choses pour l'ado qui sentit sa tête tourner. Voyant son petit ami en difficulté, Joëlle retira le couteau de la tête de la créature et sans hésiter, élimina le dernier mort-vivant de toutes ses forces ; le zombie poussa un râle et retomba comme une masse ainsi que Kevin. Elle se précipita vers son petit ami tandis que David s'occupait à achevait la créature.

***
- C'est Charly, avisa Fabrice. Je ne sais pas comment il a atterrit en ville mais cette fois-ci il est bel et bien mort.
Sur cette dernière phrase, quelques-uns uns eurent un léger frémissement, Michaël, qui s'occupait toujours de la cheville de Yacine, prit la parole :
- Il faut vraiment qu'on aille chez les flics, peut-être que là ils pourront nous dire ce qu'il se passe. Et eux soigneront sûrement la jambe de Yacine.
- A condition qu'il y ait encore quelqu'un, dit Kevin d'un ton glacial.
- Ce n'est pas grave, on tente le coup..
- Tu as raison, approuva Julien, vamos.
Avant de partir, le regard de Fabrice se posa sur le cadavre du zombie flic, plus précisément sur le pistolet attaché à sa ceinture. Il le sortit de son étui et le plaça autour de la taille avant de se dépêcher de rejoindre les autres.
 

*

Ashura187

Des Jeunes En Danger
« Réponse #10 le: juin 18, 2004, 15:03:35 »
Chais, p'têtre que vous préférez faire durer le supsense ^_^

===================================================
8ème Chapitre : Tous à l'abri !

- J'ai l'impression que nous sommes surveillés, dit Yentel s'adressant à David.
- C'est vrai. De plus, j'ai entendu quelques petits bruits suspects. Peut-être des survivants.
- Ah non alors, s'énerva Yacine, la dernière fois j'y ai presque laissé ma jambe parce qu'on croyait qu'on avait trouvé des survivants, maintenant moi je marche plus !
- Non, tu boîtes, plaisanta Julien.
- Moi j'ai plutôt un mauvais pressentiment, avoua Joëlle. Dans cette ville, il faut plutôt s'attendre à quelque chose de mal.
Michaël qui soutenait Yacine intervint :
- Bon assez discuté, on y va.
Au détour d'une avenue, les bruits - ou plutôt des grognements - s'amplifièrent et deux humanoïdes apparurent devant le groupe d'ados. Ils étaient aussi grands qu'un homme tout en étant très baraqués, ils avaient la peau verte et possédaient des griffes très acérées en guise d'ongles. Ils ressemblaient à des amphibiens.
- Qu'est-ce que c'est que ces trucs encore ! Blâma Sarah.
- J'en sais rien, balbutia Julien, mais foutons le camp !
La troupe fut prise en chasse par les deux hunters, les ados se trouvaient encore à bonne distance et passèrent à côté d'une maison dont la porte était restée entrouverte. Ayant vu cela, David cria :
- Tous à l'intérieur !
Lorsque le dernier entra, ils fermèrent et barricadèrent la porte, les deux humanoïdes essayèrent de la fracasser, Joëlle pria pour que les bêtes s'en aillent…et sa prière fut entendue : les créatures stoppèrent et Fabrice, pistolet à la main, s'approcha de la fenêtre et informa les autres que les créatures étaient parties.
- Tu en es sûr ?
- Oui, soyez sans crainte, je monte la garde.
David regarda le flingue puis Fabrice, celui-ci lui répondit :
- Je l'ai trouvé sur le cadavre du flic que Jacques avait buté auparavant.
- Ah OK.
L'endroit où se situaient les ados était une grande villa, un escalier menant au deuxième étage se dressait en face d'eux. Au rez-de-chaussée se tenait deux portes à droites du groupe et une à gauche. Ils empruntèrent cette dernière au hasard et tombèrent sur la cuisine. Quelle chance !
Kevin et les autres cherchèrent de quoi manger : Sandwichs, chocolats, fruits, pâtes, etc. Pendant qu'ils mangeaient, un bruit venant du hall d'entrée parvint aux oreilles de Joëlle, elle en fit part aussitôt à Kevin.
- Eh chouchou, j'ai entendu un bruit dans le hall.
- OK je vais voir. Julien, David, venez avec moi, toi aussi chérie pour m'indiquer précisément où est-ce.
Le hall était toujours autant calme, ils allaient rebrousser chemin lorsque le visage de David se figea.
Le groupe était pétrifié. Jamais ils n'avaient vu une chose pareille, même dans leurs pires cauchemars. Une araignée de presque deux mètres de long, ressemblant à s'y méprendre à une mygale, leur faisait face. Elle avait sommeillé derrière l'escalier et le vacarme provoqué par l'arrivée en catastrophe l'avait émergé de son sommeil. Cette vision était horrifique. L'araignée les fixait avec ses nombreux yeux. Puis elle se redressa sur ses pattes de derrière et cracha soudainement une espèce de liquide blanc qui frappa Joëlle de plein fouet.
Cette dernière s'écroula en hurlant :
- Joëeeelle ! Gueula Kevin
Alerté par le bruit, Fabrice se précipita dans le hall et aperçut à son tour l'immonde créature.
- Putain c'est quoi ça !
David fut le premier à voir Fabrice et lui cria :
- Vas-y tire, tire !
L'ado resta zen et visa la créature, il pressa la détente à trois reprises et les balles allèrent se loger dans la tête de l'araignée qui hurla de douleur. Elle fit volte-face et courut vers lui. Fabrice cria et vida sans réfléchir tout le reste de son chargeur. L'araignée chancela un moment puis s'écroula.
- Ouf, fit-t-il.
Il s'attendait à ce que les autres le félicitent mais ils étaient trop occupés à soigner Joëlle.
Le reste du groupe entra dans le hall et Yentel vit l'état de santé de son amie et demanda à Kevin les larmes aux yeux :
- Co...Comment va-t-elle ?
Kevin sanglotait et c'est Julien qui dû répondre à sa place.
- Pas très bien, l'araignée lui a craché son venin. Si on ne lui trouve pas de sérum maintenant, elle va mourir à coup sûr
En entendant ça, Kevin se leva et déclara aux autres :
- Je vais chercher le sérum.
- Non n'y vas pas, le supplia David, il faut que tu restes à ses côtés, de toutes façons tu ne connais rien à la chimie, le seul qui est qualifié ici, c'est mon cousin.
Il regarda Michaël.
- On a besoin de toi cousin, toi seul peut le faire.
- Ouais c'est ça, avec toutes les créatures qui rôdent dehors? Non, merci!
- J'ai trouvé trois chargeurs pour le flingue, prends-les et vas-y, lui dit Fabrice.
- OK mais c'est bien parce que je connais Kevin depuis longtemps.
Il regarda Kevin et lui lança:
- Je trouverai ce sérum et je te le ramènerai, je te le promets.
- Merci, Michaël.
David traça sur une carte l'emplacement de la pharmacie, qu'il avait pu distinguer en venant ici. Après avoir écouté toutes les instructions, Michaël la plia, ouvrit la porte, regarda autour de lui et partit.
 

