La Fic De Metalswordice

  • 67 Réponses
  • 19810 Vues

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

*

Ashura187

La Fic De Metalswordice
« Réponse #45 le: juin 29, 2004, 09:59:03 »
J'ai lu.
La suite!!

Ashura :massue:

*

MetalSwordIce

La Fic De Metalswordice
« Réponse #46 le: juin 29, 2004, 10:30:39 »
:o !
Mon chapitre rentre pas en entier?

*

Ashura187

La Fic De Metalswordice
« Réponse #47 le: juin 29, 2004, 14:06:59 »
Mets le en deux parties.

Ashura :massue:

*

cletausen

La Fic De Metalswordice
« Réponse #48 le: juin 30, 2004, 15:10:20 »
La suite la suite. :cdw2:


Cletausen :ninja:

*

MetalSwordIce

La Fic De Metalswordice
« Réponse #49 le: juillet 02, 2004, 13:07:14 »
Zombi essaie de tout mettre avant de partir en vacances stp.

*

Ashura187

La Fic De Metalswordice
« Réponse #50 le: juillet 02, 2004, 14:04:58 »
Ouais, ça serait mieux on va dire.

Ashura :massue:

*

MetalSwordIce

La Fic De Metalswordice
« Réponse #51 le: juillet 04, 2004, 14:44:54 »
Bon je prends les choses en mains(du moins je vais essayer)

*

MetalSwordIce

La Fic De Metalswordice
« Réponse #52 le: juillet 04, 2004, 15:17:04 »
voila, j'ai tout revu!
Ya ptet encore 2/3 bugs, mais je pense que c'est bon.

TEST:
------------------------------------------
*INTRO

Marc et Alex descendirent de leur voiture en souriant. Ils étaient arrivés à TshakmishCity, ville la plus proche de la célèbre Raccoon city.

Alex, un grand brun, s’étira en baillant tandis que Marc, un costaud, châtain aux yeux bleu, alla ouvrir la porte de leur appartement de location. Puis, après avoir installé toutes leur affaires, excepté certaines (notamment leurs couteaux avec chacun son nom gravé dessus), et en regardant l’heure tardive, ils décidèrent d’aller dîner a Raccoon City.
 -Je sens qu’on va passer de bonnes vacances, lançât Marc joyeux.
 -Ouais, calmes et reposantes, ajouta Alex.

 Marc démarra la voiture en faisant un burn, pendant qu'Alex grattait sa guitare en chantant.
 

*

MetalSwordIce

La Fic De Metalswordice
« Réponse #53 le: juillet 04, 2004, 15:25:01 »
MAGNIFIQUE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Ouais ca marche enfin!!!!!!!!!!!

Je remet toute ma fic!!!!!!!!!
------------------------------------
*CHAP1

-Tu chantes faux, ça nique le tympan!
-C’est parce que tu conduis comme une merde !
-Comme une merde? !
–Ouais ! Tu te la joues rallye avec tes dérapages, tes accélérations et tes pointes qui donnent la nausée. Putain mais va moins vite! En plus y’a du brouillard, fait gaffe.
-Hala la... p' tite chochotte. Je suis a peine a 180 que t'as la gerbe ?
-J’ai le mal des transports j’te rappelle... Et regarde la route, tu vas nous mettre dans un fossé.
-Pfffff. Je suis tellement un pro que je peux conduire les yeux fermés.
-Déconne pas Marc... On arrive à Raccoon dans à peine 200 mètres...
-Look gars. Tu vois, les yeux fermés.
-Arrête tes conneries, on est en ville !
-Vas rien nous arriver j’te dis. No stre ...
-ATTENTION !!!!

Trop tard. La voiture percuta la chose de plein fouet, et fini sa course dans un mur après avoir fait 4 tonneaux. Les airbags avaient sauvé la vie des 2 jeunes, mais ils étaient tout de même sonnés, car le choc était extrêmement brutal. Ils leurs fallut plusieurs minutes pour reprendre leurs esprits
-Aaaaa, gémit Alex, on a faillit crever, t’es content ? ! Toujours à faire l’intéressant...
Son ami ne dit rien. Alex demanda:
-Rien de casser gars ?
-Rien, et toi ?
 -Idem.
-Berk... t’as foutu plein de gerbe sur le pare-brise.
-J’ai pas vomi, s’indigna le brun.
-Hein? Alors c’est quoi?

Les 2 amis touchèrent la vitre, mais aucune substance ne se déposa sur leurs doigts. Le liquide foncé se trouvait en dehors. Alex se souvint alors de la forme, debout, errant sans but au milieu de la route.
Le grand, choqué, dit:
-Marc, on a shooté quelqu'un, c est du sang !
-T’en es sur ?
-Quasi certain. Faut aller voir, la personne est peut être en vie.
-Tu rigoles ? J’étais a plus de 150, aucune chance.
-On va voir quand même, allez.
Après être difficilement sortis de la caisse toute défoncée, les 2 hommes se dirigèrent vers le corps inerte qui gisait a terre. Ce qu’ils virent leur souleva le cœur, et pour une fois, ce fut le costaud qui vomit.


Le cadavre était déchiré au niveau de l’abdomen, déversant ses entrailles sur la route. Le crâne avait explosé en frappant le goudron et le cerveau (entièrement visible) baignait dans une flaque de sang grenat. Son visage était répugnant, couvert de plaies et de bleus, sa peau était extrêmement candide, tel un zombi de film horreur. Il avait les deux jambes tordues et déboîtées, le bras gauche était brisé et tranché, tenu de justesse par un mince morceau de chair. Le membre droit n’était plus relié au corps, et avait atterri sur un abri de bus proche d’ici. Partout autour, le sol était couvert de sang visqueux, de morceaux de cervelle gluants ainsi que plusieurs partie d'un peu tout le corps, comme cet oeil écrasé flottant dans un liquide jaunâtre.
Les 2 amis étaient pales, ils ne bougeaient plus. Soudain, un bruit les fit sursauter. Une poubelle venait de tomber par terre. Un homme et une femme s’approchaient lentement d’eux. Marc voulut s’expliquer :
-C est un accident, à cause du brouillard. Savez vous ou on peut trouver la police ?
Aucune réponse. Les personnes s’approchaient en boitant, la tête tombante fixant les jeunes hommes, les bras pendant mollement le long du corps.
 -Mais qu’est ce qu’ils ont ? Se demanda Alex.
–Est-ce que vous savez où est le commissariat ? Répondez ! Bon sang, je parle pourtant correctement anglais.