*

Ashura187

Des Jeunes En Danger
« Réponse #11 le: juin 18, 2004, 15:06:58 »
9ème Chapitre : Une nouvelle décision

- Où est Jacques? Questionna Sarah à Fabrice.
- Il est avec Yacine dans la cuisine.
- Et David et Yentel ?
- Ils sont avec Joëlle et Kevin.
- Et mon chouchou, finit-elle par demander, où se trouve-t-il?
- Il est....(il regarda à droite et à gauche) heu…aucune idée.
- Chouchou, où es-tu ? S'écria Sarah
Pas de réponses…

Julien était monté au deuxième étage afin d'inspecter un peu mieux ces lieux. Il ouvrit une porte doucement et quand il fut sûr qu'aucune créature n’avait élu domicile dedans, il pénétra dans la pièce. Elle renfermait un bureau et son regard fut attiré immédiatement par un éclat lumineux au-dessus d'une table. Il sourit.
C'était deux Katanas.
Il suspendit sa veste sur un porte-manteaux et les empoigna sans hésiter et s'entraîna à les manier quand il entendit une personne marchait dans sa direction. Il ne s’en soucia pas pensant que c'était l'un de ses amis. La porte s'ouvrit et Julien s'adressa au nouveau venu :
- Et mec t'as vu ce que j'ai trouvé?
Personne ne répondit.
- Ho t'es sourd ?
Il se retourna et fut paralysé d'horreur. Ce n'était pas un des ses amis mais c'était une bête semblable à celles qui les avaient poursuivis un peu avant.
- Oh non merde.
Le hunter fit quelques pas, regarda le jeune homme, poussa un grand cri, et bondit sur Julien. Julien évita in extremis le coup de griffes de la créature, il se releva et fit une légère écorchure sur le bras du monstre ce qui ne lui fit pas beaucoup d'effet. Elle riposta sur un nouveau coup de pattes et toucha l'ados au ventre.
- Aïïïïïïïïeeeeee !
Pris d'un coup de sang, Julien cria pour se donner du courage et tournoya ses lames tel un tourbillon. Le hunter fut frappé de toutes parts et son bras droit fut même tranché. Sa chair partait en lambeaux sous les assauts répétés et le monstre finit par mourir. Malgré tout, Julien l'empaler pour en finir. Une fois son carnage terminé, il remit sa veste afin de cacher sa blessure et redescendit vers les autres.

***
Profitant que les autres n'étaient pas là, Jacques mangea la part des autres tout en continuant de jeter des regards vers Yacine qui était posé dans un recoin de la cuisine en face de lui, ce dernier regarda l'apprenti moniteur et lui demanda franchement:
- Eh, tu crois vraiment qu'on va s'en sortir toi?
- Sincèrement, je ne sais pas, répondit-il entre deux bouchées.
- J'ai pas envie de crever ici et...
Il toussa plusieurs fois en crachant du sang, Jacques se leva vers lui et lui dit :
- Reposes-toi, tu ne risques rien ici, je veille sur toi. On va s'en sortir, tu verras.
Yacine lui fit un sourire forcé et s'évanouit n'entendant pas la dernière phrase de Jacques.
- Enfin, je l'espère…