Subitement, la femme se jeta sur lui et tenta de lui mordre un pectoral. Marc l’évita et la mâchoire claqua violemment dans le vide. Il y eut un horrible bruit de dents brisées, et la femme chuta au sol. Ce fut l’homme qui essaya de le mordre, Marc lui repoussa la tête en arrière, mais il fut quand même agrippé aux épaules. Le jeune homme aux yeux bleus remarqua que le fou avait un visage similaire a celui du cadavre. Il avait les mains pourries et les pieds en décompositions (car ce dernier était pieds nus). Alex, pratiquant l’aïkido, prit un bras a l’assaillant effectua un shiho nage et d’un coup de pied dans le creux du genou, le mit a terre. Son pote n’eut pas le temps de le remercier qu’une main agrippa brutalement son mollet. Il se retourna et vit les dents cassées de la femme se rapprocher de sa chair. Il se dégagea et, tel un footballeur, shoota violemment la face de la folle. Sa mâchoire s’arracha et vola à 2 mètres en répandant une giclée sanguine mélangée à de la bave sur le bitume. Désormais, la zombie ne pouvait plus mordre très fort et sa langue pendait lamentablement en l’air, de la salive rougeâtre coulait par terre.

-Viens, on se tire, cria Alex.
-OK, j’arrive.
Les 2 hommes détalèrent, abandonnant les 2 zombis qui se relevèrent afin de les manger. Ces derniers émirent une longue plainte rauque, avant de perdre la trace de leurs proies.

*CHAP2

Les amis stoppèrent leur course au milieu d'un square étrangement calme. Personne aux alentours, seulement une douzaines de corbeaux.

-Pfou, haleta Marc, on a eu chaud, ces enculés voulaient nous bouffer. Et t’as vu leur tronche ? Y sont pas humains. Quand j'ai explosé la gueule à l’autre, elle a à peine gémi, elle s’est tout de suite relevée.
–J’ai vu ça. Bon, faut aller aux flics.
Alex regarda la carte de la ville sur un panneau, brisa la vitre d’un coup sec de la paume de la main, arracha le papier et dit :
«-Le commissariat est à l’Est d’ici. On prend la route principale, ensuite on passe par une rue a droite, direction le musée de l’Histoire des Armes.
-Bonne idée, en passant, on fauche des guns discretos, pour se défendre contre les fous de tout à l’heure.
-Je sais pas... Si on rencontre d’autres anthropophages, on utilise nos couteaux. Si on est vu avec des armes a feu qui nous appartiennent pas, on aura de gros ennuis.
Mouais... on avisera là-bas. En route.
Ils prirent la direction de la sortie. Les corbeaux les remarquèrent, tous regardaient sournoisement les garçons en coassant désagréablement.

-J'aime pas ça, ils nous observent bizarrement, souffla le baraque inquiet.
-Ouais...
-C’est louche, ils ont pas peur, ils s’enfuient pas quand on s’approche.
Trois corbeaux s’avancèrent en sautillant, laissant apparaître la nourriture qu’ils picoraient : à la place de vers ou de graines comme les jeunes hommes s'attendaient à voir, il y avait dans le sable une main ensanglantée, la peau en lambeaux, les ongles cassés et relevés. Nerfs, tendons et ligaments se manifestaient à l’air libre, dans une bouillie de chair et de sang.

Un frisson parcouru la totalité du corps des amis.
-Cours !hurla le grand brun paniqué.

Son pote lâcha un énorme «PUTAIN» avant de s’activer. Les corbeaux s’envolèrent presque tous en même temps, dans un grand bruit de claquement d’ailes. Ils chargèrent les hommes qui filaient vers la sortie du square. Ces derniers se firent béqueter et lacérer méchamment. Alex eut les épaules en sang et Marc chuta a terre. Le brun ne s’en rendit compte qu’un instant après, lorsque plus un seul oiseaux ne le suivaient. Il se retourna, et voyant son ami en danger, se débattre avec difficulté, ramassa les briques d un mur écroulé à proximité et les balançât sur les bêtes noires. Le châtain aux yeux bleus sortit son couteau et frappa à l’aveuglette. Deux corbeaux tombèrent. Il poussa un hurlement de rage et en abattit 5 autres. Alex, pas vraiment adroit au tir, n’en assomma qu’un seul, mais avait réussi à disperser le reste. Marc en profita pour rejoindre son ami. De nouveaux réunis, ils fuirent sur la route principale.
-Quelles merveilleuses vacances, calmes, reposantes, ironisa Marc énervé, la peau meurtrie.
-Plus calmes que ça, tu meurs.
-Au moins, c’est moins banal.
-J’aurais préféré que se soit moins original. La, c’est vraiment la mer... Putain, non !pesta Alex.

Trois zombis marchaient vers eux en gémissant. Les 2 potes se regardèrent.
 -On les feinte, je vais à droite et toi a gauche. La route est large, on risque rien, fit le brun.
-OK !


Ils contournèrent sans mal les morts vivants, trop lents, et se retrouvèrent 100 mètres plus loin, face à un horrible spectacle. 2 zombis étaient en train de dévorer un type au milieu de la route. Les garçons sortirent leurs lames et s’approchèrent. Trop près... Un zombi se jeta soudainement sur Alex qui perdit l’équilibre et lâcha son arme. Le monstre agrippait fortement sa jambe mais n’arriva pas à le mordre car il lui donnait des coups de pieds dans la tête à une cadence rapide. Marc empoigna le couteau de son pote et le planta brutalement dans la nuque du zombi. Il ressortit de l’autre coté en déversant du sang en grande quantité les baskets d’Alex. Le zombi bougeait encore. Marc l’acheva en lui enfonçant sa propre arme dans le crâne. Le second ennemi s’était relevé et l’agrippa dans le dos et planta ses dents dans son épaule. Marc hurla, puis, pour se dégager, se pencha en avant et envoya un puissant coup de coude à son agresseur, ce qui le fit lâcher son étreinte sans pour autant le faire souffrir. «ENFOIRE» cria Marc en lui écrasant son poing dans la gueule. 2 dents se brisèrent. Il abattit son pied sur le torse du monstre qui tomba sur le goudron. Il ne vit pas le cadavre du dévoré se réanimé et s’avancer derrière lui.
Cependant, le zombi n’eut pas le temps de le toucher. Alex, armé des 2 couteaux, trancha les 2 carotides de son cou avant de le coucher avec un coup sec de la paume de la main entre les omoplates. 2 mini geysers se formèrent de chaque coté du cou du zombi, éclaboussant la route ainsi que le dos de Marc. «Berk... » Fit ce dernier. Ils s’enfuirent à nouveau pour éviter de se faire manger par les survivants.

Un peu plus tard, ils arrivèrent devant le musée de l Histoire des Armes, et ils y entrèrent.
 