Joëlle allait de plus en plus mal, elle vomissait et respirait fort et vite, même trop vite.
Yentel pleurait et Sarah s'énervait :
- Putain on va tous crever ici je vous le dis, on va mourir !
Elle éclata en sanglot, Julien, qui arriva à ce moment, consola sa petite amie. Peine perdue.
- Mais qu'est ce qu'il fout ! S'exclama soudain David, ça fait bientôt plus d'une demi-heure qu'il est parti, pourtant la pharmacie n'est pas loin! Bon y'a peut-être des monstres à chaque coin de rue mais il a quand même subit un entraînement militaire à ce que je sache !
- Tu as raison David, continua Kevin, je vais aller à sa rencontre et voir ce qu'il fait.
- Non n'y vas pas, intervint Julien, tu ne vas pas faire long feu dehors sans armes. De toute façon, je refuse que t'y aille.
- Et pourquoi donc ? Rétorqua Kevin.
- Parce que je te considère comme mon petit frère et que je n'ai pas envie qu'il t'arrive quelque chose.
- Ta sollicitude me touche beaucoup mais la vie de ma petite amie en dépend.
- Je reconnais bien ton courage petit frère, et bien soit, vas-y.
- Je compte sur vous pour surveiller Joëlle.
- Compte sur nous.
- Et tu vas y aller sans armes? Répliqua Julien
- Non t'es ouf ou quoi ! Non, j'ai toujours ça.
Il brandit son fidèle couteau papillon et le fit voler dans les airs.
- Où est Fabrice ? Reprit Kevin.
- Il surveille les lieux, l’informa David.
- Ah oui au fait, intervint Julien, avant, je suis allé au deuxième étage et j'ai rencontré une de ces bêtes vertes.
Sarah, qui pendant toute la discussion pleurait, se leva d'un bon et cria paniqué :
- Quoi ! Et t'as fais quoi ?
Il baissa la tête et admira ses armes, sourire aux lèvres.
- Je l'ai tué avec ces Katanas que j'ai trouvés dans un bureau.
- T'es blessé ?
- Non c'est bon, mentit-il, je n'ai rien.
Joëlle toussa à nouveau arrachant les autres de leur discussion et Kevin s'approcha de la porte et partit.
- Fais attention à toi.
- Ne t'en fais pas, il me faut plus qu'une armée de monstres pour m'avoir, répondit-il en lui faisant un clin d'œil.

 

*

Ashura187

Des Jeunes En Danger
« Réponse #12 le: juin 18, 2004, 15:08:14 »
10ème Chapitre : A la recherche du sérum

La rue était libre, Kevin s'y engagea tout en étant le plus discret possible. Avant que Michaël ne parte, il avait vu la carte et connaissait par cœur le chemin menant à la pharmacie. L'ado ne vit que des zombies comme monstres et les évita sans peine. Tenant fermement son arme, il se dirigea vers la droite et aperçu quatre zombies morts, troués de balles.
C'était l'œuvre du cousin de David. Il était sur le bon chemin. Après avoir dépassé deux cadavres de chiens zombies, il vit enfin la droguerie qui confirma ses précédents dires et y entra sans hésiter. Tout était désordonné à l'intérieur : livres éparpillés, médicaments cassés, du sang suintait sur le mur… à l'évidence, une bagarre avait dû avoir lieu ici. Au fond de la salle, l'ado distingua une silhouette adossée contre le mur, s'y dirigea et ne put s'empêcher de lâcher un cri. Affalé contre le mur du fond, un corps gisait au milieu d'une mare de sang. Et ce corps tenait un pistolet entre ses mains... En tremblant, Kevin éclaira le visage à l'aide d'un briquet qu'il avait trouvé en chemin mais ne supporta pas cette vision plus de deux secondes. C'était bien Michaël. Son cou avait été à moitié arraché par une profonde morsure. La jugulaire avait été touchée, ce qui expliquait tout ce sang. Tentant difficilement de réprimer son dégoût et ses larmes, Kevin s'avança vers lui. Même si ça n'avait pas sauvé Michaël, il devait récupérer le pistolet et ses munitions. Kevin avait honte de penser d'abord au pistolet mais il devait se protéger et un couteau n'était pas d'un grand danger face à ces créatures.
Le responsable de cette atrocité devait toujours être là.
- Kevin ?
Kevin sursauta de peur. Après la découverte du corps de Michaël, il n'avait plus pensé à terminer de tout regarder. Car effectivement, il y avait quelqu'un d'autre...
- Pourquoi es-tu venu, toi aussi ?
Kevin éclaira la personne qui lui parlait.
Charly !
Mais en réalité, ce n'était plus vraiment Charly. De la peau manquait ça et là et plusieurs morsures étaient visibles. Son regard avait changé. Etant assis au sol, il commença à se redresser.
- Va-t'en... Tout de suite... Vite...
Charly était recouvert de sang, notamment autour de sa bouche.
- C'est... c'est toi qui a tué Michaël ?
- Je n'ai pas eu le choix... J'avais trop faim... Il n'a pas voulu m'écouter quand je lui disais de ne pas rester... Il disait vouloir m'aider... Comme il ne m'écoutait pas, je l'ai mangé...
Charly avait commencé à marcher vers Kevin.
- Prends ce pistolet... Et tue-moi... Je deviens comme eux... Je ne veux pas... tue-moi... Sinon... Je te tuerais comme lui, j'ai trop faim...
La voix de Charly était de plus en plus faible. Absolument horrifié et terrorisé, des sentiments que Kevin n'avait jamais éprouvés auparavant, il leva le pistolet et tira...
Le corps du jeune homme s'écroula dans un bruit sourd, son sang se déversant sur le sol. Kevin resta quelques secondes prostré, totalement déboussolé et désespéré. Puis la réalité lui revint.
Il devait ramener le vaccin à Joëlle et vite !
L'ado examina tous les flacons qu'il trouva sans vraiment savoir quoi utiliser lorsque son regard se posa sur une feuille de papier où était inscrits des notes.
- Quelle chance ! S'exclama-t-il, c'est exactement ce que je cherchais !
Sur la feuille de papier était notée la formule servant à fabriquer l'antipoison et Kevin n'avait qu'à suivre les indications. Une fois le produit terminé, il empocha une seringue (propre évidemment) et rangea le pistolet à sa ceinture. Lorsqu'il voulut partir, il entendit des bruits venant de l'étage supérieur, ce son caractérisait qu'une vitre s'était brisée, mais le jeune homme ne perdit pas son sang froid et dégaina son arme tout en tenant le sérum de son autre main. Une des créatures vertes fit son come-back et bondit sur Kevin qui décampa à toute vitesse. Pour corser le tout, un deuxième hunter venait d'apparaître. Du sang encore frais était encore visible sur ses griffes. Tout de suite, lui aussi se mit en chasse. L'humain se retourna de temps en temps et lâcha quelques balles afin de les ralentir.