*

MetalSwordIce

La Fic De Metalswordice
« Réponse #54 le: juillet 04, 2004, 15:25:55 »
*CHAP3

L’accueil était désert. Tout était renversé et retourné. Une écœurante odeur de fumée mélangée a celle de chair pourrie était perceptible. Ils se dirigèrent vers les salles d’expositions. Là, l’odeur était plus forte. Dans une des pièces, Alex s’empara d’un katana traditionnel, souple et tranchant comme un rasoir, et d’un wakisashi de bonne qualité également. Marc lui, s’équipa d un 9mm, d’un magnum et d’un fusil a pompe dans la salle d après, celle des armes du 20e siècle. Il lança un 9mm et un AK à son pote.

Lorsqu’il pénétrèrent la salle d’après, ils virent au sol, 5 cadavres affreusement mutilés : 2 n’avaient plus de tête, le bras droit manquait à un corps et les derniers avaient les jambes coupées au niveau des genoux. Les murs et le sol étaient couvert de membres, de têtes, de tripes, de sang et divers organes, plus des armes à feu et plusieurs douilles. Les amis avancèrent prudemment dans le couloir suivant, avec des fenêtres sur le mur droit. On pouvait observer une longue traînée de sang sur le mur gauche. Cette marque montait au plafond, puis disparaissait dans l’angle du couloir. Les jeunes hommes avalèrent leur salive et s’y engagèrent. La trace s’arrêtait juste avant une porte en bois entrouverte, et pile en dessous, se trouvait le cadavre d’un enfant déchiqueté dans une marre de sang.

Marc braqua le canon de son fusil vers l’avant et approcha lentement la porte. Alex tira son wakisashi et attendit. Marc tendit sa jambe pour pousser la porte. Mais il n eu pas le temps de l’atteindre. La fenêtre la plus proche explosa dans une pluie de verre avec un grand bruit. Avec, une chose rouge, la peau en lambeaux sauta sur le garçon et l’écrasa contre le mur. Le costaud eu le souffle coupé mais appuya sur la détente de son arme. Un lamentable «clic» se fit entendre, elle était vide. «MERDE»gueula Marc. Il envoya la crosse de son fusil contre la tête de la bête qui encaissa sans broncher. Cette dernière bondit sur sa cible, mais celle ci la basculer par-dessus avec ses pieds. Le monstre atterrit auprès de ceux d’Alex. Celui ci abattit sa lame sur la chose. Mais elle esquiva et ses griffes sifflèrent dans l’air, balafrant le visage du brun qui s était reculé. Elle émit un cri strident et une langue de plus de 2 mètres jaillit de sa gueule à une vitesse impressionnante dans la même direction. Alex fit un pas de coté et trancha l’appendice violet et visqueux par un vif mouvement circulaire. Mais le wakisashi se brisa contre le mur de l’étroit couloir. La bête cria et se jeta sur le grand qui se baissa et remarqua à son tour que ses armes a feu n’étaient pas chargées.

-Par ici, grouille, lança son pote.
Alex courut et plongea en avant pour passer la porte que Marc referma aussitôt. Ils se rendirent à la réserve pour récupérer des munitions. Là, ils n’eurent le temps d’en prendre que très peu, parce que la bête rouge avait défoncé les 2 portes qui la séparaient de ses proies. La chose bondit à nouveau mais elle fut stoppée net par une balle de magnum que Marc lui mis dans le cerveau (visible). Un mélange de liquides s’écrasa avec un sale bruit contre un mur. Les 2 amis laissèrent le monstre agoniser et sortirent rapidement du musée. Ils s’arrêtèrent un peu plus loin, pour souffler et faire le comte des munitions :1 chargeur de magnum; 8 chargeurs de 9mm; 15 cartouches de fusil a pompe; 2 chargeurs de fusil d’assaut.

-On a plus de chance de survivre avec ça, dit Marc soulagé.
-Sans bouffe par contre, on va pas aller loin.
-C’est sur, je commence a avoir faim.
-Sur la carte, y’a une épicerie sur la route qui mène aux flics, on fera un arrêt.
-Bon, let go.

Et les 2 potes reprirent leur route.

*CHAP4

La route qui les menait à la police était totalement différente de la précédente: des carcasses de véhicules calcinés gisaient un peu partout. Des détritus, des bouts d’objets rouillés et des cadavres étaient dispersés par ci par là. Les jeunes hommes continuèrent d’avancer, ils parvinrent à l’épicerie qu’ils recherchaient.

Alex explosa la vitrine avec la crosse de son AK et pénétra à l’intérieur suivit de son ami. Ils remplirent des sachets d’aliments et de boissons qui avaient l’air intact et ressortirent dehors. Les sacs plastiques étaient encombrants et Ils allèrent chercher des sacs à dos solides dans un magasin proche de là. Ils se dirigèrent sans plus tarder vers leur objectif. Durant le trajet, ils entendirent à plusieurs reprises des cris lointains très inquiétants. Après un moment de marche, ils constatèrent avec déception que la route était coupée par un immense carambolage de voitures et camions en feu.

-Raaa merde, grogna Alex avec énervement.
-On fait quoi ? Mieux vaut se tirer d’ici j’dis, et rentrer en France. La ville doit être comme ça partout, le commissariat aussi.
-T' as raison, on se casse d’ici, je veux pas crever si jeune.

Ils rebroussèrent chemin. Les cris se firent à nouveau entendre, beaucoup plus proches. Les amis, inquiets, jetaient des regards peu rassurés sur les bâtiments des alentours. Un autre cri, humain cette fois, leur vint du haut d’un petit immeuble délabré. Une tête suivit la même trajectoire et roula jusqu aux pieds des 2 jeunes hommes qui se reculèrent et sortirent leurs armes, prêt à faire feu. Une bestiole verte foncée, à l’allure de reptile, atterrit sur la route en hurlant.

Marc tira et rata sa cible qui avait bondit à une vitesse hallucinante sur le coté. Elle était accrochée d’un bras à une barre métallique d’un escalier de secours qui montait en haut de l’immeuble, comme un singe le faisait avec une branche d’arbre. La bête évita une nouvelle pluie de chevrotine et s’avança lentement vers ses proies.
-Vas-y au fusil d’assaut, cette merde est trop rapide pour mon fusil.
-D' ac'.