***
Dans la maison, Joëlle avait presque cessé de respirer et les autres faisaient de leur mieux pour la maintenir en vie.
- Nom de Dieu mais qu'est-ce qu'il fout ! S'impatienta Fabrice.
- Il va venir, Kevin est un homme de parole, il faut avoir confiance en lui.
Yentel qui se tenait près la fenêtre vit Kevin qui était prit en chasse par les humanoïdes verts.
- Il est là ! Hurla-t-elle, mais il est poursuivit par les monstres verts !
Fabrice s'empressa d'ouvrir la porte et Kevin la franchit, les monstres se heurtèrent au battant de la porte fermé par Fabrice.
- J'ai...j'ai le sérum, dit-il en suffoquant, mais Michaël est mort.
Pendant que Kevin reprenait son souffle, David regardait en l'air, récitant une prière muette à son cousin et alla s'appuyer contre le mur. Kevin introduisit le sérum à l'intérieur de la seringue et souhaita soigner sa petite amie mais les hunters cassèrent la vitre de la cuisine arrachant Jacques de son sommeil. Celui-ci se redressa sans comprendre et vit les deux monstrueuses bêtes. Yacine qui était assis juste à côté de ladite fenêtre, fut fauché par une des créatures, sa tête retomba 5 mètres plus loin. Le jeune homme prit la poudre d'escampette et s'enfuit par la même fenêtre que les hunters venaient de briser alors que ces derniers de se hâtèrent vers le hall.

- Vous avez entendu ?
- Oui, ça venait de la cuisine. Jacques !
L'acclamation de Sarah fut étouffée par le cri aigu d'un qui provenait certainement du deuxième étage. Pour couronner le tout, les deux autres fracassèrent la porte de la cuisine et vinrent à la rencontre du groupe.
- On se casse ! Ordonna Fabrice !
Kevin n'avait pas eu le temps de faire la piqûre et tout en rageant, il prit sa petite amie dans ses bras et se précipita avec les autres hors de la maison. Les trois créatures gagnaient du terrain mais furent freinées par les tirs de pistolet de David que Kevin lui avait légué. Une rendit l'âme.
Restait deux.
Le groupe dépassa un camion citerne, David eu une idée, un sourire se forma sur son visage, il cria aux autres :
- Courrez le plus rapidement possible !
Tous acquiescèrent et David vida le reste du chargeur dans le camion ce qui provoqua une superbe explosion. Ils furent tous projetés dans les airs tandis que les deux hunters et les quelques zombies qui traînaient dans les alentours furent désintégrés.
 

*

Ashura187

Des Jeunes En Danger
« Réponse #13 le: juin 18, 2004, 15:10:09 »
11ème Chapitre : Tous au commissariat

- Pour une idée, c'est une idée, railla Julien en se redressant.
- Au moins, nous sommes débarrassés de ces emmerdeurs. N'est-ce pas Kevin ?
Ce dernier ne réagit pas, au contraire, il pleurait. David s'approcha de lui et comprit aussitôt : Du sang avait coulé de ses yeux. Elle ne bougeait plus. Ne respirait plus. C'était terminé. Kevin craqua. Il s'écroula sur le corps de Joëlle et pleura toutes les larmes de son corps.
Les autres ne disaient rien et regardaient la triste scène, malgré cela le temps pressait et il fallait rejoindre le commissariat au plus vite. David s'approcha gentiment de Kevin et lui souffla dans l'oreille:
- Kevin il est temps de partir, on ne peut plus rien pour elle.
- Allez-y, ne vous souciez pas de moi, continuez.
- Ça va pas ou quoi ! On ne va jamais t'abandonner !
Julien le tira par la manche et lui lança :
- Kevin il faut y aller. On a besoin de toi. Faut qu'on aille au commissariat.
- Décide-toi vite Kevin, lui dit Yentel, parce qu'il y a un éclat de métal qui s'est enfoncé dans la jambe de Fabrice. Faut qu'on lui retire ça. Regardez là-bas, une petite cabane, nous y serons à l'aise pour le soigner et nous reposer avant d'entreprendre notre route vers le commissariat.
Kevin embrassa une dernière fois sa petite amie et la regarda un moment une dernière fois, son regard se posa sur le bandana blanc qu'elle avait placé autour de son cou. Il l'enleva délicatement, arracha la manche de sa chemise noire au motif d'un dragon rouge et noua le bandana autour de son bras et s'en alla.
Une fois à l'intérieur, les filles commencèrent à soigner la jambe de Fabrice, Kevin était dans un coin de la cabane, silencieux comme la mort, David s'avança vers lui et lui dit :
- Kevin, reprends-toi, tu as fais ce que tu as pu. Tu te rends compte, tu nous as aidés à survivre, puis tu t'es porté volontaire pour aller chercher le sérum alors que le danger était partout, puis, malgré les hunters qui te poursuivaient, tu à réussis à revenir sain et sauf vers nous avec le sérum et quand ils ont pénétré dans la maison, tu as pris le risque de prendre Joëlle dans tes bras sachant qu'ils étaient beaucoup plus rapides que nous, et tu n'as pas lâché prise tel un héros. Tu es un héros Kevin.
- Un héros ? Mon œil, un héros sauve toujours la fille, moi je n'ai pas réussi... tu parles d'un héros.
David, ne sachant plus quoi dire devant une telle phrase, regarda tristement Kevin mais celui-ci brisa le silence:
- Je suis désolé pour ton cousin. Je voulais te le dire. C'était quelqu'un de bien et de loyal. Un vrai ami.
- Merci Kevin, c'est gentil de dire ça, il aurait été content de te l'entendre dire.
David se sécha les yeux où des larmes commençaient à apparaître et après un bref coup d'œil en direction des filles, il 'informa Kevin:
- Fabrice est guéri, viens, il faut y aller.

***
Jacques était à bout de souffle, il venait de semer une étrange créature dont les caractéristiques étaient qu'elle rampait, n'avait pas de peau dont on ne voyait que ses puissants muscles rouges. Sa cervelle n'était pas protégée par une boîte crânienne  et pour changer, se pattes se terminaient pas de longues griffes très puissantes. Son arme la plus terrifiante était sa langue de 2m, dépliable comme un fouet.
Il avait perdu les autres et pour la première fois depuis son arrivée en ville, il avait peur et voulait tout plaquer. Il s'appuya contre le mur, ferma les yeux mais les ouvrit aussitôt car à une centaine de mètres devant lui se dresser l'imposant bâtiment qu'était le commissariat. Il y était enfin et sans perdre de temps, il s'y rua. En se rapprochant des murs de l'enceinte de la bâtisse, il entendit des coups de feu et il risqua un œil: une dizaine de policier était entrain de lutter contre une invasion de monstres: zombies, chiens, hunters et bêtes à griffes (la créature que Jacques venait de semer). Les flics paraissaient en mauvaise posture: trois d'entre eux avaient déjà péri et un quatrième se retrouva sans armes devant un hunter. Jacques, ne voulait pas rester une minute de plus ici sous peine de finir dans le ventre d'un zombie glouton, et s'en alla vers l'entrée et se heurta à lourde grille en faire. Il poussa les deux battants et franchi la double porte de l'entrée du commissariat.
Dedans, plusieurs cadavres d'hommes, ainsi que de monstres, gisaient sur le sol. À côté de lui se trouvait un policier mort tenant encore dans sa main déchiquetée, un fusil à pompe que Jacques saisit derechef. Ce geste lui sauva la vie car une porte s'ouvrit à la volée laissant apparaître cinq zombies tous plus horrible les uns que les autres. Content d'essayer son nouveau joujou, il arma son fusil et pressa la détente. Les trois premiers zombies de tête furent déchiquetés par l'impact de chevrotine: le deuxième eut la tête arrachée, le troisième le ventre explosé tandis que le premier fut coupé en deux. Le plus drôle (si l'on peut dire ainsi) était que malgré le fait que son corps s'était séparé de ses jambes, ces dernières continuaient de marcher et le corps de ramper ! Jacques, étonné, en oublia presque les deux autres zombies qui se dirigeaient vers lui. L'haleine fétide des morts-vivants le tira de sa stupeur et put juste lever à temps son arme pour liquider ses deux assaillants. Après avoir achevé le corps du zombie, il fouilla l'endroit du regard et remarqua une échelle de secours menant directement au deuxième étage.
"Pourquoi pas" se dit-il tout haut.
Il ramassa toutes les munitions pour son fusil, empocha une torche et gravit l'échelle, à peine fut-il arrivé en haut qu'un zombie lui sauta dessus.
Il cria.
Lequel des deux a survécu ?

***
- Regardez, on est arrivé !
Yentel qui venait de parler tenait fermement la manche de son petit ami comme pour lui dire de se dépêcher.
- Nous sommes sauvés, mon amour, poursuivit Sarah.
Fabrice, qui se tenait sa jambe tout en serrant son bandage, grogna dans sa barbe :
- Sauvé, façon de parler ouais, on est toujours pas sorti vivant de cette ville infernale.
Ils débouchèrent vers le mur de l'enceinte à l'endroit même où était Jacques une heure auparavant et découvrit les 10 corps des policiers morts ainsi que des cadavres de monstres.
- On dirait qu'il y a eu une bagarre ici et d'après moi, je dirais même qu'elle est assez récente.
Pour la première depuis qu'ils avaient quitté la cabane, Kevin parla :
- Ne traînons pas.
Comme Jacques avant, ils poussèrent la lourde grille en fer et passèrent la double porte. Ils aperçurent tous les cadavres. A l'intérieur du commissariat, l'odeur était vraiment insoutenable et ils durent garder toute leur concentration pour ne pas perdre la tête.
- Que faisons nous maintenant ? Interrogea soudainement Julien.
- Ben je sais pas trop, t'en penses quoi Kevin ?
Sarah plongea son regard dans celui de son ami en attendant sa réponse.
- Montons, j'ai comme un pressentiment. Y'a une échelle juste en face de nous.
- Attendez voir, les arrêta Julien.
- Quoi?
- Vous avez vu tous ses corps? Ils devraient y avoir des tonnes d'armes auprès d'eux, mais il n'y en a pas.
- Maintenant que tu le dis, c'est vrai que c'est étrange, avoua Sarah pendant que David et Kevin fouillèrent l'endroit.
Ceux-ci manipulèrent les seules armes se trouvant dans la salle, fronçant les sourcils. Puis ils revinrent vers leurs amis à qui David s'adressa, perplexe:
- Et les dernières armes à feu qu'il y a encore ne fonctionnent plus, ils son soit cassées, soit enrayées.
- Nous devrons faire sans alors, soupira Yentel.
Déçus, ils se dirigèrent vers ledit échelle et lorsque le dernier eut gravit l'échelle, en l'occurrence Fabrice (à cause de sa jambe), David pointa son doigt devant lui et s'exclama :
- Regardez là-bas ! Un corps !
- C’est étrange, remarqua Fabrice qui tenait toujours sa jambe, on dirait Jacques.
Arrivés devant, les jeunes restèrent sans voix... ce n'était pas Jacques, pourtant, la ressemblance était flagrante: il était grand, mince, avait les cheveux noirs et possédait la même barbe de 3 jours que leur ami.
"Ouf" pensa Fabrice.
– Bon, continuons.
Ils se trouvèrent sur un balcon surplombant toute l'entrée du commissariat. Il y avait une porte sur le côté gauche du balcon et une autre sur le côté droit. Comme le corps se trouvait sur le côté gauche du commissariat, ils décidèrent à l'unanimité de prendre cette direction.
Sur une plaque était écrit:

BIBLIOTHEQUE

Quand Yentel voulut tourner la poignée, elle s'arrêta net : elle avait entendu un bruit, mais à voir les autres, eux, ne l'avaient pas entendu.
- T'attends quoi pour ouvrir ? Demanda son petit ami.
- J'ai...j'ai entendu un bruit.
- C'est bon je vais l'ouvrir, déclara Sarah d'un ton las.
Elle ouvrit la porte quand soudain un corps tomba sur elle !
- AAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHH ! Hurla-t-elle.
- Quoi qu'est-ce qu'il se passe ! S'exclama David.
- Regardez.
Kevin shoota dans le cadavre.
- C'est Jacques, reprit-il.
- Sarah était encore sous le choc et Julien essayait de la calmer le mieux qu'il le pouvait.
L'apprenti moniteur avait dû être mort dans d'affreuses conditions, il était lacéré de partout, il avait été égorgé et éventré. Mais le pire, c'était qu'il lui manquait la partie inférieure du corps.
- C'est horrible, s'enquit Yentel.
- Cependant, on doit continuer.
Kevin prit le fusil à pompe qui était posé à côté de ce qui fut Jacques ainsi que la torche qui trônait au milieu de la pièce. Kevin eut une idée : il enleva le lacet de la chaussure droite de Jacques et avec ça, il attacha la torche au bout du canon du fusil à pompe. David fouilla le cadavre et découvrit dans une poche de sa veste téléphone portable et le lança à Kevin.
– Tiens, cela pourrait nous être utile. Moi j'ai le mien, comme ça on pourra rester au contact si jamais on se perd.
- Mais on ne connaît pas le numéro.
– Appelle-moi.
Après en avoir finit avec leur téléphone portable, ils se dirigèrent vers la porte qui leur faisait face. Une créature avait limé ses griffes sur le battant car de larges entailles étaient présentes. La bête qui avait massacré Jacques devait se trouver encore dans les parages, derrière la porte, pour être précis. Anxieux, David ouvrit la porte, protégé par le fusil à pompe de Kevin. La torche éclaira un sombre couloir d'où émanait une forte respiration. Les filles étaient mortes de peur…comme les deux garçons…
- Attendez-nous ici, déclara subitement Kevin. Julien, reste ici avec les filles et Fabrice, et passe un de tes katana à David. Et toi. (Il se retourna vers Fabrice) Prends mon couteau papillon, c'est mieux que rien.
Kevin le lui lança et Fabrice le rattrapa sans peine en plein vol.
- OK ça marche… mais faîtes gaffe…vous êtes sûr de ce que vous faîtes?
- Nous sommes sûrs de plus rien, soupira Kevin.
Celui-ci fit une tape de courage sur l'épaule de David comme pour dire : On y va, on va lui montrer que c'est nous les plus forts.
David sourit, Kevin avait retrouvé sa combativité.
Kevin balaya l'endroit avec le faisceau de la torche, David se tenait à côté de lui quand son ami se stoppa net.
- Ecoute.
David se tut. En effet, la respiration était près d'eux. Ils marchèrent en direction du bruit qui devenait de plus en plus proche.
Pendant ce temps, Julien respirait lui aussi très fort mais pas pour la même raison.
- Eh Julien, ça va ? Lui demanda Sarah.
– Ouais, bien pourquoi ? Répondit-il alors qu'il savait que ce n'était pas la vérité.
- Parce que tu es tout pâle et tu trembles qui plus est!
- C'est rien, ça doit juste être le froid.
- Mon œil! Coupa Fabrice. On est en plein milieu de l'après-midi et il fait au moins 30° ! Si tu nous disais ce qu'il se passe vraiment.
Julien sentait qu'il n'avait plus rien à perdre et avoua :
- Tu te rappelles, choue, quand nous étions dans la maison.
- Oui.
- Je t'avais dit que je m'étais battu et que je n'avais pas été blessé.
- Oui et alors ? S'impatienta-t-elle.
- Et bien c'est faux. Le hunter m'a blessé au torse et j'ai peur d'être infecté et de me transformer en monstre…
- Oh non pas toi mon amour !
Elle plongea dans ses bras et l'embrassa partout sur le visage.