Alex pointa son arme vers la bête et appuya sur la gâchette. Il vida une partie de ses balles sur la chose qui évita les premières et qui résista a plus de 15 balles avant de rendre l’âme. Deux autres créatures vertes apparurent à leur tour. Les 2 potes se retirèrent vers le cul de sac. Ils furent rapidement rejoints par leurs poursuivants hyper-rapides. Des flammes de l’accident, surgirent 2 chiens qui attaquèrent les jeunes hommes coincés. Ceux ci déposèrent leurs sacs et se préparèrent. Marc perdit son sang froid et s’énerva. Il tira dans le tas. Une déflagration coucha un chien sans le tuer. Il rechargea, faisant voler une douille fumante qui tomba sur un journal qui était par terre, et l’enflamma. Alex lui se concentra et fini son chargeur contre un des singes à griffes. Il voulut recharger, mais la bête lui fit sauter son fusil dans le brasier. Le brun fit une roulade arrière pour éviter une griffe et sorti son katana qu’il abattit de toutes ses forces dans le dos de son agresseur ce qui mit fin à ses jours. Des aboiements de plus en plus proches lui parvint de derrière. Il plongea en avant en pivotant et dégaina son gun. Le chien qui avait sauté se prit une balle en plein vol et se retrouva à terre. Alex se redressa et l’acheva avec 4 autres balles. Marc avait éclaté la tête de l’autre quadrupede.
Seul restait un singe tueur, mais celui ci était plus impressionnant que les autres. Il avait une musculature très développée et des griffes plus longues et plus effilées que ses compatriotes décédés. Alex fit mine de le charger, et la bête lui sauta dessus. Le grand brun se remit à courir en avant et évita de se faire décapiter. Marc procéda pareil et se retourna pour tira une cartouche à la bête qui s’effondra blessée. Après avoir récupéré-leurs affaires, les 2 amis s’enfuirent par l’escalier le plus vite possible. Ils firent une pause au sommet pour souffler. Des bruits de chocs métalliques leur indiquaient qu’ils étaient suivis. Le monstre était un excellent chasseur et il grimpait rapidement l’escalier.

«-J’en ai marre, dit Marc exaspéré en sortant son magnum. » Le chasseur fit un bond énorme et atterrit juste devant le canon du magnum qui cracha son contenu meurtrier dans son torse. Elle chancela vers le bord en répandant une répugnante bouillie pourpre sur le toit. Alex la fit basculer en arrière avec son pied, mais elle donna un dernier coup de griffe au mollet du brun qui grimaça de douleur.
_Ca va Alex ? Demanda Marc avec inquiétude.
-C’est rien, t’inquiète...

Le costaud aida son ami à se relever et ils observèrent la carte.
-Bon, pour quitter cette maudite ville, le plus rapide est de se rendre jusqu’au laboratoire pharmaceutique d’Umbrella par les toits, puis descendre en bas par l’intérieur. Ensuite, on prend la route devant, on retourne à TshakmishCity, puis chez nous.
Ca marche, en plus on soignera nos blessures chez Umbrella, ajouta le châtain aux yeux bleus.

Ils grignotèrent et se désaltérèrent avant de se remettre en route.
 

*

MetalSwordIce

La Fic De Metalswordice
« Réponse #55 le: juillet 04, 2004, 15:26:44 »
*CHAP5

Les 2 potes sautaient facilement de toits en toits, car ceux ci étaient très peu espacés. Du haut des immeubles, ils contemplèrent le chaos qui s’était installé à Raccoon City. Le brouillard s’était dissipé, et la lune, à demi pleine, éclairait la ville au milieu d’un ciel noir. Les rues étaient peuplées de zombis, et tout était détruit et embrasé. Le sol était jonché de corps et des véhicules étaient encastrés dans d’autres. Le vent leur amenait un concert de gémissement, accompagné de coassements, de jappement et de cris aigus.

-Tu crois qu’on est les seuls survivants ?
-J’en sais rien, répondit Marc.
-Regardes, c’est terrible...
-Ouais, mais bon, faut y aller, je veux pas dormir dans cette maudite ville.

Ils continuèrent à avancer. Ils arrivèrent bientôt devant un bâtiment qui était plus éloigné que les autres. Alex franchit sans mal la distance entre les 2 immeubles, mais Marc n’était pas sur d’y arriver.
-Putain c est loin, remarqua t- il.
-Prends plus d élan. Envoi moi tes affaires avant.
-Attrape, dit Marc en lui envoyant son modeste équipement.

Marc recula, et courut le plus vite qu’il pu avant de bondir. Il se réceptionna sur les coudes, ses jambes pendant au-dessus du vide. Son ami se baissa pour l’aider, mais Marc fut soudainement happé en arrière. Il eu juste le temps d’agripper la main du grand brun.
Il regarda en bas et une hideuse créature, muni de 6 pattes qui l’attirait vers elle. Elle serrait si fort les jambes du châtain, qu’elles faillirent se fracturer. Marc serra les dents et s’accrochait le plus fort possible à son ami. Ce dernier avait calé ses pieds contre un projecteur et tenait bon. Marc cru qu’il allait se déchirer en deux. Il tira son magnum d’une main et visa la chose. Il reçut un jet de venin sur le bras et lâcha son arme qui tomba. Il fit de même avec son 9mm et alluma rapidement le monstre. La chose lâcha prise et s’en alla rejoindre le magnum contre le béton en bas.

Alex remonta son pote et lui demanda:
«-Ca va?
-Cette merde m’a cramé les bras et elle a faillit me peter les jambes.

Le brun versa une bouteille d’eau sur le bras douloureux de son ami pour atténuer la souffrance. Ensuite ils descendirent à un escalier de secours de l’autre coté de l’immeuble, situé en face du labo d'Umbrella. Arrivés en face d’une fenêtre de ce dernier, ils explosèrent la vitre au fusil et pénétrèrent la structure. Ils avaient atterrit dans une grande chambre de culture de plantes médicales, remplie de fleurs multicolores rangées par différentes catégories. Après avoir lu un rapport sur leur utilisations, ils soulagèrent leurs blessures le mieux qu’ils purent et remplir 2 sacoches de ces herbes. Ils sortirent par la porte et commencèrent la «visite» du labo.

*CHAP6


Un long couloir gris, faiblement éclairé par des néons verts, s’offrit à eux. Sur le carrelage blanc, des bêtes semblables à celle du musée, étaient mortes dans un ruisseau de sang, le leur, mélangé à celui de scientifiques en blouses blanches et à celui de militaires, vêtu de combinaisons marron, de gilets par-balles de même couleur et de masques à gaz sombres. Les cadavres humains portaient tous un sigle sur l’épaule: Un parapluie rouge et blanc vu de dessus. Les nombreuses douilles, les plaques métalliques du plafond effondré, la posture des morts témoignaient de la violence de l’affrontement. Les 2 amis ramassèrent un MP5 utilisable et des munitions, puis continuèrent leur chemin vers l’ascenseur qu’ils appelèrent en appuyant sur un bouton vert fluo. Celui ci arriva, prouvant qu’il y avait encore l'électricité.

L’intérieur, blanc à l’origine, était repeint par des éclaboussures de sang. Un bras ensanglanté, le bout de l’os du coude se manifestant à travers les fibres musculaires déchiquetées, était agrippé au rebord du plafond ouvert, comme si le propriétaire de ce membre avait cherché à fuir par le haut avant d’être découpé.