***
- Regarde là en face de nous, y'a une bestiole qui semble se reposer.
- Effectivement, confirma David d'un hochement de tête.
Kevin pointa son arme dans sa direction et pu mieux voir la bête et lâche un cri étouffé d'horreur: Son crâne translucide laissait apparaître un cerveau blanc et son corps était une sorte de croisement entre l'araignée et l'humain. Il n'y avait pas de peau, juste des muscles roses exposés à l'air. Des griffes ornaient le bout de chacune des quatre pattes. Une langue de serpent, apparemment très aiguisée avait déchiqueté ce qui paraissait être des jambes.
Celles de Jacques.
Kevin avait toujours rêvé d'utiliser un fusil à pompe, il pompa l'arme et tira sur la bête presque à bout portant. Celle-ci fut tiré de son sommeil et hurla à la mort mais elle ne mourut pas. Elle se tourna vers nos deux héros et leur bondit dessus, Kevin esquiva facilement ce qui ne fut pas le cas de son ami, celui-ci évita le coup de griffes in extremis. La créature avait trouvé ses 4 heures. Elle fixait les deux ados et bavait d'envie de les dévorer. Kevin expédia une nouvelle décharge de chevrotine qui trancha l'une des pattes de la bête. En temps normal, il aurait eut trop peur de faire feu mais sa rencontre avec le zombie de Charly l'avait endurci. David, profitant de cet instant, embrocha l'autre patte avant du monstre avant de le décapiter.
Tuer la créature fut une bonne chose de faîte.
- C'est bon, la voie est libre ! S'écria Kevin.
Yentel courut vers David et ils s'embrassèrent, Kevin ne put retenir une larme en voyant la scène, cela lui rappelait Joëlle. D'un revers de manche il s'essuya les larmes perlant ses yeux et après avoir apprit la nouvelle concernant Julien, ils franchirent la seule porte accessible. Entre-temps, David avait rendu le Katana à son propriétaire.

Derrière la porte, le couloir était sombre, Kevin passa en tête du groupe afin d'éclairer leur progression, ils dépassèrent une porte, à côté de celle-ci était écrit sur un petit panneau : Bureau des S.T.A.R.S.

- Ne nous attardons pas ici, suggéra Kevin.
Mais ils n'étaient pas au bout de leur peine, un hunter surgit d'une vitre suivit d'un deuxième, celui-ci profita de l'effet de surprise pour porter un coup de griffes sur la jambe de Fabrice, à l'endroit même où l'éclat de métal l'avait percuté, le sang coula à flot à nouveau.
- Aaaaaaaiiiiiiiiiiiieeeeeee, meeeerde !
Julien qui se trouvait tout près, envoya un superbe coup de pied retourné dans l'abdomen de la bête qui eu le souffle coupé. Pour corser le tout, la porte qui terminait le couloir s'ouvrit et une dizaine de zombies - flics et civils - apparurent dans l'encadrement de la porte.
- C'est une embuscade, les gars, c'est une putain d'embuscade ! Gueula David.
- On est dans la merde les gars ! Renchérit Julien.
Kevin avait gardé son calme et ordonna :
- Sarah, Yentel, allez vous réfugier dans le bureau des S.T.A.R.S. et emmenez Fabrice avec vous !
- D'accord !
Elles attrapèrent Fabrice et allèrent se réfugier pendant que les trois garçons prirent une position de défense, Julien lança un de ses Katanas à David.
- A l'assaut ! S'écria Jon en espérant donner du courage à lui et à ses compagnons de longue date.

***
La salle n'abritait qu'un seul zombie flic mais cela fut suffisant pour que les filles perdent leur sang-froid une fois de plus, Fabrice empoigna aussitôt le couteau de Kevin et malgré sa blessure, s'avança vers le mort-vivant.
- Toi tu vas crever, lui promit Fabrice, je vais te massacrer sale enfoiré !
Il évita tout de même de justesse la morsure du zombie dû à sa jambe blessée puis le pourfendit de part en part, des morceaux de chair s'enlevèrent et du sang gicla continuellement car la jugulaire fut tranchée, les filles furent terrifiées par ce spectacle dégouttant mais aidèrent néanmoins leur ami.
 

*

Ashura187

Des Jeunes En Danger
« Réponse #14 le: juin 18, 2004, 15:12:06 »
12ème Chapitre : un dernier combat pour Julien

- Bon, dit David calmement afin de ne pas céder à la panique, Julien tu t'occupes des zombies, moi des hunters et toi Kevin, avec ton fusil, tu aideras une fois d'un côté, une fois de l'autre, c'est compris ?
- Compris.
Et c'est ainsi que le combat s'engagea: Kevin tira tout d’abord sur un hunter qui s'approcha un peu trop de David, lui arrachant une énorme parcelle de chair et de peau. David s'occupa de l'achever. Lorsque Kevin se retourna, il constata avec joie que Julien avait déjà occit trois zombies à lui tout seul, Kevin l'aida en en tuant trois de plus. Le dernier hunter plongea sur David et lui enfonça une de ses griffes dans le flanc. Heureusement que David portait une grosse veste, cela atténua la douleur. Dopé à l'adrénaline, David frappa la bête avec violence pour ensuite l'empaler de tout son poids sur son Katana, un cri extrêmement aigu sortit de la bouche du monstre qui creva sur le coup. Julien joua avec son adversaire le blessant à plusieurs reprises tout en évitant les attaques du zombie maladroit, pour finir, il le décapita. Kevin en fit de même en explosant la cervelle de l'avant-dernier zombie. Il en restait plus qu'un, Julien se posta devant lui mais ne fit rien.
- Merde Julien, tu fous quoi ? S'énerva David.
Kevin remarqua que Julien fut prit de convulsion sous les yeux ébahis de ses amis, il commença a se métamorphosait : sa peau virait au vert, des écailles apparaissaient sur son corps, sa tête rétrécissait et ses mains se changeaient en de griffes énormes ainsi que ses pieds, il n'y avait pas de doute, il se transformait en hunter, la créature qui l'avait blessé. Il étripa le zombie survivant avant de se retourner vers ses (anciens) amis. Il les observait attentivement ou plutôt, il observait David attentivement. Sans crier gare, il s'élança sur ce même homme percutant Kevin avec violence, qui s'écrasa contre le mur lui faisant perdre son fusil à pompe. David évita les assauts répétés de Julien en parant avec son arme mais commençait à fatiguer, Kevin reprit connaissance et attrapa son fusil à pompe.
" Merde, je ne peux pas faire feu, pensa-t-il, je risquerai de blesser David ".
Bien que Kevin se sentit évanouir à tout moment dû au précédent choc, il s'approcha de Julien et lui donna un coup de crosse sur sa tempe, ce qui avait pour effet de décupler la colère de Julien. Ce dernier exécuta un rapide demi-tour et empoigna Kevin de toutes ses forces ; l'ado n'avait pas le choix, il devait tirer. Il ferma les yeux et pressa sur la détente. Le coup partit à une vitesse surprenante et percuta la tête de la bête (qui avait toujours les traits de Julien) qui explosa inondant Kevin de sang et de bout de cervelles.