Ils descendirent à l’étage inférieur pour commencer, dans l’espoir de trouver des soins plus efficaces. Les portes s’ouvrir sur un spectacle identique à l’étage du dessus, seul différence, du couloir leur venait un bruit de griffes cognant le sol, laissant penser qu’il y avait des survivants. En effet, en penchant la tête hors de l’ascenseur, ils virent 2 monstres à la peau bleue, avec une énorme gueule, ou un enfant de 10 ans rentrait entièrement, et de grosses griffes acérées au bout de gros doigts palmés. Ceux-ci remarquèrent les jeunes hommes et coururent vers eux dans l’intention de les dévorer. Marc tira son pote dans l’ascenseur et appuya sur le bouton de l’étage du bas. Une grenouille bleue voulut frapper les garçons, mais elle coinçât sa patte droite entre les portes. Marc tapota comme un dingue le bouton en jurant afin que l’ascenseur se ferme et descende.
 _Bordel tu va descendre, lâcha t-il en s’acharnant sur la touche.  L’ascenseur finit par s’exécuter, ce qui arracha le membre griffu du monstre bleu qui hurla de douleur. Le bras tomba mollement sur les pieds d’Alex et rajouta quelques couches de rouge sur les murs de l’appareil.

-On s'en sortira jamais, soupira t-il l'air abattu, en se laissant glisser contre un mur, salissant son jogging gris/argenté.
-On a tenu jusqu'ici, on va pas abandonner maintenant. Putain allez bouge toi !
-Ouais, t'as raison, on va sortir vivant de cette putain de ville à la con, dit Alex en se redressant.

 L’ascenseur s’arrêta ce qui fit taire les 2 amis. Cette fois, tout était propre et ordonné. Il y avait un inquiétant silence, et ils marchèrent prudemment.
-J’aime pas ça, fit Marc peu rassuré.

Ils entrèrent dans une salle de repos bordelier, ou était allongé le corps d’un chercheur d’Umbrella. Il avait la gorge ouverte, et le visage couvert de trace de griffes, des griffes de très petites tailles comparées à celles des chasseurs. Marc fouilla la pièce vite fait et aperçu un chat roux, immobile sur un fauteuil en velours. Le félin était de dos et il l’appela avec une petite voix: «-Minou minou !» L’animal grogna et se tourna vers le costaud. Il lui manquait une oreille, un oeil pendait sur le coté, retenu par des nerfs et des vaisseaux sanguins. Son thorax était ouvert, et on pouvait compter ses cotes, dont 2 étaient cassées.

Il feula, puis bondit sur Marc qui recula surpris. Le matou s’agrippa à sa jambe et la mordit sauvagement. Alex ne pouvait rien tenter sans risque de blesser son ami. Le châtain cria et pris la bête à 2 mains pour la balancer contre un mur. Mais celle-ci était enragée et revint à la charge pour lui déchirer le mollet avec ses griffes et ses crocs. Marc prit le chat-zombi par le cou et l’envoya de toutes ses forces contre une fenêtre qui explosa sous le choc dans une nuée de débris de verre. La bête s’écrasa sur le goudron et ne se releva plus.
Ensuite, Marc s’assit sur le fauteuil, déchira sa manche avec son couteau et se fit un bandage tout en mastiquant un mélange d’herbes rouges et vertes.

-Sa mère, dit-il en grimaçant, cette saloperie m’a charcuté la jambe.
-Tu peux marcher?
-Oui sûrement. (Il tenta de se mettre debout, et se rassit aussitôt) Aie... Attends, je suis crevé, j'ai trop mal faut que je me repose un moment avant de repartir.
-D'ac'. Je vais fouiller les autres pièces en attendant, si tu a besoin d'aide, gueule bien fort.
-OK.

Le brun se leva et sorti de la salle de repos. Dans le couloir, 3 portes étaient fermées. Il en trouva une ouverte et y pénétra. C’était un endroit peu grand, avec des murs gris, des étagères en bois sur les bords et une table ronde renversée au milieu. Il trouva plusieurs documents intéressants qu’il lit avec attention. Il comprit alors la situation:
L'implantation du conglomérat Umbrella, fabricant de produits pharmaceutiques, à Raccoon City, ville américaine du Midwest, s'est accompagné d' un véritable essor économique et de la création de nouveaux emplois. Mais à la fin du mois de juillet de nombreuses disparitions sont signalées et la présence de monstres à l'allure canine commence à inquiéter la population. Le corps atrocement mutilé d'une touriste est repêché dans la rivière. La police spéciale de Raccoon est envoyée dans la foret voisine afin de sauver d’autres randonneurs en péril. Là, elle découvre un manoir inconnu et les membres des STARS sont contraint de s' y réfugié après une attaques des chiens. Les survivants découvrent qu’Umbrella est derrière tout ça, mais personne ne les croit, ou personne n’ose protester contre le premier employeur de la région et également le plus puissant. Résultat, un autre accident survient dans le labo qui a été déplacé à Raccoon même, la ville est contaminée et c'est le chaos total.

Alex, récupéra 2 sprays soignant et un anti-virus qu’il observa longtemps. Une détonation le sortit de ses pensées et il fila rejoindre son ami.
-Qu’est- ce qu’y se passe, demanda t-il en ouvrant la porte.
-Je me suis assoupi, et si ce crétin de zombi n’avait pas renversé ce vase, je ne serais plus là pour te le dire, répondit Marc en désignant du canon de son arme le chercheur mort criblé de chevrotine. Merde, plus de cartouche, ajouta t-il.
Il jeta son fusil sur le mort en jurant. Alex pulvérisa le contenu d’un spray sur les blessures de son ami après avoir retiré les bandages trempés de sang. Les plaies cicatrisèrent presque aussitôt. Ils se ravitaillèrent, puis se dirigèrent de nouveau vers l’ascenseur. Lorsque Marc mit un pied dedans, il le retira de suite car du plafond ouvert, tomba 5 sangsues verdâtres de la taille d'un cobra. Celle-ci se jetèrent sur les amis et enfoncèrent leurs dents dans leur chair pour les vider de leur sang. Les garçons les retirèrent et les écrabouillèrent, formant 5 tas de bouillie hideuse. D'autres vinrent remplacer les mortes et il semblait aux jeunes hommes que leur nombre était infini.

-C'est inutile, on se tire par les escaliers, viens, dit Alex. Ils les dévalèrent précipitamment, semant les vers, et atteignirent le rez-de-chaussée.

 

*

MetalSwordIce

La Fic De Metalswordice
« Réponse #56 le: juillet 04, 2004, 15:27:39 »
*CHAP7

Et là, surprise. La porte du hall d’entrée était bloquée avec des gros meubles en bois et en acier. Un peu à l’arrière, se dressait une barricade de fortune, qui protégeait une vingtaine de survivants, tous à la solde d’Umbrella. Marc voulut leur parler mais son pote l’en dissuada en lui expliquant que c’était Umbrella le responsable de tout ça. Les 2 potes observèrent la salle pour trouver une issue permettant de s’échapper sans se faire repérer par les militaires et les scientifiques armés.

-Là- bas au fond, remarqua Marc en montrant du doigt une porte entrouverte.
-'va falloir sprinter. T’es prêt ?
Marc sortit son gun en hochant de la tête. Alex vérifia que son MP5 était chargé. Ils abandonnèrent leurs sacs, comptèrent jusqu’à 5 et s’élancèrent vers la sortie.

Surpris, les hommes armés ne réagirent pas tout de suite. Après quelques secondes, un commando hurla «FIRE» et une rafale de balles se figea dans la porte en métal que Alex claqua. Mais une balle eu le temps de passer et érafla l’épaule du grand brun qui s’effondra dans la poussière. Il se releva péniblement et calla un distributeur de boissons contre la porte. Il remarqua alors qu'ils se trouvaient dans un parking couvert ou étaient garés les véhicules des employés d'Umbrella entre de larges piliers de marbres. Le parking rejoignait directement la route qu'ils cherchaient. Marc trouva une Toyota Supra "Némésis" 4 places, à la carrosserie orange métallisée, parmi les voitures présentes. Une porte était ouverte, et il vit à l'intérieur un berger allemand zombi en train de manger le propriétaire de la voiture qui avait essayé de s'enfuir. Il attira le chien hors de la bagnole, visa bien et envoya 7 balles dans la bête qui couina à chaque impact avant de se taire définitivement. Il sortit ensuite le cadavre humain de la voiture et constata avec joie qu’il avait les clefs dans ses mains. Il s'installa au volant pendant qu'Alex, qui l'avait rejoint en se tenant l’épaule, se positionna sur la banquette arrière. Les militaires d'Umbrella défoncèrent au même moment la porte en renversant le distributeur. Ils coururent jusqu'à leurs jeeps blindées dans le but de stopper les 2 garçons. Alex brisa la vitre arrière avec la cross de son MP5, se préparant à faire feu. Marc tata sous son siège et trouva un uzi, muni d'un chargeur 50 balles, plein.

-Yes! Bon accroche toi gars, ça va secouer, fit-il avec un sourire aux lèvres.
 Il fit ronronner le moteur V12 de la Toyota et fumer les pneus qui couinaient sur le bitume. Cela faisait un tel boucan, qu'Alex du se boucher les oreilles. La caisse partit en burn, laissant sur place les forces d’Umbrella.
«-Yahou, cria Marc hystérique, trop de la bombe cette caisse ! HA HA HAAA !
 Alex n'était pas vraiment content car il n'aimait rouler vite, mais là, ils étaient obligés donc il ne se plaint pas.

«-On est suivit Marc, prévint-il, les commandos nous rattrapent.
-Raaaaaa, leurs jeeps n'ont pas une bonne accélération mais leur vitesse de pointe est sûrement supérieure à celle de notre bagnole. Allume-les, je vais faire en sorte de les semer. Passe-moi la carte, que je regarde ou aller.

Alex lui tendit, puis se mit en position de tir. Les 2 jeeps noires les rattrapaient petit à petit sur la ligne droite. Alors quelles n'étaient plus qu'à quelques mètres derrière eux, Marc braqua soudainement sur la gauche, ce qui surpris Alex en plus des poursuivants qui filèrent tout droit et durent freiner brutalement pour les rattraper. La Toyota dérapa sur plusieurs mètres avant que le pilote ne la remette dans la bonne direction. Marc rabaissa le frein à main et appuya de nouveau sur l'accélérateur. Son pote était très secoué et il avait du mal à viser les ennemis. Ceux-ci les rattrapèrent et commencèrent à les mitrailler. Alex se baissa derrière les sièges, puis riposta en balançant une rafale de balles qui ricochèrent sur la carrosserie blindée des jeeps, en faisant un bruit métallique. Marc devait être très vigilant, parce qu'en plus des carcasses de véhicules en flammes disposées partout sur la route, il devait slalomer entre des zombis et autres monstres qui se trouvaient en plein milieu. Il renversa un zombi qui fini broyé sous les pneus des jeeps ennemis. Le grand brun vida son premier chargeur qu'il éjecta et remplaça rapidement par un autre, puis tira une nouvelle fois sur les poursuivants. Cette fois, il réussi à crever un pneu à une jeep qui les dépassa, le chauffeur perdit le contrôle du véhicule et zigzagua dangereusement de tous les cotés avant de percuter de plein fouet un château d'eau qui s'écrase juste derrière la voiture des 2 potes, écrasant la seconde jeep qui ne pu freiner à temps. Marc fit 5 tonneaux sur l’eau et réussit à repartir droit.

-On les a eus, cria Alex.
-Yeah!

Il s'engagea à fond dans une petite allée, les rétroviseurs se plièrent contre les murs en faisant des étincelles. Les 2 amis arrivèrent au fond de l'allée qui était en fait une impasse, remplie de zombis qui les remarquèrent et s'avancèrent vers eux. Une nuée de pigeons-zombis gris et blancs profita de l'arrêt du véhicule pour s'engouffrer dans celui-ci par les vitres cassées. Les oiseaux lacérèrent avec leurs pattes et leurs becs les garçons qui gesticulaient dans tous les sens pour se protéger. A l'aide de son couteau, Marc se débarrassa de ses assaillants et repartit en marche arrière, ce qui décrocha les rétros. Alex réussit à faire sortir les derniers pigeons par les fenêtres et regarda derrière. Il aperçu une horde de zombis qui les avait prit au pièges s’avançant les bras tendu vers leur proies.
-Recule à fond, y’a pleins de zombis, hurla t-il.
–Chuis à fond, tire dans le tas !
Le brun s'exécuta et alluma les morts-vivants, qui tressautèrent sous la pluie de balles. Marc lui tirait sur ceux de devant qui essayaient de grimper sur le capot. La voiture passa par-dessus les zombis qui étaient tombés et repoussa les autres. Certains entrèrent par la vitre arrière et tentèrent de mangé Alex qui les repoussa avec ses pieds et son MP5.Le dernier zombi chuta en arrière en emportant avec lui le pistolet-mitrailleur.
_Et merdeee, lâcha le grand brun.
Marc fit un virage à 90° et redémarra en trombe. Suivant le plan, il tourna à droite, puis à gauche et retrouva la route principale, elle aussi bourrée de monstres et de véhicules défoncés. Il braqua subitement à droite pour éviter une voiture qu’il vit au dernier moment, mais shoota un zombi qui se trouvait sur leur trajectoire. L’immonde mutant traversa le pare-brise et se retrouva sur le siège passager avant. Il tendit ses bras vers Marc qui de peur s’aplatit contre sa portière sans regarder devant. La Toyota décolla sur le bord de la route et atterrit au milieu d’un champ, le costaud essaya de remettre la caisse droite, car les pneus avaient perdu toute adhérence sur l’herbe humide. Le mort-vivant était la femme à qui Marc avait éclaté la mâchoire. Alex lui tira la tête contre le siège et lui trancha la jugulaire mettant fin à ses jours.
_Putain on va se tuer, hurlât-il pour couvrir le bruit du moteur.