***
- J'en ai marre d'attendre! S'exclama Yentel en entendant le dernier coup de feu, il faut que j'aille voir ce qu'il se passe.
Sarah voulut l'en dissuader mais sans succès.
La petite amie de David ouvrit doucement la porte, regarda à droite et à gauche et ne sentant plus aucun danger, elle s'avisa à rejoindre les trois garçons, cependant, à la vue de Kevin recouvert de sang et de David complètement déboussolé, elle se stoppa immédiatement. David remarqua enfin sa bien-aimée et courut à sa rencontre, à bout de souffle.
- Où est Julien ?
David baissa la tête et regarda le cadavre du monstre puis lui répondit :
- C'est la bestiole avec la tête en bouillis que tu vois à mes pieds, il s'est transformé en hunter et Kevin a dû l'éliminer.
Sur ces mots, Sarah apparut et vit le cadavre à son tour, ne voyant pas Julien, elle comprit avec désarroi que la masse informe qui gisait aux pieds de Kevin était son amour.
Kevin lui expliqua le tragédie et à la fin du récit, elle se fondit en larmes. Fabrice fit son apparition à ce moment là et comprit aussitôt. Ils la laissèrent sangloter pendant quelques minutes avant que Kevin reprenne la parole :
- Il n'y a plus aucun survivant dans ce commissariat, nous n'avons plus rien à y faire, désormais, il faut compter que sur nous.
Yentel approuva de la tête, s'approcha de son amie, et l'aida à se relever.
Celle-ci refusa.
- Laissez-moi, foutez le camp !
Tous la regardèrent. Leur vie était en jeu c'est pourquoi ils n'insistèrent pas et n'avaient plus de temps à perdre…surtout pour contempler le cadavre de leur défunt ami, que leur avait déjà bien ébranlé.
Julien, leur ami depuis l'enfance…il sera à jamais gravé dans les mémoires de ses amis présents.
Kevin ne laissa qu'une cartouche dans le fusil à pompe quand Fabrice demanda sans motivation.
- Nous repartons par le même chemin qui nous a amenés ici?
- On n’a pas le choix, lui répondit David, on ne sait pas ce qui se trouve au-delà de l'autre porte.
Kevin parvint enfin à retirer ses yeux de Julien, les yeux embués de larmes et dit:
- Attendez, je vais quand même voir ce qu'il y a derrière la porte d'où sont venus les zombies.
- Comme tu veux, mais si tu vois qu'il y a du grabuge de l'autre côté, reviens immédiatement ici pour qu'on s'en aille aussitôt.
- Je t'en donne ma parole.
Kevin, pas encore remis de ses émotions, n'aimait pas voir David dans cet état, il était très affecté par la mort de Julien et essayait de dissimuler ses émotions, mais la tristesse demeurait plus forte et sa voix tremblait. Kevin longea les murs et atteignit la porte, il plaça sa main autour de la poignée ronde de la porte et l'ouvrit lentement et le plus silencieux possible.
Il prit une grande bouffée d'air et passa sa tête dans l'autre côté de la porte.
Les lampes s'étaient sans doute cassées car il n'y avait plus aucune lumière. Tout était plongé dans le noir et le jeune homme ne parvenait pas à voir quoi que ce soit.
Ce qui n'était guère rassurant…surtout qu'il entendait divers bruits, des grattements et des reniflements au-delà des autres portes.
Il devait se rendre à l'évidence, sans arme et n'étant plus très nombreux, passer par ici n'était pas la meilleure des solutions.
Il claqua la porte et alla retrouver ses amis.
- Tu avais raison David, il ne vaut mieux pas passer par-là. Il fait tout nuit et on ne sait pas ce que nous allons rencontrer passer cette porte..
- Donc ne perdons plus de temps à bavasser pour rien, partons, suggéra Fabrice.
David ramassa le Katana de Julien et passa le sien à Kevin. Ils sortirent de la pièce et lorsqu'ils se tinrent devant l'échelle de secours, une détonation retentit. Finalement, Sarah avait opté pour la solution la plus simple…La mort.
En sortant du commissariat, à leur droite se trouvait un petit parc qu'ils décidèrent de traverser et arriver de l'autre côté, ils ouvrirent la grille qui servait de porte pour se retrouver une fois de plus dans les rues maudites de Raccoon City.