Mais Marc était un pilote hors pair et réussi à rejoindre la route. Il repartit à toutes pompes en direction d’un pont. Alex entendit un bruit dans le ciel et sortit sa tête dehors. Il aperçut un hélicoptère d' Umbrella qui les suivait.
_Merde, y sont vraiment collants, accélère, dit-il.
Marc ne se le fit pas dire 2 fois. Mais l’hélicoptère tira une roquette devant eux, et elle pulvérisa la route déjà dévastée, faisant un énorme trou dans le goudron.
_Bordel, lâcha Marc surprit.
 Il aperçu sur le coté du trou, des grosses barres en métal, en feu, menant après l’orifice. Il mit les gaz et la voiture glissa sur les barres à travers le rideau de flammes en faisant de grandes étincelles. Puis Marc ré accéléra. L' hélico tira une rafale de balles sur la voiture, perforant la toiture et crevant le réservoir d’essence.
_Le pont est juste devant, on va arriver à Tshakmish
_L' en**** nous a touché au réservoir, on a bientôt plus d’essence.
_Accélère, faut passer le pont !
L’essence gouttait sous la voiture laissant une longue traînée sur la route. Marc avait les yeux qui pleuraient à cause de l’air qui rentrait par l’avant. Il roulait de droite à gauche mais il serra les dents et passa le pont à 316km/h. L' hélico qui le suivait de prêt n’eu pas le temps d’éviter le pont et s' y explosa. La caisse s’arrêta 800 mètres plus loin, à cours d’essence.

Les 2 amis, secoués et meurtris, soufflèrent un long instant avant de se remettre en route.

 

*

MetalSwordIce

La Fic De Metalswordice
« Réponse #57 le: juillet 04, 2004, 15:29:01 »
*CHAP8
   Ils marchèrent avec difficulté sur la route, ils étaient blessés, fatigués, courbaturés. Ils ne savaient pas comment ils allaient rentrer en France, ils n’avaient qu’une idée en tête : fuir le plus loin possible de Racoon.
Les 2 potes rencontrèrent une grosse barricade qui bloquait la route entière, ainsi qu’un camion militaire d’ Umbrella, stopper devant. Un panneau indiquait que cette route menait à Tshakmish City, cela les motiva.
 -J’vais fouiller le camion, prévint Marc, essaye de trouver une issue.
 Alex hocha de la tête et s’activa. L’obstacle était infranchissable : impossible à escalader, a détruire, et aucune petite issue.
 « -hé Allez…On peut même pas la contourner. A moins que… »
Il posa son regard sur la foret en surplomb. Il leur suffisaient de grimper contre le long grillage qui descendait jusqu’ à la route, et qui servait à retenir les éboulements de roche. Puis ils marcheraient à la lisière des bois pour redescendre ensuite de l’autre coté de la barricade.
Il courut prévenir Marc. Celui-ci était agenouillé au-dessus du corps criblé de balles d’un scientifique d’Umbrella. Il lisait un papier et tenait un objet dans sa main gauche. Alex l’appela et le costaud fourra précipitamment son larcin dans ses poches de son jean déchiré.
-T’ as trouvé un passage, demanda t-il avec un air étrange.
-Ouais, ya une solution pour passer cette barricade.
-Ok, qu’est ce qu’on attend alors, dit Marc en se levant

 -Qu’ est ce qu’il a…, se demanda son ami.
   
Le jour n’allait pas tarder à se lever, mais il faisait très sombre sous les branchages des arbres épais. Tout était calme, seul le vent se faufilant dans les branches d’arbres, grands et magnifiques, même si le peu de lumière présent leur donnait un air un peu terrifiant, se faisait entendre.
Durant l’escalade, les 2 amis s’égratignèrent les mains et manquèrent de chuter en bas à maintes reprises.
Alex passa avec facilité le grillage, qui était relativement souple. Il arriva dans l’herbe humide, sortit son gun et scruta les alentours. Marc, lui était presque en haut quand le grillage plia sous son poids. Le châtain dégringola en arrière et glissa le long de la pente sur 3 mètres. Il réussi a se rattraper in extremis à un gros rocher, mais perdit son pistolet en bas. Il remonta avec peine et essuya ses bras ensanglantés sur son T-shirt, laissant une grosse trace rouge.
-Putain ! J’ai eu chaud…
-Rien de casser gars ?
-Ho merde! Je peux encore parler, je peux encore marcher, c’est pas grave. Allez on continue, s’emporta Marc.
-Hé calmos… Je pose une question c’est tout…
-Hé ba évite d’en poser trop…
   Marc lui tendit ses 2 derniers chargeurs de 9mm et se remis en route. Son pote était très surpris, il n’avait jamais vu son ami dans un tel état. Il rangea les chargeurs et le suivit, perplexe.
La descente du grillage de l’autre coté de la barricade se fit sans problèmes. Les 2 garçons suivirent à nouveau la route sur quelques kilomètres. D’un buisson situé sur le coté gauche de la route, 1 gros renard surgit devant eux les faisant sursauter. Il leur sauta dessus et Alex évita sa morsure en lui envoya la cross de son 9mm dans sa gueule.
-Putain, jura le grand brun.
Il mis en joue l’animal et le coucha sur le sol en lui déversant quelques balles dans le corps, faisant de grosses taches rouge dans son pelage roux. Le renard zombi tressauta  puis cessa de bouger. Les 2 amis attendirent un moment et continuèrent leur chemin en serrant leurs armes dans leurs mains.

Au bout d’une demi-heure de marche, un panneau leur indiqua qu’ils entreraient dans Tshakmish City dans 2 kilomètres. Mais ils n’eurent pas besoin d’atteindre la ville. Sur leur droite, derrière une haie d’arbustes, ils distinguèrent un grand bâtiment avec un héliport sur la terre ferme.
 -Cool, regarde, s’écria Marc.
-Yes, c’est notre chance allons y !
Les 2 potes se mirent à courir vers le bâtiment qui était  le QG d’une radio locale. Ils arrivèrent devant l’hélicoptère posé et s’aperçurent avec joie que celui-ci était ouvert. Mais leur joie fut de courte durée lorsqu’ils se rendirent compte qu’il n’y avait pas les clefs permettant de démarrer l’appareil.
 -Elles sont sûrement à l’intérieur  du bâtiment.
-Ouais allons y.
Ils pénétrèrent la maison de radio et inspectèrent les lieux. Ils ne trouvèrent rien au RDC.
En montant à l’étage, ils entendirent un bruit suspect dans une des pièces. Ils s’échangèrent quelques signes de la main et de la tête et entrèrent brusquement dans cette pièce. Un homme, grand, les cheveux noisettes et frisés, vêtu d’un jean large et d’une chemise rouge et noire, se trouvait dans cette salle armée d’une hache de pompier. A ses pieds se trouvait le cadavre d’un zombi décapité.
Il était très surpris et demanda  avec inquiétude :
 -Qui etes vous ?
-Du calme, on est des survivants de Racoon city, on cherche pas la bagarre, juste à fuir le plus loin possible de cet endroit, commença Alex.
-Ouais, si t’es dans le même cas que nous, joins-toi a nous, ça sera plus facile à 3.
-ok, Je vous suis si vous arrivez a me faire quittez cette région maudite, dit le gars en se calmant, au fait, moi c’est Chris et vous ?
-Alex
-Marc
-ok
  Ces derniers proposèrent à Chris de les aider à chercher la clef qui devait se trouver dans ce bâtiment et qui leur permettraient de quitter ce coin dangereux. Il accepta et ils finirent par trouver les clefs dans les mains d’un homme qui avait sûrement tenté de fuir avant de se faire dévorer par un zombi. Zombi qui se trouvait a coté, le dos pleins de marques de coup de haches, prouvant que c’était leur nouveau compagnon qui avait tuer ce mort-vivant.
  Le sol se mis violement a trembler faisant s’écrouler une partie du toit et des murs de cette bâtisse.
  -On dégage vite les gars, on va crever !
Marc avait hurlé ça en tirant Alex par la manche. Les 3 garçons sortirent de justesse dehors. Ils soufflèrent un peu, puis en regardant devant eux, aperçurent une horde de zombis s’approcher lentement vers eux. Une trentaine environ. L’hélicoptère se trouvait derrière eux.
 -Merde…
- On n’a pas le choix les gars…
-malheureusement, soupira Chris.
    Il leva sa hache pendant que Alex et Marc commencèrent à viser leurs ennemis. Des flammes sortirent du canons des armes des ces derniers. Les douilles fumantes tombaient sur le sol en ricochant. Les balles s’enfonçaient profondément dans la peau en décompositions des zombis. Sans pour autant les tuer. Alex remplaça son chargeur vide et tua un assaillant d’une balle dans la tête. Marc faisait des va et viens de droite à gauche en tirant avec son uzi. 2 autres tombèrent à terre. Il épuisa ses munitions et balança son arme vide dans le tas avant de tirer son couteau. Il se plaça à coté de Chris. Une fois les zombis suffisamment près, ils chargèrent au corps à corps. Alex les soutenait avec son 9mm.
 Des têtes volaient, des membres de détachaient, des lambeaux de peaux tombaient, des flots de sang giclaient, des morceaux de cerveaux et divers organes tombaient. Une véritable boucherie. Marc se fit mordre au bras droit, il hurla de douleur. Alex descendit son agresseur, usant ainsi sa dernière balle. Marc continua de se battre mares la douleur. Chris fauchait avec son arme tous les zombi qui s’approchait trop près de lui. Le katana d’Alex vint le soutenir. Tout était rouge. Y comprit les visages des jeunes hommes. Les lames coupaient la chair pourrie comme du beurre mais les zombis étaient trop nombreux.
 Soudain un tremblement de terre ébranla l’héliport faisant perdre à quelques zombis qui tombèrent par terre. Du sol surgit un immense vers, à la peau aussi dur que de la pierre, muni d’une énorme bouche avec des milliers de dents. Cet évènement renversa d’autres zombis. Le vers attaqua d’abord 5 zombis qu’il déchiqueta rapidement avec sa mâchoire. Puis il aperçut les 3 humains. Il plongea dans la direction d’Alex. Au moment de le toucher, Marc bondit et poussa son ami sur le coté, se faisant percuter par la mâchoire du monstre géant. Il roula contre les ruines du bâtiment de radio et ne bougea plus.
 -MAAAAAAAAARC , gueula Alex.
 Dans un ultime effort Alex et Chris firent une percée dans les derniers zombis et atteignirent l’ hélico. Ce ne fut pas le cas de Marc qui resta contre le mur, immobile. Chris démarra l’appareil et le fis décoller pendant qu’Alex tranchait les zombis qui tentaient de les manger. Le vers géant frôla l’hélicoptère avec ses dents, avant de se tourner vers les derniers zombis. Il les tua et repartit dans son trou.
   Les 2 survivants s’éloignèrent de ce lieu. Alex pleurait la mort de son ami, mort en le sauvant.

*épilogue

Le jour est particulièrement cruel pour Alex aujourd’hui. Il faisait grand beau, mais son cœur était triste. Il s’était injecté l’anti-virus et toutes ses blessures avaient cicatrisées, sauf une. Celle-ci saignait encore, elle se situait dans son cœur : il n’arrivait pas a faire le deuil de son ami.
 Voilà un moment que Chris et lui avaient atterrit dans sur une colline, non loin d’une ville.
Ils se trouvaient au Canada, et ici le mal de Racoon n’était pas présent. La ville était normale, habité par des gens normaux. Ils avaient l’impression d’avoir vécu un mauvais rêve et de s’être réveillé ici.
 -Qu’est-ce qu’on fait, questionna Chris.
-Toi tu fais ce que tu veux. Mais moi je rentre chez moi, je préviens mes potes de ce qui est arrivé et je mènerais mon enquête là-dessus. Je vengerais Marc et découvrirais la vérité, répondit Alex d’un air déterminé.
-Ba moi je ne sais pas quoi faire… Je te suis, je veux aussi comprendre !
-OK, merci.
Les 2 amis se serrèrent la main en souriant, puis se mirent en route.

FIN.

 

*

MetalSwordIce

La Fic De Metalswordice
« Réponse #58 le: juillet 04, 2004, 15:31:10 »
voila.

Par contre curco, je pense que les "" auraient été utiles, c'est assez dur de ditingué le recit du dialogue.


M'enfin voila, pouvez la critiquer now.

J'espere l'arranger apres pour la mettre sur le site de 321iom.

*

Ashura187

La Fic De Metalswordice
« Réponse #59 le: juillet 05, 2004, 15:03:27 »
Alors il faudra vraiment que je trouve un moment pour lire tout ça convenablement afin de te faire une bonne critique.

Ashura :massue: